Richard Branson, le patron de Virgin, a présenté la maquette du futur vaisseau spatial qui emportera dans quelques années huit touristes à la fois pour un vol suborbital.
Cela vous intéressera aussi

Intérieur blanc au design futuriste signé Philippe Starck, six sièges baquets qui s'escamotent pour que les passagers puissent jouir de l'apesanteurapesanteur, de nombreux hublots ronds pour leur permettre d'admirer l'espace et la TerreTerre : tel sera l'intérieur du futur vaisseau Spaceship 2 grâce auquel Virgin GalacticVirgin Galactic veut emmener des touristes dans l'espace dès 2009.

Richard Branson et Stephen Attenborough, responsable des relations avec les astronautes, confortablement installés dans la maquette du futur Spaceship 2. Crédit : Michael Soluri/Space.com

Richard Branson et Stephen Attenborough, responsable des relations avec les astronautes, confortablement installés dans la maquette du futur Spaceship 2. Crédit : Michael Soluri/Space.com

L'appareil ne sera prêt que dans un an mais Richard Branson, patron de Virgin, a fait sensation en montrant sa maquette, en compagnie de Buzz AldrinBuzz Aldrin (deuxième homme à mettre le pied sur la LuneLune) au salon Wired NextFest qui s'est tenu à New York, du 29 septembre au 1er octobre.

Une formule déjà éprouvée

L'engin n'est pas une utopie puisqu'il reprend la technologie de Spaceship 1, qui a remporté en 2004 le prix Ansari X Prize en effectuant trois vols suborbitaux à plus de cent kilomètres d'altitude, là où commence officiellement l'espace. La principale donatrice de cette récompense est justement Anousheh Ansari, la première femme touriste de l'espace, qui venait à peine de rejoindre la Terre après son séjour dans la station spatiale internationalestation spatiale internationale.

La femme d'affaires a dû débourser vingt millions de dollars pour séjourner dix jours autour de la Terre. Mais Virgin Galactic vend - déjà ! - ses billets au prix écrasé de 200.000 dollars pour un vol suborbitalsuborbital (donc sans mise en orbiteorbite) de 2 h 30, dont un quart d'heure en apesanteur, à 120 kilomètres d'altitude.

Développé par la société Scaled Composite et son génial créateur d'avion Burt Rutan, le Spaceship 2 reprend le principe de son prédécesseur : le vaisseau spatial est porté par un avion très particulier, le White Knight (le « Chevalier blanc »), jusqu'à près de 20.000 mètres, où il est largué. Après mise à feufeu de son moteur-fusée, il atteint une altitude de cent kilomètres d'où il redescend en planant.

Le futur Spaceship 2, en bas, reprend les caractéristiques du Spaceship 1, en haut, aux mensurations près, qui ont plus que doublé : 18,30 mètres contre 8,53. La capacité d'emport passe à huit personnes, au lieu d'une. Crédit : Virgin Galactic

Le futur Spaceship 2, en bas, reprend les caractéristiques du Spaceship 1, en haut, aux mensurations près, qui ont plus que doublé : 18,30 mètres contre 8,53. La capacité d'emport passe à huit personnes, au lieu d'une. Crédit : Virgin Galactic

Mais entre le démonstrateurdémonstrateur Spaceship 1 et son futur successeur commercial, la différence est de taille : alors que le premier mesure 8,53 mètres et n'emporte que son pilote, Spaceship 2, long de 18,30 mètres, embarquera six passagers et deux pilotes. Pour le hisser aux portesportes de l'espace, il faudra mettre au point une deuxième version du White Knight, plus grande elle aussi.

Les essais sont prévus en 2008 en vue d'une exploitation commerciale à partir de 2009. Virgin Galactic veut construire cinq vaisseaux, qui décolleront dans un premier temps du désertdésert de Mojave, en Californie, et ensuite depuis une base spatiale au Nouveau Mexique, spécialement construite. On espère cinq cents passagers annuels et la vente a commencé. Prévoir un acompte de 20.000 dollars...