Détecter les plaques d’athérosclérose en les écoutant !

Classé sous :dépistage , cholestérol , arthérosclérose

L’athérosclérose est l'une des affections les plus courantes liées à l'excès de cholestérol. Elle est due à la formation de plaques d'athérome où des lipides s'accumulent sur la paroi des artères. Ces plaques peuvent alors se détacher et former des caillots sanguins et des thromboses. Malheureusement, les plaques d'athérome sont la plupart du temps asymptomatiques, et ce n'est que lorsqu'elles deviennent trop épaisses que les symptômes apparaissent. Les plaques d'athérome ont tendance à se détacher sous l'action des monocytes, des cellules immunitaires inflammatoires qui se transforment en macrophages et qui tentent de les éliminer.

Des chercheurs de l'université du Michigan ont eu l'idée de se servir de ces cellules immunitaires pour repérer les plaques d'athérome, en les faisant émettre des ultrasons. Ils ont pour cela injecté des nanotubes de carbone dans le sang, qui sont absorbés de manière sélective par les monocytes et les macrophages. Un faisceau laser est ensuite envoyé sur les artères excitant les nanoparticules qui se mettent alors à émettre des ondes ultrasonores. Ces dernières sont converties en lumière et alertent sur la présence d'une plaque d'athérome.

L'équipe a testé sa méthode chez la souris et constaté que les nanoparticules permettent d'identifier les plaques six fois mieux que le groupe témoin. « Cette méthode non invasive pourrait permettre de détecter les plaques avant qu'elles ne se détachent et ne déclenchent des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux », assure Bryan Smith, auteur de l'étude parue dans la revue Advanced Functional Materials.

À gauche, une image de plaque d’athérome sans nanoparticules. À droite, les nanoparticules émettent des ultrasons qui sont convertis en image optique 3D. © Adv. Funct. Mater
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] AVC : quels sont les facteurs de risque ?  L’AVC, parfois nommé attaque cérébrale, est dû à un problème vasculaire au niveau du cerveau. Lorsqu’il n’est pas fatal, il peut laisser de graves troubles, notamment au niveau moteur. Voici en vidéo les principaux facteurs de risque à surveiller pour se prémunir de cette pathologie.