Vous pensiez tout connaître sur les océans ? Vous n'aviez encore rien vu. Le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) le prouve en vous guidant dans les profondeurs méconnues de notre Planète bleue grâce à l'exposition « Océan : une plongée insolite ». Aux côtés de Zoé Lecamus, organisatrice de l’exposition, rencontrez de microscopiques organismes du plancton et des monstres géants fabuleux, sans oublier quelques durs à cuire des abysses.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Suivez l’épopée étonnante du plastique dans l’océan Chaque année, huit millions de tonnes de plastique sont rejetées en mer. Ce matériau évolue au gré des courants, est mangé par le plancton et les organismes marins, jusqu’à contaminer toute la chaîne alimentaire. L’expédition Tara Méditerranée étudie le phénomène. Découvrez en vidéo comment ces scientifiques traquent le plastique dans les océans.

Ce n'est pas pour rien que l'on surnomme la TerreTerre la « Planète bleue » : les océans recouvrent 71 % de sa surface. Largement inexplorés, ils abritent entre 50 et 80 % de la biodiversitébiodiversité mondiale. Mais dans l'imaginaire commun, même si on se doute bien que des choses inconnues se cachent encore là-dessous, une poignée d'animaux emblématiques sort toujours du lot - citons les requins, les baleines, les dauphins. Faisant le pari de « s'éloigner de ces figures familières », nous dit Zoé Lecamus, conceptrice et organisatrice de l'exposition « Océan : une plongée insolite », le Muséum national d'histoire naturelle (MNHNMNHN) revisite les océans sous l'angle de l'originalité jusqu'au 5 janvier 2020, en sortant des spécimens incroyables des profondeurs de ses collections.

L'idée : « susciter l'émerveillement pour donner envie de protéger », explique Zoé Lecamus. Un objectif qui serait « difficile » à remplir « avec des organismes qu'on connaît déjà ». L'exposition se déroule en cinq grandes parties, consacrées à l'exploration des fonds marins, aux organismes du planctonplancton microscopique, aux habitants des milieux extrêmes dotés d'étranges adaptations, aux espoirs pour la recherche et la bioinspiration, et enfin aux monstres marins. Parmi la ribambelle d'espècesespèces et d'anecdotes que l'on peut y rencontrer, Futura a sélectionné sept faits étonnants, sur les conseils de Zoé Lecamus.

I. Le plancton microscopique représente 95 % de la biomasse marine

Pour Zoé Lecamus, la palme du plus insolite revient au plancton. Ensemble d'organismes dérivant au gré des courants, le plancton est « incroyable par les organismes qui le composent et par leur diversité de formes, de couleurscouleurs et de rôles ». Il inclut une grande variété d'espèces microscopiques (bactériesbactéries, virusvirus, larveslarves, crevettes, alguesalgues, etc.), mais aussi des individus plus gros, de l'ordre du mètre, tels que les médusesméduses.

Si le plancton comprend donc également des espèces macroscopiques, la deuxième partie de l'exposition se concentre essentiellement sur sa branche microscopique, un monde vaste et insoupçonné qui représente presque 95 % de la biomassebiomasse totale des océans et sur lequel repose toute la vie sur Terre. Tandis que les espèces animales formant le zooplanctonzooplancton se trouvent à la base du réseau alimentaire, les algues et végétaux du phytoplanctonphytoplancton agissent en quelque sorte comme le poumonpoumon vert des océans, en produisant la moitié de l'oxygèneoxygène de la planète par photosynthèsephotosynthèse. Cette « majorité invisible » se dévoile sous l'objectif d'un microscopemicroscope ou encore dans un court film à 360° retraçant le développement du plancton.

Plongée au milieu du plancton microscopique à travers un court-métrage projeté à 360° sur l'exposition « <em>Océan : une plongée insolite</em> ». © MNHN, J.-C. Domenech
Plongée au milieu du plancton microscopique à travers un court-métrage projeté à 360° sur l'exposition « Océan : une plongée insolite ». © MNHN, J.-C. Domenech

II. Les phronimes ont inspiré le film Alien

Partie sillonner les océans du monde en récoltant du plancton entre 2009 et 2013, l'expédition Tara Océans a permis d'identifier la grande majorité des génomesgénomes des organismes du plancton. Mais, si on dispose de leur ADNADN, on ne sait toutefois pas forcément à quoi ils ressemblent. On peut s'attendre à tout, comme le prouve la phronime (Phronima sedentaria), un petit crustacécrustacé également appelé tonnelier des mers ou monstre des tonneaux, ou encore surnommé sur l'exposition « alien planctonique ». 

