Sciences

Vol spatial privé : l’Ansari X-Prize remporté par le SpaceShipOne

Dossier - Voyage dans l'espace : le tourisme suborbital
DossierClassé sous :aéronautique , tourisme spatial , vol suborbital

-

Le tourisme suborbital pourrait permettre au plus grand nombre de personnes de prendre part à un bref voyage dans l’espace. Cette activité nouvelle marquerait alors le XXIe siècle et l'histoire de l'aéronautique.

  
DossiersVoyage dans l'espace : le tourisme suborbital
 

Le tourisme spatial émerge peu à peu au début des années 2000. C'est dans ce contexte de privatisation de l'accès à l'espace qu'un ingénieur américain, Peter Diamandis, imagine l'Ansari X-Prize, un prix destiné à récompenser une initiative privée de transport de passagers à la frontière de l'espace. Le prix est alors remporté par le SpaceShipOne (SS1) de l'entreprise Scaled Composites. En juin 2004, le véhicule effectue alors le premier vol spatial privé.

SpaceshipOne. © Scaled Composites

En 2004, l'Ansari X-Prize reprend le concept de l'Orteig-Prize, prix de 25.000 dollars créé en 1919 pour récompenser le premier vol transatlantique sans escale de New-York à Paris qui fut remporté en 1927 par Charles Lindbergh.

L'Ansari X-Prize a récompensé en 2004 l'avion suborbital SpaceShipOne dans l'optique du tourisme spatial. © Ansari X-Prize

L'Ansari X-Prize pour encourager le tourisme spatial

Ce prix, de 10.000.000 $, est destiné à récompenser un astronef réussissant à atteindre deux fois la limite officielle de l'espace (100 km) lors de vols suborbitaux. Certaines conditions sont à remplir :

  • la conception, le développement et le lancement du véhicule doivent être financés par des fonds privés ;
  • un équipage de trois personnes doit effectuer le vol ou un pilote et une charge équivalente à celle de deux passagers ;
  • les deux vols doivent être effectués en moins de 15 jours, avec le même véhicule très peu modifié, et le retour sur Terre doit s'effectuer sans incident.

Le but du concours ainsi lancé est d'inciter des entrepreneurs privés à développer des véhicules suborbitaux pour desservir l'orbite basse à moindre coût et favoriser ainsi le tourisme spatial.

SpaceShipOne, l'avion suborbital de Scaled Composites

Pas moins de 26 concurrents se lancent alors dans la compétition mais seuls quelques projets sont véritablement crédibles. C'est la société Scaled Composites de l'ingénieur américain Burt Rutan et de Paul Allen, cofondateur de Microsoft, qui remporte en 2004 le prix.

L'avion suborbital est le SpaceShipOne (SS1), qui est largué d'un avion porteur, le White Knight One (WK1) à 16.000 mètres d'altitude ; il allume ensuite un moteur fusée hybride qui le propulse quasi verticalement jusqu'à 50 km, à la vitesse de Mach 3. Le moteur est alors coupé et le SS1 continue sa trajectoire balistique jusqu'à son apogée (>100 km). Pendant 3 à 4 minutes il est en apesanteur. La partie arrière de ses ailes est alors relevée pour assurer sa stabilité aérodynamique lors de la rentrée atmosphérique. À partir de 25 km d'altitude il termine son vol en mode plané. Scaled Composites effectue le premier vol spatial privé en juin 2004 puis remporte l'Ansari X-Prize après avoir effectué avec succès deux vols suborbitaux les 29 septembre et 4 octobre 2004 au départ de l'aéroport de Mojave en Californie, aux États-Unis.

Les autres prétendants les plus crédibles à l'Ansari X-Prize furent notamment XCOR Aerospace, Rocketplane LCC, Blue Origin, Armadillo Aerospace, Canadian Arrow, Starchaser, qui conçurent chacun des véhicules suborbitaux sans toujours aller toutefois jusqu'à la réalisation de tests en vol.