Planète

Classification des cétacés : les mysticètes

Dossier - Les cétacés, nos cousins des mers
DossierClassé sous :zoologie , cétacé , cétacés

-

Plongez dans le monde fascinant de nos océans et de nos fleuves. Une immersion dans l'univers marin vous permettra de découvrir les cétacés, des prédateurs méconnus, les aptitudes de ces mammifères marins si menacés, aux facultés extraordinaires.

  
DossiersLes cétacés, nos cousins des mers
 

Les cétacés se divisent en deux groupes : les mysticètes et les odontocètes. Voyons ici les caractéristiques des mysticètes, les cétacés à fanons.

La baleine franche australe est un cétacé mysticète. © Wikipedia

Mysticeti : cétacés à fanons

Parmi les mysticètes, on peut citer :

  • les Balaenidae (baleine) ;
  • les Eschrichtidae (baleine grise) ;
  • les Balaenopteridae (rorqual, etc). 

Dimensions et alimentation des cétacés mysticètes

La dimension varie avec l'espèce. La plus petite est la baleine pygmée qui mesure de 2 à 6 m de long pour une masse de 3 à 3,5 tonnes. Parmi les rorquals, les plus gros, la baleine bleue est la plus grosse des baleines. Elle mesure 27 m à l'âge adulte pour une masse de 150 tonnes. On estime la longévité des baleines de 70 à 90 ans.

Ces mysticètes sont microphages, n'ont pas de dents mais des fanons et capturent leurs aliments par filtration. Leurs proies de petite taille sont du krill, des amphipodes, des copépodes, des polychètes et autres invertébrés.

Cependant, les rorquals chassent des poissons en banc (harengs, maquereaux, capelans et sardines). Ces baleines engloutissent une importante quantité d'eau, exercent ensuite une pression de leur langue qui chasse l'eau engloutie par les fanons et piègent les proies qui sont avalées.

Reproduction et migration des cétacés mysticètes

Comme pour tous les grands mammifères, le taux de reproduction est faible. Le temps de gestation est important : 10 à 11 mois pour les baleines franches, 13 pour la baleine grise, 10 à 12 pour les rorquals, les femelles ne se reproduisent au plus tous les deux ans. Un seul petit par portée mature après plusieurs années : les baleines grises atteignent leur maturité sexuelle entre 5 et 11 ans, et leur maturité physique à 40 ans.

Baleine à bosse (Polynesie francaise, île de Rurutu - Megaptera novaeangliae), Mère et son petit. Pendant toute la première année de sa vie le baleineau et sa mère restent absolument inséparables : elle fait preuve d'une attention constante, depuis le jour de sa naissance, elle doit aider son petit à regagner la surface pour sa premiere respiration. Jusqu'à ce que le baleineau soit sevré, elle le nourrit, le guide, le surveille sans relâche. Et si elle l'autorise à nous rejoindre en surface pour une serie de cabrioles, il doit sans tarder la rejoindre dès qu'elle a decidé de reprendre sa route. Les baleiniers profitaient autrefois de cet attachement sans faille : ils capturaient d'abord le petit, et la mère incapable d'abandonner son baleineau se laissait attraper sans même chercher à s'echapper. © Alexis Rosenfeld, Tous droits réservés

Une particularité commune à tous les mysticètes est la migration saisonnière : de leurs sites alimentaires, aux hautes latitudes jusqu'à l'hiver, vers des latitudes plus tempérées : c'est là que les accouplements et la mise bas ont lieu.

Ce cycle biologique pendant lequel les baleines migrent, s'alimentent et se reproduisent, dure (selon les espèces) deux ans, voire plus.

Exemples :

Dangers et solutions de conservation 

En 2000, une équipe de spécialistes, chapeautée par le ministère des Pêches et océans du Canada et le Fonds mondial pour la nature Canada (WWF), a publié le plan de rétablissement canadien de cette espèce. On y établit la liste des facteurs limitants et les stratégies pour favoriser son rétablissement.

Facteurs limitants :

  • collision avec des navires ;
  • problèmes liés aux engins de pêche ;
  • exposition aux contaminants ;
  • dégradation et réduction de l'habitat ;
  • bruit et autres perturbations d'origine humaine ;
  • faible diversité génétique (dépression de consanguinité) ;
  • ressources alimentaires inadéquates ;
  • mécanisme dépensatoire (effet Allee) ;
  • désastres écologiques.

Stratégies pour la conservation :

  • réduire la mortalité et les blessures causées par les collisions avec les navires ;
  • réduire la fréquence et la gravité des prises dans les engins de pêche ;
  • réduire l'exposition aux contaminants et la dégradation de l'habitat ;
  • réduire la fréquence et la gravité des prises accidentelles dans les engins de pêche ;
  • réduire le dérangement lié aux activités humaines ;
  • assurer un suivi de la population et favoriser la recherche pour mieux comprendre les menaces qui pèsent sur l'espèce.