L'Islande, ou République d'Islande (littéralement « terreterre de glace »), est un État insulaire de l'océan Atlantique, situé au nord-ouest des îles Féroé. Étant située sur la dorsale médio-atlantique, l'Islande compte de nombreux volcans.

Les cascades de Gothafoss (Goðafoss). © Martin-D, CC by-sa 3.0
Les cascades de Gothafoss (Goðafoss). © Martin-D, CC by-sa 3.0

Présentation générale de l’Islande

Le pays a une superficie de 103.000 km2 et une population d'environ 316.000 habitants. Sa capitale et plus grande ville est Reykjavik. L'islandais est la langue officielle. Langue germanique parlée en Islande, l'islandais a pour racine historique le norrois, qui était pratiqué depuis le Moyen Âge dans les pays scandinaves. L'isolement de l'Islande et son importante culture de l'écrit ont permis une conservation exceptionnelle de la langue originelle dans sa version écrite et orale. Beaucoup d'Islandais connaissent l'anglais et le danois.

Vue satellitaire de l'Islande en hiver. © DR
Vue satellitaire de l'Islande en hiver. © DR

Le pays est membre de l'ONU (Organisation des Nations unies), de l'Otan (Organisation du traité de l'Atlantique nord), de l'AELE (Association européenne de libre-échange), de l'OCDEOCDE (Organisation de coordination et de développement économiques) et de l'EEE (Espace économique européen), mais pas de l'Union européenne.

L'Althing, le plus vieux parlement au monde

L'Islande est habitée depuis le IXe siècle. L'État libre islandais a été établi en 930, quand l'Althing, le plus vieux parlement au monde, s'est réuni pour la première fois. En 1262, le pays s'est soumis au roi de Norvège. En 1380, l'île est passée sous domination danoise pour cinq siècles. Les Islandais ont souffert de la pauvreté, de la famine, de la peste et des catastrophes naturellescatastrophes naturelles avant d'obtenir leur indépendance en 1944.

Contrairement au Groenland, l'Islande fait partie de l'Europe, et non de l'Amérique : bien qu'elle se situe sur le riftrift, la plus grande partie de son territoire est du côté européen du rift et, culturellement et historiquement, sa population est européenne.

Chutes d'eau à Godafoss. © Wikipédia
Chutes d'eau à Godafoss. © Wikipédia

L'Islande développe un climat océaniqueclimat océanique tempéré, soumis à l'influence des ventsvents froids polaires. Grâce au Gulf Stream, ses côtes sud et ouest bénéficient d'une température bien plus clémente en hiverhiver que New York ! Les températures ne s'éloignent jamais beaucoup de 0 °C (5 °C à Reykjavik, 3,8 °C à Akureyri). Les précipitationsprécipitations varient du nord au sud. Akureyri, au nord, a un total inférieur à 500 mm, alors qu'au sud certaines stations atteintes de plein fouet par les tempêtestempêtes océaniques ont un total pluviométrique annuel qui peut dépasser 2.000 mm de précipitations.

Un paysage typique en Islande. © Claire König
Un paysage typique en Islande. © Claire König

Les villes : Reykjavik, Keflavík et Akureyri

Les côtes de l'île sont truffées de fjordsfjords, au sein desquels la plupart des agglomérations sont situées. Les Hautes Terres d'Islande sont constituées de désertsdéserts inhabitables. Les principales villes du pays sont Reykjavik, Keflavík et Akureyri, dans le nord de l'île.

La végétation a du mal à se développer dans certaines parties de l’Islande. © Claire König
La végétation a du mal à se développer dans certaines parties de l’Islande. © Claire König

Plus de la moitié de la population vit dans le sud-ouest de l'île principale (située au sud du cercle arctiquearctique). L'est de l'île ne compte que 12.000 habitants, qui vivent de la pêchepêche. L'île de Grímsey, sur le cercle polairecercle polaire arctique, constitue le lieu habité le plus septentrional d'Islande.

Villes et population en Islande :

  • Reykjavik : 118.861
  • Kópavogur : 30.000
  • Hafnarfjörður : 25.107
  • Akureyri : 17.304
  • Reykjanesbær : 13.686
  • Garðabær : 10.139
  • Mosfellsbær : 8.317
  • Árborg : 7.693
  • Akranes : 6.419
  • Fjarðabyggð : 5.000
Carte géologique très simplifiée de l’Islande. © DR
Carte géologique très simplifiée de l’Islande. © DR

L'Islande, une histoire de volcanisme

Près de la moitié de l'île est formée de laveslaves tertiaires dont les roches les plus anciennes ont environ 15 millions d'années. Ces grands plateaux, des trappstrapps, sont le résultat de nombreuses coulées superposées (et aériennes) de plusieurs mètres d'épaisseur chacune. Elles sont prismatiques. L'ensemble a une épaisseur de 10 km environ, ce qui donne une petite idée du volumevolume de laves ! Les trapps se sont affaissés vers l'intérieur de l'île, et le profil de cette époque correspond à une ride normale avec effondrementeffondrement central : il n'y avait pas de point chaudpoint chaud à cette époque (voir plus loin).

Coupe hypothétique de la structure géologique de l’Islande au Miocène. © DR
Coupe hypothétique de la structure géologique de l’Islande au Miocène. © DR

La série suivante, soit du PliocènePliocène supérieur au QuaternaireQuaternaire inférieur (de 3,1 millions d'années à 0,7 million d'années) s'étend sur 40.000 km2 : morphologiemorphologie monotone de plateaux grisâtres de plus en plus jeunes vers le rift actuel. La partie active de l'île sera l'objet de ce dossier, et se partage en deux périodes :

  • entre 0,7 million d'années et 13.000 ans se succèdent des périodes glaciaires et des épisodes plus tempérés. Les reliefs de ces régions sont alignés en couloirs, parallèles au rift, et on y reconnaît bien la morphologie des volcans sous-glaciairesvolcans sous-glaciaires (voir la page sur le Vatnajökull) et les reliefs de séries rhyolitiques (voir la page sur Landmannalaugar) ;
  • le volcanisme inférieur à 13.000 ans est essentiellement aérien, les grandes calottes de glace ayant fondu à quelques exceptions près. Ces événements sont associés à une importante activité géothermique, dont les témoins sont les solfataressolfatares... (voir la page concernant Myvatn).