Sciences

Amasie, le futur supercontinent qui succédera à la Pangée

ActualitéClassé sous :physique , géologie , tectonique des plaques

Dans plus de 50 millions d'années, un nouveau supercontinent devrait se former, d'après des géophysiciens de l'université de Yale. Nommé Amasie, il sera centré sur l'océan Arctique actuel, largement fermé par la fusion du continent américain et de l'Asie, rassemblés en haut de l'hémisphère nord.

Schémas illustrant la formation du prochain supercontinent proposée par les géophysiciens. Ce sera l'Amasie (Amasia en anglais). © Mitchell et al, Nature

L'article publié dans Nature aurait certainement intéressé Haroun Tazieff, Katia et Maurice Krafft. Un groupe de chercheurs y parle de tectonique des plaques, plus précisément de la théorie des cycles de Wilson.

La théorie de la tectonique des plaques est le cadre général et unificateur de la géologie moderne. Rétrospectivement, on a peine à croire que sa formulation date de moins de cinquante ans. C'est en effet seulement à la fin des années 1960 que les géophysiciens Jason Morgan, Dan Mc Kenzie et Xavier Le Pichon publient les articles fondateurs. Il aura fallu pour cela passer de la théorie de la dérive des continents d'Alfred Wegener à celle de l'expansion des fonds océaniques. 

Paléomagnétisme et dérive des continents

Une science, tout particulièrement, aura permis cette révolution dans les sciences de la Terre : celle du paléomagnétisme. Des particules ferreuses s'orientant selon les lignes de champs magnétiques dans des laves en train de se refroidir vont permettre à Vines et Matthews de découvrir les fameuses zébrures magnétiques au fond de l'Atlantique. Mémoires fidèles des inversions du champ magnétique de la Terre déjà découvertes par Brunhes au début du XXe siècle, les basaltes océaniques de part et d'autre de la dorsale médio-océanique au fond de l'Atlantique ne laissent pas d'autre choix que d'accepter que les continents dérivent bel et bien.


Une reconstitution du ballet des continents sur les derniers 500 millions d'années d'après des chercheurs de l'Université de Yale. © Yale University-Sergeytule-YouTube

Les enregistrements magnétiques de la Terre n'indiquent pas seulement que son champ s'inverse périodiquement. On peut aussi s'en servir pour déterminer des changements de latitudes et des rotations de continents dans le temps. En effet, une boussole voit son aiguille légèrement dévier de l'horizontale en fonction de la latitude du lieu car elle suit les lignes de champ magnétique. L'aimantation rémanente dans une roche volcanique indique donc non seulement la direction du pôle magnétique à ce moment-là mais aussi la latitude de la roche à la période où elle s'est formée.

Les vieilles montagnes et terrains datant de la même époque et présentant une même nature, que l'on peut trouver par exemple de part et d'autre de deux blocs continentaux autrefois soudés, sont des vestiges de collisions entre plaques. Il est possible, en joignant ces informations à celles données par le paléomagnétisme, de reconstituer approximativement la dérive des continents.

Après la Pangée, trois futurs supercontinents possibles

On a découvert de cette manière qu'avant le supercontinent baptisé Pangée (300 millions d'années), devait en exister au moins un autre appelé Rodinia (1,1 à 0,7 milliard d'années) et avant lui encore un autre que l'on nomme Columbia (1,8 à 1,5 milliard d'années). Les archives géologiques sont compatibles avec une hypothèse avancée il y a des dizaines d'années par le géophysicien canadien Tuzo Wilson. Tous les 400 millions d'années environ, un supercontinent se formerait pour ensuite se fragmenter et enfin se rassembler. Il s'agit de la théorie des cycles de Wilson.

La configuration du prochain supercontinent proposée par les géophysiciens. Ce sera l'Amasie (Amasia en anglais). © Mitchell et al., Nature

Se pose alors une question : à quoi ressemblera le prochain supercontinent ? L'ouverture de l'Atlantique va-t-elle se poursuivre jusqu'à ce que le Japon et la Chine entrent en collision avec l'Amérique du Nord et le Mexique, à 180 ° de l'Afrique ? C'est la théorie de l'extraversion.

Ou bien cette ouverture va-t-elle finir par s'arrêter pour finalement s'inverser ? C'est la théorie de l'intraversion. Cette dernière hypothèse pourrait s'avérer la plus probable étant donné que la chaîne des Appalaches allant du sud au nord des États-Unis témoigne d'une ancienne collision entre continents, avant la formation de la Pangée justement.

Aucune de ces deux hypothèses ne serait la bonne d'après l'article publié dans Nature par des chercheurs de l'université de Yale. Selon eux, d'après les dernières données des archives paléomagnétiques et autre archives paléogéographiques, chaque fois qu'un nouveau supercontinent se forme, il le ferait à 90 ° du centre du précédent.

Selon cette théorie de l'orthoversion proposée par Ross N. Mitchell et ses collègues, si l'on se base sur les mouvements actuels des plaques tectoniques et les analyses paléomagnétiques qu'ils ont effectuées, d'ici 50 à 200 millions d'années, le nouveau supercontinent se retrouvera centré sur les régions polaires boréales.

La mer des Caraïbes et l'océan Arctique disparaîtront. L'Amérique du Sud pivotera avec la Terre de Feu remontant vers le nord, en même temps que l'Alaska et le Canada entreront en collision avec le nord-est de l'Asie, comme le montre une carte du futur supercontinent proposée par les géophysiciens.

Puisqu'il se manifeste par la collision entre l'Amérique du Nord et l'Asie, ce supercontinent a été baptisé Amasie par les chercheurs. Il semble cependant peu probable que l'humanité soit encore présente sur Terre à ce moment-là et encore moins sous sa forme actuelle. La théorie de l'orthoversion ne sera donc jamais véritablement testée...

Cela vous intéressera aussi