Froid et chaud soulagent les douleurs : quelles sont leurs indications ? © catinsyrup, Fotolia

Santé

Soulager la douleur avec le chaud ou le froid ?

Question/RéponseClassé sous :médecine , soulager la douleur , contracture musculaire

Entorse, courbatures, contusion, œdème... La chaleur comme le froid ont des actions bénéfiques. Mais dans quels cas sont-ils indiqués et comment bien les utiliser ?

L'application locale de chaleur ou de froid permet d'atténuer les douleurs. Mais dans quels cas les utiliser car l'effet recherché est différent pour chacun : voici comment choisir.

Le chaud contre les contractures musculaires

Le chaud est recommandé en cas de contractures musculaires, crampes, courbatures, torticolis, mal de dos. Il soulage aussi les règles douloureuses ou les maux de ventre.

La chaleur agit de différentes façons, elle procure

  • un effet décontractant : elle favorise le relâchement musculaire ;
  • un effet vasodilatateur : elle augmente le flux sanguin et améliore l'apport en oxygène dans les tissus ainsi que l'évacuation des toxines ;
  • un effet analgésique : elle stimule la production d'endomorphine et augmente le seuil de douleur.

Elle est en revanche contre-indiqué en cas d'insuffisance veineuse, d'affection cutanée ou d'inflammation.

Comment l’appliquer ?

Utilisez une poche de gel, une bouillotte (à eau chaude ou graines) ou encore un coussin chauffant passé deux minutes au micro-ondes et laissez poser 15 à 20 minutes. Veillez à ne pas vous brûler avec une compresse trop chaude. On trouve aussi en pharmacie des patchs chauffants à coller à même la peau qui diffusent la chaleur pendant 4 à 8 heures : pratique pour garder une liberté de mouvement mais assez chers. Les kinésithérapeutes se servent de lampes à infrarouge dont les rayons pénètrent dans la peau pour amener la chaleur dans les tissus.

Le froid soulage les entorses et diminue l’inflammation. © Africa Studio, Fotolia

Le froid contre les traumatismes et les douleurs articulaires

Le froid est recommandé en cas d'inflammation, d'entorse, de foulure, de contusion ou d'ecchymoses, de déchirure musculaire et d'arthrose. Il agit sur plusieurs plans :

  • pour un effet analgésique, il ralentit la vitesse de conduction des fibres nerveuses ;
  • pour un effet anti-inflammatoire, il diminue la production des cytokines pro-inflammatoires ;
  • pour un œdème ou un hématome, il réduit le débit sanguin et la progression d'un bleu après un choc.

Comment l’appliquer ?

Utilisez une poche de gel à placer au réfrigérateur ou à défaut des glaçons enveloppés dans une serviette. Un sachet de petits pois surgelés fera aussi parfaitement l'affaire (à ne pas consommer après usage !). Attention : ne jamais appliquer le froid directement sur la peau sous peine de brûlure. Le froid doit être maintenu entre 20 et 30 minutes, mais pas plus. Il existe aussi des sprays ou gels au menthol et à l'eucalyptol avec un effet rafraîchissant, pratiques à emporter en balade ou en jogging.

La « cryothérapie corps entier » (CEE) consiste, quant à elle, à plonger le corps dans une atmosphère comprise entre -110 et -120 °C durant une à trois minutes. Ce choc thermique permettrait une meilleure récupération chez les grands sportifs grâce notamment à ses effets anti-inflammatoires, mais aussi à une stimulation du système cardiovasculaire et une diminution du stress oxydatif.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi