Le New Shepard de Blue Origin au décollage. Ce véhicule suborbital est composé d'un étage propulsif et d'une capsule aménagée pour transporter des touristes et des charges utiles, comme des expériences scientifiques ou des démonstrations de technologies. © Bue Origin
Sciences

Tourisme suborbital : qu'est-ce que c'est ?

DéfinitionClassé sous :Espace , vols suborbitaux , tourisme suborbital

Le tourisme suborbital, cantonné à plus ou moins 110 kilomètres d'altitude, voire 150 kilomètres, n'est pas à confondre avec le tourisme spatial.

Le tourisme suborbital consiste à un vol habité à destination de la frontière de l’espace, franchie un court instant et généralement quelques minutes. Il n'y a donc pas de satellisation autour de la Terre comme cela est le cas avec le tourisme spatial, dont le séjour se compte en jour.

En se contentant de franchir les frontières symboliques de l'espace (au nombre de trois) pour quelques minutes seulement, le temps d'expérimenter l'apesanteur, la noirceur de l'espace et l'observation de la courbure de la Terre, le vol suborbital apparaît commercialement plus attractif car il est moins complexe et moins cher à réaliser.

Richard Branson à bord du SpaceShipTwo lors du vol du 11 juillet 2021 ouvrant l'ère du tourisme suborbital. © Virgin Galactic

Un marché touristique promis à un bel avenir

Après plusieurs années d'incertitude sur l'avenir ce ce marché, Virgin Galactic et Blue Origin ont ouvert de belle manière ce marché en 2021 en réalisant chacun un premier vol habité avec passagers. Les deux patrons ont ainsi chacun volé à bord de leur véhicule lors de ce premier vol inaugural. Richard Branson à bord du SpaceShipTwo de Virgin Galactic le 11 juillet et Jeff Bezos quelques jours plus tard, à bord du New Shepard de Blue Origin (20 juillet).

Si les deux entreprises sont installées sur le même marché, celui des vols suborbitaux, il faut savoir qu'elles ne visent pas la même altitude ! Virgin Galactic se contente d'envoyer ses clients légèrement au-dessus de 80 kilomètres alors que Blue Origin s'est engagée à ce que le New Shepard vole à plus de 100 kilomètres d'altitude. Et comme l'a souligné avec justesse Jeff Bezos, les vols à bord de Virgin Galactic auront toujours un « astérisque », car ils n'atteignent pas la ligne de Kármán (100 kilomètres d'altitude).

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !