Le « tracking » des personnes malades du coronavirus pourrait poser des problèmes sur le respect et la défense des libertés individuelles. © Free-Photos, Pixabay

Tech

Covid-19 : la France veut une application pour tracer les malades comme en Corée du Sud

ActualitéClassé sous :smartphone , géolocalisation , Coronavirus

Comment éviter que l'épidémie de coronavirus ne reprenne lorsque le confinement sera terminé ? Comme la Corée du Sud, Singapour et d'autres pays européens, la France va tenter le pari d'une application qui identifie les malades et prévient les victimes potentielles.

Auditionnés mercredi devant la nouvelle mission d'information de l'Assemblée nationale, le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de la Santé Olivier Véran ont évoqué la fin du confinement en France. L'incertitude demeure sur la date et le déroulement, mais ce qu'on a appris, et contrairement à ce que le gouvernement annonçait le 24 mars dernier, c'est que l'idée d'une application pour suivre les malades est de plus en plus concrète.

Plus exactement, il s'agirait de suivre les malades et les cas suspects au quotidien, mais aussi d'identifier des victimes potentielles qui auraient été en contact avec ces malades. C'est le choix qu'ont effectué Singapour et la Corée du Sud et, protection de la vie privée oblige, ce serait basé sur le volontariat. Attention, les personnes ne seraient pas identifiables ou pistables via la puce GPS de leur smartphone ou les antennes relais comme a pu le faire Orange il y a quelques semaines, il s'agit de les identifier de manière anonyme aux yeux des autres personnes qu'elles vont croiser.

Trace Together n'accède pas aux contacts de l'utilisateur, ni à ses données de géolocalisation. © Farah's Podcast

Singapour comme référence

En France, comme en Allemagne ou aux États-Unis d'ailleurs, on se concentre sur le développement d'une application semblable à « Trace Together », utilisée à Singapour. C'est le Bluetooth qui est au cœur du système d'identification des malades et des contaminés potentiels. On le sait, la portée du Bluetooth est de quelques mètres, et lorsqu'il est activé sur les téléphones, il permet de « voir » les autres téléphones, ou tout autre appareil connecté, autour de soi. À Singapour, cette application permet ainsi à une personne de savoir si elle a croisé une personne contaminée, le tout de manière anonyme. C'est même rétroactif : si une personne est testée positive a posteriori, les gens qui l'avaient croisée il y a quelques jours sont prévenus, et invités à rester chez eux ou à effectuer un test.

Les données sont ensuite effacées au bout de 21 jours, le but de cette application est d'identifier des foyers de contagion et de les circonscrire rapidement. En Corée du Sud et à Singapour, ça semble fonctionner, et la bonne nouvelle, c'est que les développeurs de Trace Together ont décidé de mettre le code de leur application en open-source.

Pour en savoir plus

Les malades du coronavirus bientôt pistés par leur téléphone portable

À l'initiative de la Commission européenne, les plus grands opérateurs de téléphonie mobile ont accepté de donner l'accès aux données de géolocalisation de dizaines de millions d'Européens. Objectif : suivre les déplacements des personnes testées positives pour anticiper les contaminations.

Publié le 26 mars 2020 par Fabrice Auclert

Après avoir fait pression sur les grands acteurs du divertissement et d'Internet pour limiter les débits et éviter que le réseau ne sature pendant la crise sanitaire, le commissaire européen au Marché intérieur et au Numérique Thierry Breton a un nouveau cheval de bataille : le suivi des malades du coronavirus grâce à leurs smartphones. Plus exactement, selon Reuters, il s'agit de suivre les personnes ayant été en contact avec une personne testée positive, mais aussi de suivre les éventuels déplacements des personnes porteuses du virus.

Suite à leur entretien avec Thierry Breton, Orange, Vodafone, Deutsche Telekom et cinq autres opérateurs de téléphone mobile dont Telecom Italia ont ainsi consenti à partager avec la Commission européenne leurs données de géolocalisation recueillies grâce aux téléphones portables. À charge de la Commission d'agréger et de compiler ces données pour prendre des mesures afin d'endiguer la propagation du virus. Grâce aux puces GPS, il est ainsi possible de voir les « migrations » des personnes infectées à travers le pays, et ainsi d'anticiper des pics de contamination dans certaines régions.

La Cnil réclame l'anonymat des données récoltées

Évidemment, ce « pistage » des malades via la puce GPS de leur smartphone n'est pas sans poser de problèmes, et la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) appelle les autorités à « privilégier le traitement de données anonymisées » selon des courriers internes dont a pris connaissance Mediapart. Du côté de la France, plus précisément, l'État a mis en place Care, une commission composée de chercheurs et médecins, dont l'une des missions concerne « l'opportunité de la mise en place d'une stratégie numérique d'identification des personnes ayant été au contact de personnes infectées ».

Du côté de la Commission européenne, on assure que les données collectées seront détruites une fois que la crise sanitaire sera terminée, et c'est l'Europe, et non les opérateurs, qui se montre garant du respect du RGPD. En clair, les opérateurs de téléphonie mobile, un par pays, ne seront pas sanctionnés pour un éventuel non-respect des données personnelles.

En ligne depuis un mois, Corona 100 affiche les déplacements des personnes infectées en Corée du sud et permet ainsi aux utilisateurs d'éviter tel ou tel quartier © CNN

En Asie, le smartphone se transforme en « bracelet électronique »

Cette initiative n'est pas inédite face à la crise du coronavirus puisque la Corée du Sud, la Russie ou dernièrement Israël ont aussi choisi de tirer profit de la géolocalisation des smartphones pour suivre les malades, et surtout les surveiller. En Asie, ça va même plus loin puisque les habitants doivent installer une application. À Taïwan ou Singapour, par exemple, le smartphone d'une personne en quarantaine a tout d'un bracelet électronique puisqu'une application permet de vérifier qu'elle reste chez elle, et en cas d'infraction, l'amende est salée et son nom est exposé au grand public.

En Chine, chaque ville possède sa propre application, et les habitants doivent chaque matin prendre leur température et donner des informations sur leur état de santé. Une fois dans la rue, les autorités scannent leur smartphone, et les données sont enregistrées et identifiées. C'est évidemment ce que redoutent en Europe certaines associations mais l'Europe assure que tout restera anonyme, et la France a déjà prévenu qu'il n'était pas question de créer une application. Quant à l'OMS, elle projette de créer sa propre application qui dispense des conseils, mais aussi permet à une personne de connaître le taux de malades dans son quartier ou sa région.

Les premiers visuels de la future application de l'OMS. © Collective Covid App
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi