Sciences

Les principaux objectifs de surveillance, ozone, El Niño ...

Dossier - Le satellite européen Envisat
DossierClassé sous :Astronautique , envisat , esa

-

En exclusivité avec Space News, Futura-Sciences.com vous propose un dossier sur Envisat, le plus grand et le plus élaboré des satellites européens d'observation de la Terre.

  
DossiersLe satellite européen Envisat
 

A bord du satellite de l'ESA, ENVISAT, plusieurs instruments vont aider les scientifiques à éclaircir le mystère du réchauffement global. MIPAS et SCIAMACHY établissent des cartes tridimensionnelles des gaz à effet de serre dans l'atmosphère comme le méthane et le monoxyde de carbone.

Surveillance du bloom, phénomène de développement algal de phytoplancton. Ici dans l'Océan Atlantique Sud au large de l'Argentine. © Nasa - Domaine public

Comprendre le réchauffement global 

L'AASTR donne une image globale des plus précises de la température à la surface de la mer. MERIS mesure la 'couleur' de l'océan sur une large gamme de longueurs d'onde et éclaire de manière essentielle sur le réchauffement global en cartographiant la répartition du phytoplancton qui absorbe la moitié du dioxyde de carbone résorbé par la biosphère de notre planète. Le rôle de l'Altimètre radar est de surveiller les plus petits changements du niveau de la mer, des courants océaniques et des calottes polaires.

Surveiller la couche d'ozone 

Surveillance et analyse de la couche d'ozone. © Nasa/NOAA - Domaine public

Avec ses trois capteurs atmosphériques, GOMOS, MIPAS et SCIAMACHY, ENVISAT établit une carte tridimensionnelle globale de l'ozone dans l'atmosphère, ce qui autorise une meilleure prévision de l'état de l'ozone et des U.V. dans les heures qui suivent la collecte des données. ENVISAT est également capable de suivre les traces de gaz qui attaquent l'ozone, offrant aux experts un tableau complet des réactions chimiques dans l'atmosphère qui affectent la couche d'ozone. Fort de cette vision détaillée, ENVISAT éclairera les scientifiques sur le processus de reconstitution de la couche d'ozone et sur le temps qu'il pourrait prendre.

Exploration d'El Niño 

ENVISAT embarque un couple d'instruments conçus pour localiser et mesurer le vaste plateau formé par El Niño dans l'Océan Pacifique. L'Altimètre radar mesure la hauteur de la mer avec une précision meilleure que 5 cm et donc mesure précisément ce vaste plateau, qui peut atteindre 50 cm de hauteur. L'AATSR, avec sa précision de 0.3 °C peut détecter les signes les plus précoces de la variation de la température de la mer, pouvant atteindre 5°C. MERIS détecte les variations de la couleur de la mer lorsque El Niño bloque la remontée des eaux riches en protéines, mécanisme essentiel de la chaîne alimentaire océanique. Grâce à ces caractéristiques particulières, ENVISAT peut détecter les tout premiers signes précurseurs du développement d'El Niño.

Les forêts au microscope 

Tout les 3 jours ENVISAT peut témoigner des changements de la forêt en zones menacées. La mise au point d'une cartographie complète et globale est à portée de main. Les cartes d'exploitation des terres établies, données combinées de ASAR, AATSR et MERIS permettent d'identifier clairement la forêt, les zones de coupe et les terres agricoles. Les observations radar et optiques pour la première fois disponibles en simultané, permettent d'améliorer la précision dans la détection global. L'AATSR peut aussi repérer les points chauds générés par les feux de forêts, tandis que MIPAS et SCIAMACHY sont à même de déceler la présence de gaz et d'aérosols, signes spécifiques des incendies de la biomasse à grande échelle.

Le sondage des océans 

Si nous n'avons pas besoin d'ENVISAT pour apprendre que le niveau de la mer monte, les données qu'il collecte peuvent nous éclairer sur les causes du phénomène. Les moyennes globales sont utiles, mais insuffisantes. Les capteurs d'ENVISAT mesurent aussi l'océan à une échelle locale. L'altimètre radar mesure précisément les variations du niveau de la mer ainsi que la hauteur des calottes glacières. Cette donnée, associée à la mesure de température de la surface de la mer effectuée par l'AATSR, fournit un tableau extrêmement détaillé des océans de notre planète.

Traquer la pollution

Les traces de l'activité industrielle de l'homme ne sont que trop visibles dans notre atmosphère. Trois instruments à bord d'ENVISAT s'unissent pour répertorier ces traces sur une échelle globale : MIPAS, GOMOS et SCIAMACHY. Ensemble ces capteurs peuvent détecter l'oxyde d'azote dû aux combustibles fossiles, le monoxyde de soufre émis par des industries polluantes qui contribue aux pluies acides, le monoxyde de brome et CFC qui endommagent la couche d'ozone et enfin les fines particules issues des cheminées et les aérosols qui forment dans la haute stratosphère une couche susceptible d'altérer le climat. Grâce aux cartes établies par ENVISAT les chercheurs pourront identifier les sources et l'étendue de la pollution et contrôler l'application des normes et des protocoles environnementaux.

S'unir pour mieux servir 

ENVISAT est prêt à répondre rapidement en cas de catastrophe naturelle. L'imagerie ASAR offre un outil précieux pour la gestion des risques et des catastrophes, permettant de surveiller l'étendue d'inondations ou de repérer des glissements de terrain dans des régions isolées et inaccessibles. L'ASAR peut être utilisé jour et nuit, à travers les nuages et les intempéries. Les zones sinistrées peuvent donc être repérées dans les heures qui suivent la catastrophe. Sa rapidité de réponse le destine à jouer un rôle important dans la flotte de satellites à disposition de la Charte de l'Espace et des Grandes Catastrophes qui offre aux équipes de sauvetages du monde entier un accès rapide aux images et cartes obtenues grâces aux satellites de l'ESA, du CNES et de l'Agence spatiale canadienne.