Cartographie des fonds océaniques réalisée par Marie Tharp, Bruce Heezen et Heinrich Berann en 1977. © Berann, Heezen, Tharp, Library of Congress, https://www.loc.gov/item/2010586277/
Planète

Qu’est-ce qu’un continent ?

Question/RéponseClassé sous :Planète , croûte continentale , continents
 

Terme vague, le mot « continent » est mal défini et mêle généralement des considérations géologiques, géographiques, historiques, et culturelles. En fonction de ces observations, il est ainsi possible de dénombrer de quatre à sept continents à la surface du globe.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Zealandia, un continent englouti bien réel  Zealandia : l'origine du mystérieux continent englouti est liée à la ceinture de feu 

L'origine du mot « continent » vient du latin « se tenir ensemble » ou « terres continues ». Communément, un continent représente en effet une vaste étendue de terre émergée, dont l'extension géographique est délimitée par un ou plusieurs océans.

Combien de continents sur Terre ?

C'est cette définition qui apparait au milieu du XVIIe siècle. Cependant, cette idée purement géographique va souffrir de considérations historiques et culturelles. Difficile, pour l'époque, d'unifier sous le terme « continent » l'Europe et l'Asie par exemple. De même, l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud doivent-elles être unifiées ou séparées en deux continents distincts ? De là viennent les divergences à propos du nombre de continents. Actuellement, trois modèles prévalent :

  • un modèle à six continents qui, en plus de compter l'Antarctique, l'Afrique et l'Océanie, différencie l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud et unifie l'Europe et l'Asie en un continent nommé « Eurasie » ;
  • un modèle à six continents mais qui, cette fois-ci, unifie l'Amérique du Nord et du Sud en un continent unique nommé « Amérique » et différencie l'Europe et l'Asie ;
  • un modèle à sept continents différenciant Amérique du Nord, Amérique du Sud, Asie et Europe.
Modèle comportant 7 continents. © Cogito ergo sumo, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Dans ce cas, les séparations entre les continents sont souvent arbitraires et non clairement définies. Si les frontières maritimes naturelles sont privilégiées, d'autres sont purement conventionnelles, comme la limite entre l'Europe et l'Asie qui est définie par les détroits du Bosphore et des Dardanelles. Cette frontière a notamment varié au cours du temps, en fonction des enjeux politiques.

Les continents en géologie

D'un point de vue scientifique, et plus particulièrement géologique, la définition d'un continent est beaucoup plus simple. Il s'agit d'une importante masse de croûte continentale. La croûte continentale se différencie de la croûte océanique par sa composition mais également par son mode de formation.

Alors que la croûte océanique a une composition généralement mafique (roches riches en magnésium et en fer, comme les basaltes et les gabbros), la croûte continentale est, quant à elle, plutôt felsique, c'est-à-dire qu'elle est majoritairement composée de roches riches en silice, comme les granites. Cette diversité de composition engendre des différences de densité : la croûte continentale est moins dense que la croûte océanique. L'autre grande différence entre les deux types de croûtes vient de leur mode de formation. La croûte océanique est créée en continu au niveau des dorsales océaniques, alors que la croûte continentale a été principalement formée au début de l'histoire de la Terre.

Les volumes de croûte mis en place à l'heure actuelle au niveau des arcs volcaniques sont très faibles. Les continents sont donc composés de roches anciennes, remaniées au cours des temps géologiques par les processus érosifs et tectoniques.

Dans ce contexte, les limites de chaque continent sont définies comme la transition entre la croûte continentale et la croûte océanique. Ces zones de transition sont appelées « marges continentales ». Les marges continentales sont souvent immergées. Elles peuvent être actives et marquées par des zones de subduction ou la présence de grandes failles, ou au contraire passives, c'est-à-dire que la transition entre la croûte continentale et la croûte océanique se fait plus ou moins graduellement. Un continent, en géologie, peut ainsi être défini comme un bloc de croûte continentale entouré de croûte océanique.   

Schéma simplifié illustrant la transition entre la croûte continentale (1) et la croûte océanique (4). © Michel d'Auge, Wikimedia Commons, domaine public

De ce point de vue, l'Europe et l'Asie ne forment ainsi qu'un seul continent : le continent eurasiatique. Il peut arriver que la fragmentation des continents par le jeu des forces tectoniques engendre la formation de blocs de croûte continentales de petite taille, isolés des autres continents. On ne parlera pas alors de « continents » pour ces blocs, mais de « fragments de croûte continentale ».

Évolution des continents et tectonique des plaques

Les continents que nous connaissons aujourd'hui ont cependant largement évolué au cours de l'histoire de la Terre. Ils appartiennent en effet à des plaques tectoniques qui bougent en fonction des contraintes tectoniques. Au cours des ères géologiques, les continents se sont ainsi rassemblés en de supercontinents, comme la Pangée ou le Gondwana, puis fragmentés à plusieurs reprises. Le nombre de continent n'est donc pas fixe si l'on regarde dans le passé, ou dans l'avenir ! Actuellement, le continent africain est d'ailleurs en train de se séparer en deux parties au niveau du rift est-africain. Dans plusieurs millions d'années, ces deux parties représenteront deux continents bien distincts.

Carte de l’Afrique montrant la localisation du rift est-africain. © USGS, Wikimedia Commons, domaine public
Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !