Avec un écran très correct, des composants performants et la présence d’un module de 108 mégapixels, le mobile a de quoi séduire, mais il en fait peut-être trop. © Realme
Tech

Test Realme 8 Pro : le capteur de 108 mégapixels n'est pas son seul argument

ActualitéClassé sous :Test de smartphone , Realme , Realme 8 Pro

Vendu moins de 300 euros, le nouveau Realme 8 Pro se positionne dans le milieu de gamme et met en avant son capteur photo de 108 mégapixels. Futura a pu le prendre en main et vérifier s'il tient ses promesses.

Cela vous intéressera aussi

Futura avait déjà pris en main plusieurs semaines le Realme X50 Pro 5G et avait été convaincu par ce mobile bien conçu et performant, malgré un design assez commun. Peu connu, le nom de cette marque que l'on confond parfois avec la gamme Redmi de Xiaomi ne bénéficie pas d'une aura particulière. Force est de constater que cette marque, sœur de Oppo ou OnePlus, a pourtant de sacrés atouts. Parmi ses nouveautés, Realme vient tout juste de commercialiser son Realme 8 Pro, un modèle positionné sur le milieu de gamme et qui est vendu moins de 300 euros. Si l'impasse a été faite sur la 5G, son point fort mis en avant par le constructeur repose sur la présence d'un capteur de 108 mégapixels. Mais comme un capteur performant ne fait pas forcément des miracles en photo, autant vérifier s'il s'agit d'un véritable atout pour ce mobile.

Un slogan à bord

Au niveau du design, Realme n'a pas fait dans la finesse. Si le mobile est léger et assez fin, son dos de couleur bleuté arbore le slogan « Dare to leap » appliqué verticalement sur la longueur du mobile. Pas discret donc, d'autant que son traitement brillant avec des variations de teinte selon l'éclairage, est également clinquant. Dommage, car la coque en plastique employée sur le dos ferait presque illusion. Avec ses bordures incurvées, le mobile tient bien en main. Côté face, le capteur à selfies est placé en haut à gauche dans un poinçon. Sur cette gamme de tarif, il n'est pas surprenant de constater que l'écran ne vient pas s'étendre sur la totalité de la surface. Les différents boutons sont placés sur le flanc droit et l'on trouve une prise casque en bas du mobile. La trappe à cartes placée sur le flanc gauche peut accueillir deux cartes SIM et une carte micro-SD en plus.

Difficile de manquer le slogan de la marque gravé tout le long de la coque à l’arrière du mobile. Avec l’ambiance « paillette » du bleu, l’ensemble manque de discrétion. © Futura

Un écran bien étalonné 

Au niveau de l'écran, c'est à nouveau une bonne surprise avec une dalle Super Amoled de 6,4 pouces dotée d'une définition de 2.400 x 1.080 pixels avec un ratio de 20:9. On retrouve à peu de chose près la même qualité d'affichage que sur son grand frère le Realme X50 Pro. Un bon point donc. Sous cet écran, se trouve le SoC de milieu de gamme Qualcomm Snapdragon 720G. Il est épaulé par 8 Go de mémoire vive et dispose de 128 Go pour le stockage. Le processeur est le même que celui du Galaxy A52 que Samsung vient tout juste de commercialiser. Avec ses 8 Go de mémoire vive, sans être une bête de course, il fait très correctement office et ne montre pas de faiblesse lorsque l'on lance une multitude d'applications. Rappelons que l'extension G du processeur indique qu'il est fait pour jouer (gaming). Il ne faut pas s'attendre à des miracles sur les jeux très gourmands, mais il s'en tire globalement très bien.

Le capteur d'empreinte digitale se trouve sous la surface de l'écran. Un petit plus pour ce smartphone à 299 euros dont l'écran Super Amoled est d'excellente qualité. © Futura

108 mégapixels sinon rien

Un bon écran, une configuration équilibrée pour des performances très correctes, mais que vaut la partie photo que Realme met en avant ? À l'arrière, les quatre modules sont regroupés dans un carré qui vient ressortir de la coque. À l'usage, ils sont placés trop sur le bord, ce qui a pour effet d'ajouter des bouts de doigts ou leur ombre sur les clichés. Il faut prendre le pli de tenir le mobile en faisant attention à ces optiques. Au niveau des modules, on trouve donc le fameux capteur photo principal de 108 mégapixels (f/1,9). Il est accompagné par un module ultra grand-angle de 8 mégapixels (f/2,3). Dessous, se tiennent deux autres modules de 2 mégapixels chacun. Ils servent à la macro et à évaluer la profondeur de champ.

Sans aucun réglage, la qualité globale est très correcte, on remarque juste quelques imperfections en bordure et une légère tendance à la déformation de la part de l'ultra grand-angle. Lorsqu'elle est activée, l'option IA intégrée n'y va pas de main morte et pousse la vivacité des couleurs de façon excessive. Au niveau du stabilisateur, en mode vidéo mieux ne pas l'activer. L'absence de stabilisation optique délivre, en effet, de très étranges effets sur les feuillages, par exemple. Elle vient vraiment à manquer pour les prises de vue de nuit. Pour ce qui est du capteur 108 mégapixels, il faut l'activer manuellement. Le résultat est alors excellent avec un centre de l'image très précis. Comme souvent sur les capteurs, c'est moins le cas sur les bordures de l'image. Rien à dire donc sur ce seul capteur s'il est activé. En revanche les autres restent corrects sans plus, avec une qualité en berne pour les clichés dans la pénombre ou la nuit.

Il faut activer manuellement le capteur de 108 mégapixels. Utilisé seul, il délivre d’excellents clichés. En mode normal, les clichés sont corrects, sans plus et l’absence d’un stabilisateur optique se voit immédiatement lors des prises de vues dans la pénombre. © Futura

Pour ce qui est de l'autonomie, Futura avait été impressionné par celle du X50 Pro. Avec sa batterie d'une capacité de 4.500 mAh, le 8 Pro fait beaucoup moins bien, mais il passe tout de même la journée sans avoir besoin de retrouver son alimentation. Et si l'énergie venait à manquer, son chargeur de 50 W lui redonne du tonus. Il nous a fallu moins de 45 minutes pour lui redonner 100 % de sa vitalité.

Disponibilité et prix

Le Realme 8 Pro est disponible en bleu infini et noir infini dans sa version dotée de 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage. Il est vendu 299 euros sur le site du constructeur et on peut aussi le trouver à la Fnac, chez Darty, Boulanger, Cdiscount, Électro Dépôt...

L’avis de Futura

Pour un peu moins de 300 euros, le Realme 8 Pro dispose d'un afficheur surprenant et des performances que l'on attend d'un modèle de milieu de gamme. La promesse de disposer d'un excellent photophone n'est tenue que par le seul module 108 mégapixels et encore... car une stabilisation optique vient à manquer. Sans activer manuellement ce module, les photos sont correctes sans plus. Son design avec son dos un peu trop clinquant reste une question de goût. Le seul hic, c'est que globalement, le Xiaomi Redmi Note 10 Pro, qui lui aussi dispose d'un capteur de 108 mégapixels, propose un peu mieux et avec la 5G en bonus et au même prix.

On aime

  • La qualité d'affichage et l'écran bien calibré
  • Les performances
  • La charge rapide
  • Le capteur 108 mégapixels utilisé seul

On n'aime pas

  • L'absence de stabilisation optique
  • Le design et l'emplacement du module photo
La note de Futura

Caractéristiques du Realme 8 Pro

  • Écran : 6,4 pouces (2.400 x 1.080 pixels)
  • Caméra : quatre capteurs à l'arrière de 108, 12 mégapixels (ultra grand-ange), 2 mégapixels (macro), 2 mégapixels (portrait/profondeur) et un appareil frontal de 16 mégapixels
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon 720G
  • Mémoire : 8 Go de mémoire vive, 128 de stockage
  • OS : Android 11, surcouche RealmUI
  • Lecteur d'empreintes : sous l'écran
  • Batterie : 4.500 mAh, charge rapide 55 W
  • Prix : 299 euros
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !