Le Bluetooth permet de transmettre des signaux de téléphone à téléphone sans la moindre connexion Internet ou mobile. © Kasto, Adobe Stock

Tech

Covid-19 : pourquoi la fonction « Localiser » d'Apple intéresse les développeurs d'applications

ActualitéClassé sous :Tech , bluetooth , balise Bluetooth

Le MIT travaille sur le système de tracking au coeur des applications d'après-confinement, et c'est la fonction Localiser d'Apple qui est utilisée comme modèle. Le but est de créer un protocole qui respecte l'anonymat des personnes, mais aussi qui leur permette d'alerter des gens croisés en cas d'infection.

En France, l'application « StopCovid » n'est pas encore prête mais on sait déjà qu'elle utilisera la technologie Bluetooth pour permettre aux personnes en contact avec un malade du coronavirus d'être alertées sur leur smartphone. Au prestigieux MIT, on travaille sur ce type de technologie, et on a créé en collaboration avec plusieurs universités et institutions, le PACT pour « Private Automatic Contact Tracing ».

Il s'agit d'un protocole autonome et de proximité qui s'appuie sur les signaux de courte portée du Bluetooth. L'idée est de créer un système à la fois « manuel », mais aussi entièrement confidentiel, et universel, capable de fonctionner sur tous les smartphones. « La fonction Localiser d'Apple a inspiré ce système » explique Marc Zissman, responsable de la division Cyber ​​Security and Information Science du MIT Lincoln Laboratory« Quand mon téléphone est perdu, il peut commencer à diffuser un signal Bluetooth qui n'est qu'un nombre aléatoire. C'est comme être au milieu de l'océan et agiter une lumière. Si quelqu'un passe avec le Bluetooth activé, son téléphone ne sait rien de moi, mais cela dira simplement à Apple : « Hey, j'ai vu cette lumière. »

Comme une balise qui émet en permanence

Concrètement, la fonction Localiser (ou Find My) d'Apple permet de retrouver un iPhone, des AirPods ou un Macbook perdus depuis un autre appareil Apple grâce aux signaux Bluetooth. L'intérêt, c'est que cela fonctionne sans GPS, ni Wi-Fi, ni 4G. C'est le Bluetooth, comme une balise, qui continue d'émettre des signaux. Appliqué à l'épidémie de coronavirus, ce système permettrait de conserver dans son smartphone tous les signaux Bluetooth émis par les possesseurs de l'application. Exactement comme lorsque la fonction Localiser conserve les traces des appareils Apple.

Si une personne obtient un résultat positif au Covid-19, elle peut télécharger la liste des « signaux » que son téléphone a émis au cours des 14 derniers jours dans une base de données, et ainsi le transmettre aux personnes qui se sont approchés d'elles. En cas de correspondance, une notification informera cette personne qu'elle a peut-être été exposée au virus et proposera des informations des autorités de santé publique sur les prochaines étapes à suivre. Le tout reste parfaitement anonyme et confidentiel puisque le signal envoyé n'est qu'une suite de chiffres aléatoires, et ne permet donc pas d'identifier la personne.

Le but premier d'une application de ce type est d'éviter de maintenir toute la population en confinement. © MIT

Pas de GPS, pas de localisation

« Je garde une trace de ce que j'ai diffusé, et vous gardez une trace de ce que vous avez reçu, et cela nous permettra de savoir si quelqu'un était à proximité d'une personne infectée », explique Ron Rivest, professeur et directeur du MIT Institute. « Pour ces émissions de signaux, nous utilisons des techniques cryptographiques pour générer des nombres aléatoires et rotatifs qui ne sont pas seulement anonymes, mais pseudonymes, changeant constamment leur « ID », et qui ne peuvent donc pas être attribués à un individu. »

Pour le MIT, la confidentialité est la clé de la réussite d'un tel système, et l'oppose au système actuel en Corée du sud où les applications utilisent le GPS des smartphones pour avertir les autorités qu'une personne positive a quitté son domicile. Le but n'est donc pas de « fliquer » les malades, mais bien d'informer la population s'ils ont été à proximité de quelqu'un de malade. « Nous ne suivons pas la position, n'utilisons pas le GPS, n'attachons pas votre identifiant personnel ou votre numéro de téléphone à l'un de ces numéros aléatoires émis par votre téléphone », conclut Daniel Weitzner, chercheur au MIT Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory.

Actuellement en phase de prototype, ce protocole attend désormais que les géants de l'informatique, comme Google, Microsoft et Apple le valident et l'adoptent pour qu'ils puissent être intégrés dans des applications. La bonne nouvelle, c'est que depuis la semaine dernière, ils fonctionnent entre des appareils Apple et Android, et c'était l'un des obstacles à éliminer.

La fonction Localiser d'Apple permet de retrouver tout type d'appareil Apple grâce aux signaux Bluetooth. © Apple
Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !