Les sources X ultralumineuses sont des astres rares exceptionnellement brillants dans le domaine des rayons X. Plusieurs hypothèses ont été proposées à leur sujet mais l'une de ces sources récemment détectée dans la galaxie NGC 6946 est plus énigmatique que les autres.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Stephen Hawking, l'astrophysicien qui a fait aimer la science Le grand physicien Stephen Hawking est décédé le 14 mars 2018. Véritable légende de la physique, il fut aussi un très talentueux vulgarisateur. Retour sur la vie hors du commun de ce savant qui a su se faire aimer du public et rendre accessible ses travaux de recherche scientifique : trous noirs, théorie des supercordes, rayonnement de Hawking, théorèmes sur les singularités... La science lui dit un immense merci.

L'essor de l'astronomie X date de 50 ans environ, notamment avec le lancement par la NasaNasa de satellites tels que Uhuru en 1970 et EinsteinEinstein en novembre 1978. Ce dernier était le premier à pouvoir former de vraies images des sources en rayons Xrayons X et il a permis de découvrir quelques années plus tard celles qui furent appelées des sources X ultralumineuses (Ultraluminous X-ray source ou ULX, en anglais).

Les astrophysiciensastrophysiciens ont bien sûr rapidement cherché à savoir ce qui se cachait derrière les ULX. Comme ils ont remarqué qu'elles sont situées dans les parties externes des galaxies, loin des trous noirs supermassifstrous noirs supermassifs, elles ne devaient donc pas être le produit de ces ogres cosmiques à l'origine des quasars, des phénomènes également spectaculairement lumineux. D'ailleurs, bien que les ULX soient plus brillantes que toutes les sources X associées à des étoilesétoiles, comme des supernovaesupernovae, elles l'étaient tout de même moins que ces noyaux actifs de galaxiesnoyaux actifs de galaxies.


Une présentation de l'histoire de l'astronomie X. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © University of California Television (UCTV)

Par contre, il était possible d'envisager qu'elles résultaient de l'accrétionaccrétion de matièrematière par des trous noirs intermédiaires, donc des astresastres dont les massesmasses sont comprises entre 100 et 100.000 masses solaires environ. Cette hypothèse n'est pas sans poser quelques problèmes et c'est pourquoi d'autres ont été proposées au cours des années, alors que divers instruments étaient placés en orbiteorbite pour tourner leur regardregard X vers le cosmos, comme ChandraChandra, NuSTAR (Nuclear Spectroscopic Telescope Array) et plus récemment, le télescopetélescope russe Spektr-RG (SRG).

Une accrétion supercritique à l'origine des ULX ?

Il s'agissait toujours de faire intervenir des mécanismes d'accrétion de la matière sur un astre compact mais soit sur des trous noirs stellairestrous noirs stellaires, soit sur des étoiles à neutrons. Dans tous les cas, l'accrétion sur ces objets est particulièrement efficace pour produire du rayonnement. Ainsi, pour une même masse d'hydrogènehydrogène, l'énergieénergie pouvant être extraite par accrétion de cette masse sur un trou noir ou une étoile à neutrons est bien plus grande que sa conversion en héliumhélium par fusionfusion au cœur des étoiles, avec un taux des dizaines de fois plus important.

Rappelons que les premiers travaux sur l'accrétion de gazgaz par un astre sont ceux de Hoyle et Littleton en 1939 puis, de Hoyle et Bondi en 1944. Salpeter a étudié cette question dans le cas des trous noirs en 1964 mais il a fallu attendre 1969 pour qu'un premier modèle de disque d'accrétiondisque d'accrétion soit construit autour d'un tel astre relativiste par Lynden-Bell. Novikov, Page et le prix Nobel de physiquephysique Kip Thorne ont ensuite construit des modèles plus précis dans le cadre de la relativité généralerelativité générale au début des années 1970.

Les ULX pourraient résulter de processus dits d'accrétion supercritique générant une luminositéluminosité qualifiée de super-Eddington. La théorie de cette accrétion exotiqueexotique a été établie dans les années 1980 par des chercheurs polonais et français comme Abramowicz et Lasota. La luminosité particulière qu'elle fait intervenir tire son nom du grand astrophysicien Arthur Eddington, bien connu pour ses travaux de pionnier sur la relativité générale. Il avait découvert en 1921 qu'il existait une limite maximale à la luminosité d'une étoile de masse donnée, la désormais célèbre limite d'Eddingtonlimite d'Eddington.


Une vue d'artiste d'un trou noir accrétant de la matière arrachée à une étoile compagne. Des instabilités dans le disque d'accrétion conduisent à des flashs de rayonnement alors que des jets de matière sont produits (ces jets ne sortent pas du trou noir). © University of Southampton

Elle doit son existence au fait que le rayonnement peut exercer une pressionpression sur la matière. Si cette pression est suffisamment importante, elle peut contrecarrer son effondrementeffondrement gravitationnel. C'est précisément ce qui se passe avec les étoiles lorsqu'elles sont stables. Mais si le rayonnement est trop intense, il peut vaincre la force d'attraction et souffler l'étoile. C'est le seuil de ce processus qui définit la limite d'Eddington.

Plus généralement, la pression limitant l'accrétion, elle limite aussi la production d'énergie et donc la luminosité en résultant. On peut donc également trouver une limite d'Eddington pour la luminosité d'un astre en train d'accréter de la matière. Cette limite est d'autant plus importante que la masse de l'objet accrétant est élevée. La limite d'accrétion d'Eddington concerne initialement le cas où l'effondrement de la matière vers l'astre central est à symétrie sphérique. Lorsque l'accrétion forme un disque autour d'un trou noir ou d'une étoile à neutrons, cette symétrie est brisée, ce qui autorise justement l'accrétion supercritique permettant transitoirement une violation de la limite d'Eddington ordinaire.

Une naine brune détruite par un trou noir ?

Malgré tout, nous ne sommes sûrs de rien en ce qui concerne les ULX et les études se poursuivent à leur sujet, notamment en observant la galaxie spiralegalaxie spirale NGC 6946. Elle est située à une distance d'environ 25 millions d'années-lumièreannées-lumière de la Voie lactéeVoie lactée et elle a attiré l'attention des astrophysiciens depuis un certain temps car elle est « fréquemment » le siège de supernovae (dix ayant été observées depuis 1917) d'où son surnom de galaxiegalaxie du feufeu d'artifice.

Comme l'explique un article publié dans The Astrophysical Journal -- en accès libre sur arXiv --, parmi les quatre ULX récemment détectées dans NGCNGC 6946, quelques unes s'expliquent bien avec l'hypothèse que l'on est en présence d'astres compacts de faibles masses produisant une accrétion supercritique mais ULX4 est un peu énigmatique.

Observée successivement par le satellite Chandra et NuSTAR, puis de nouveau Chandra, à chaque fois à 10 jours d'intervalle en 2017, ULX4 s'est allumée et éteinte sur une période de temps anormalement courte pour une ULX.

On pourrait avoir été en présence d'un trou noir de masse stellaire détruisant brutalement une petite étoile, voire une naine brunenaine brune, et consommant ses restes un peu à la façon du modèle des crêpes stellaires développé notamment par Jean-Pierre LuminetJean-Pierre Luminet, concernant la destruction d'une étoile par un trou noir supermassif.

Autre possibilité, une étoile à neutrons avec un important champ magnétiquechamp magnétique bloquant le processus d'accrétion supercritique d'ordinaire, champ magnétique qui se serait transitoirement affaibli avec donc la barrière qu'il constituait. Si le phénomène se reproduisait, cette hypothèse pourrait peut-être être confirmée. En attendant, l'énigme demeure...