Les phronimes ont en effet inspiré le xénomorphexénomorphe, une créature du film Alien. Les femelles peuvent mesurer jusqu'à 4,5 centimètres et sont trois à quatre fois plus grandes que les mâles. À partir de la peau d'autres espèces animales gélatineuses du zooplancton qu'elles ont préalablement dévorées (méduses ou encore salpes), elles se construisent une coque en gélatine en forme de tonneau où elles vivent, pondent et élèvent leurs larves.

Une phronime, ou monstre des tonneaux, petit crustacé appartenant au zooplancton dont la particularité est de vivre dans une coque en gélatine. Cet organisme a inspiré le film <em>Alien</em>. © Christian Sardet, Noé Sardet et Sharif Mirshak, Parafilms/Chroniques du plancton
Une phronime, ou monstre des tonneaux, petit crustacé appartenant au zooplancton dont la particularité est de vivre dans une coque en gélatine. Cet organisme a inspiré le film Alien. © Christian Sardet, Noé Sardet et Sharif Mirshak, Parafilms/Chroniques du plancton

III. Le crabe yéti vit en symbiose avec des bactéries

« On connaît plus la surface de Mars que le fond des océans », nous rappelle Zoé Lecamus. Pourtant les abysses recouvrent à eux seuls plus de 60 % de la surface du globe. Cette lacune s'explique parce qu'un noir d'encre s'installe à partir de 200 mètres de profondeur et que les conditions de pressionpression dégénèrent très rapidement, dépassant 200 à 400 fois la pression atmosphériquepression atmosphérique en surface (voire 1.000 fois pour les zones les plus profondes), de même pour les températures qui stagnent entre 0 et 4 °C au-delà de 3.000 mètres de profondeur.

Dans cet environnement extrême, dépourvu d'oxygène, très pauvre en nourriture et où la photosynthèse n'est qu'un lointain souvenir, les organismes tirent partie de la « neige abyssale », pluie de restes organiques provenant des couches supérieures de l'océan, ou ont développé des adaptations étonnantes pour survivre près des sources hydrothermales. Pour cela, les organismes peuvent par exemple vivre en symbiose avec des bactéries, dont ils se nourrissent ou qu'ils abritent en échange de leur aide pour s'alimenter. Le MNHN présente un « bel exemple » de cette alliance entre animal et bactérie avec la galathée yéti ou crabe yéti (Kiwa hirsuta), un crustacé de 15 centimètres de long découvert en 2005 dans l'océan Pacifique sud, aux pattes recouvertes de poils abondants. Dans cette épaisse « fourrure » logent des bactéries capables de chimiosynthèsechimiosynthèse qui transforment les minérauxminéraux expulsés par les cheminéescheminées hydrothermales en nutrimentsnutriments organiques.

Des colonies de bactéries vivent dans les poils couvrant les pattes de la galathée yéti (<em>Kiwa hirsuta</em>), un crustacé qui réside près des sources hydrothermales. © Ifremer
Des colonies de bactéries vivent dans les poils couvrant les pattes de la galathée yéti (Kiwa hirsuta), un crustacé qui réside près des sources hydrothermales. © Ifremer

IV. Le sang des poissons des glaces est transparent

Sous l'apparence de désertsdéserts glacials et sans vie, les océans ArctiqueArctique et AntarctiqueAntarctique forment en réalité des « points chaudspoints chauds » de biodiversité. Comme les expéditions du MNHN s'effectuent surtout dans l'océan Austral, c'est dans ce dernier que les visiteurs peuvent plonger dans la troisième partie de l'expédition. Délimitées par le courant circumpolaire antarctique, le plus puissant du monde - son débitdébit équivaut à 150 fois celui de tous les fleuves réunis -, ses eaux froides isolées du reste des océans sont parmi les plus riches en oxygène de la planète.

Cela permet au krillkrill de pulluler par essaim de 10.000 à 30.000 individus dans un mètre cube d'eau, aux araignéesaraignées de mer atteintes de « gigantismegigantisme polaire » de dépasser les 20-25 centimètres de large (contre quelques centimètres dans les autres océans) et aux poissonspoissons de vivre sans hémoglobinehémoglobine, la protéineprotéine responsable de la couleur rouge de notre sang. C'est ainsi que les poissons des glaces, tels Champsocephalus gunnari et Channichthys velifer présentés dans l'exposition, ont du sang transparenttransparent et captent l'oxygène dissous dans l'eau directement par diffusiondiffusion à travers leur peau. Les poissons des glaces possèdent également un ingrédient secret pour ne pas finir congelés dans des eaux qui descendent en dessous de zéro (sans geler car elles sont salées) : des protéines antigel.

