Planète

La fissure éruptive de Lakagigar

Dossier - Voyage en Islande
DossierClassé sous :Voyage , volcanisme , point chaud

-

L’Islande, aux portes de l’Union européenne, est une île de contraste. On y trouve les glaces des hautes latitudes ; c’est aussi un lieu idéal pour l’étude de la dorsale médio-atlantique. Plongez dans les lacs et les volcans de l'Islande à la découverte de son histoire et de sa biodiversité.

  
DossiersVoyage en Islande
 

Le système volcanique du Laki ou Lakagigar est situé dans la zone qui correspond à l'émersion de la ride médio-atlantique, couplée avec la présence d'un point chaud.

Le Laki, un volcan islandais. © Leon Dolman, CC BY-NC 2.0

Le Laki, un volcan islandais. © Leon Dolman, CC BY-NC 2.0
  • latitude : 64° 42' N
  • longitude : 17° 33' O
  • altitude : 500 mètres

Ce graben présente dans sa moitié sud une direction sud-ouest − nord-ouest, et dans sa moitié nord une direction nord-sud.

Le Laki est aussi appelé Lakagigar en islandais.

Le Laki est aussi appelé Lakagigar en islandais. © Juhász Péter, Wikipédia

L'éruption de 1783

La plus grande émission de lave des temps modernes date du 8 juin 1783. Le débit moyen pour le Laki durant cette éruption était d'environ 2.200 m3 par seconde. À titre de comparaison, sur l'Etna, le débit moyen d'un point d'émission ces dernières années est de l'ordre de 1 à 2 m3/s.

Une éruption fissurale en vue aérienne.

Une éruption fissurale en vue aérienne. © Image Futura-Sciences retouchée et recadrée

L'éruption commence par un dynamisme de nature phréatique dû à la présence de lacs le long de la fissure. Ensuite, les premiers jours, le dynamisme est de nature hawaïenne avec des fontaines de lave. Les gaz toxiques émis empoisonnèrent le bétail et les récoltes, entraînant une famine désastreuse. Les poussières volcaniques assombrirent à tel point l'atmosphère que les pêcheurs durent renoncer à sortir en mer. Près de 10.000 personnes périrent (morts indirectes dues à la famine et aux maladies). Il s'agit de volcanisme de rift sur 25 km de long.

Alignement de bouches volcaniques dans le Laki.

Alignement de bouches volcaniques dans le Laki. © Claire König

Quatre phases se sont suivies :

  • ouverture de la fissure ;
  • phase explosive violente (projections de cendres) avec fontaines de lave ;
  • émission de coulées très fluides, avec petits édifices ;
  • arrêt (définitif) de fonctionnement.
À gauche, coulée du Laki sur la côte sud, qui a eu lieu en 1783. À droite, mousse épaisse actuellement sur la coulée Laki, côté sud. © DR

On a ainsi 115 cratères et spatter-cones de 40 à 70 m de haut alignés. Cette fissure n'a émis des laves qu'une fois, comme les autres systèmes volcaniques du même genre en Islande, avec une exception : l'Hekla.

À l'intérieur d'un petit cratère du Laki.

À l'intérieur d'un petit cratère du Laki. © Claire König

Le Vatnaöldur

Le Laki est parallèle à un autre système comparable, le Vatnaöldur, dont l'éruption, voilà environ 6.500 ans, est à l'origine du plus important épanchement lavique des temps postglaciaires connu sur Terre.

Morceau de lave altérée sur saule du nord.

Morceau de lave altérée sur saule du nord. © Claire König

L'ouverture de la fissure

L'éruption de 1783 a commencé par l'ouverture de la fissure en juin et l'activité d'émission a duré jusqu'en février 1784 (soit huit mois en continu) avec les résultats suivants :

Cartes géologiques et tectonique (à droite) de la région. © DR
  • 12 km3 de lave en fusion, une coulée de 50 km de long jusqu'à la mer ;
  • 570 km2 recouverts de lave de type tholéiitique ;
  • 0,3 km3 de cendres ;
  • une baisse de température moyenne estimée de 4,5 °C ;
  • 24,5 millions de tonnes de soufre (SO2) ;
  • 20 millions de tonnes de gaz carbonique ;
  • cette pollution naturelle contamina les eaux de surface et les pâturages. Ainsi, 50 à 75 % des animaux (sauvages et cheptel) périrent ;
  • la visibilité fut si mauvaise que la pêche fut interrompue ;
  • une brume bleuâtre s'étendit, durant l'été et l'automne 1783, sur la plus grande partie de l'Europe et sur les régions adjacentes de l'Afrique et de l'Asie. Certains disent que les famines qui s'en suivirent dans toute l'Europe, et plus particulièrement en France, furent le ferment d'émeutes, et un élément à considérer dans l'origine de la Révolution française en 1789 (hypothèse non prouvée, à prendre avec précaution donc, mais hypothèse tout de même).