Habitants de l'océan Antarctique, les poissons des glaces <em>Champsocephalus gunnari</em> et <em>Channichthys velifer</em> ont un sang transparent, car dépourvu d'hémoglobine. © Futura
Habitants de l'océan Antarctique, les poissons des glaces Champsocephalus gunnari et Channichthys velifer ont un sang transparent, car dépourvu d'hémoglobine. © Futura

V. Le légendaire serpent de mer s'appelle régalec

Parce qu'il est si peu connu, le monde marin est « source de fantasmes », explique Zoé Lecamus. Dans sa cinquième et dernière partie, l'exposition fait donc la part entre mythe et réalité en prenant pour exemple trois animaux légendaires souvent confondus, à l'image du kraken, avec des monstres marins : l'incontournable calmarcalmar géant, le cœlacanthe et le régalecrégalec. Le MNHN en profite pour offrir aux regardsregards des visiteurs les « beaux spécimens présents dans ses collections » et diffuse pour chacun d'entre eux, « les seules images jamais enregistrées de l'animal évoluant dans son milieu ».

Parmi ces trois animaux, le régalec a marqué les esprits au MNHN. « Nous ne le connaissions pas nous-mêmes, donc c'était très intéressant de travailler dessus », révèle Zoé Lecamus. Sans doute à l'origine du mythe du serpent de mer, le régalec (Regalecus) aussi appelé ruban de mer, du long de ses 3 à 8 mètres, est le plus grand poisson osseux connu au monde. Mais il y a un hic : en fait, les spécimens découverts sont rarement entiers. Et pour cause, le régalec peut sectionner une grande partie de son corps, comme un lézard qui se débarrasse de sa queue, sauf qu'elle ne repousse pas. Par contre, le mystère demeure entier quant à la raison qui le conduit à agir ainsi...

Avec son long corps effilé tel un ruban, le régalec a tout pour nourrir le mythe du serpent de mer. © Futura
Avec son long corps effilé tel un ruban, le régalec a tout pour nourrir le mythe du serpent de mer. © Futura

VI. Le cœlacanthe n'est pas un fossile vivant

Afin de « détruire » le mythe du fossile vivantfossile vivant qui colle encore à la peau des cœlacanthes, l'exposition dévoile leur diversité de taille et de forme. « On dit que ce sont des animaux qui n'ont pas évolué depuis l'époque des dinosauresdinosaures, alors qu'ils ont forcément évolué, peut-être pas en apparence, mais au moins au niveau de leur ADN », témoigne Zoé Lecamus.

Très connu par ses fossiles abondants représentant une centaine d'espèces apparues dès -400 millions d'années et disparues à partir de l'extinctionextinction Crétacé-Tertiaire, qui a mis fin au règne des dinosaures, le cœlacanthe se déclinait sous forme de spécimens aussi petits que 20 centimètres (Allenypterus, CarbonifèreCarbonifère, -320 millions d'années), mais également de géants atteignant 6 mètres de long (Megalocœlacanthus, fin du CrétacéCrétacé, -70 millions d'années). Longtemps considéré comme éteint, le cœlacanthe a acquis son surnom de fossilefossile vivant lorsqu'il a été pêché en 1938 près des côtes sud-africaines. On rencontre aujourd'hui deux espèces mesurant entre 1,2 et 1,7 mètre, à savoir Latimeria chalumnae, ou cœlacanthe de l'océan Indien, et Latimeria menadoensis ou cœlacanthe indonésien. Leur population est très mal connue, mais « on estime qu'ils sont en danger critique d'extinction à cause de la pêchepêche profonde ».

Un spécimen de cœlacanthe de l'océan Indien pêché en 1954 près des Comores, dans le canal du Mozambique. © MNHN, J.-C. Domenech
Un spécimen de cœlacanthe de l'océan Indien pêché en 1954 près des Comores, dans le canal du Mozambique. © MNHN, J.-C. Domenech

VII. Chaque seconde, 206 kg de plastique sont jetés dans les océans

En parallèle de l'émerveillement et la découverte, l'exposition rappelle aux esprits les menaces pesant sur le milieu marin et sa biodiversité telles que le réchauffement, la surpêchesurpêche, l'exploitation minière des fonds marins, l'acidification des océans et l'inoubliable pollution plastiqueplastique. « Chaque seconde, ce sont 206 kgkg de déchetsdéchets plastique qui sont jetés dans les océans », s'alarme Zoé Lecamus, où ils se fragmentent en microplastiquesmicroplastiques et se font ingérés par les organismes marins, dont le plancton, base de la chaîne alimentairechaîne alimentaire.