Planète

La rosée et ses gouttelettes matinales

Dossier - Microscopie : zoom sur la nature et ses incroyables propriétés
DossierClassé sous :botanique , zoologie , photo

-

Prendre son microscope et observer des animaux, des plantes et des fossiles dans leurs moindres détails : un vrai régal pour les yeux ! À travers ce dossier, vivez une formidable aventure microscopique qui révèle la beauté de notre environnement et venez découvrir les secrets de la nature et de l’infiniment petit.

  
DossiersMicroscopie : zoom sur la nature et ses incroyables propriétés
 

L'eau oscille constamment entre sa phase gazeuse et sa phase liquide au gré des changements de température, comme c'est le cas le matin lorsque se condensent à partir de l'air de fines gouttes de rosée. Les observer au microscope électronique permet d'assister à un spectacle singulier.

La rosée déposée sur les feuilles durant la nuit. © Adeevaristo, CCO

L'atmosphère terrestre contient en moyenne 1 % de vapeur d'eau, mais celle-ci est distribuée de façon très inégale. La grande majorité est concentrée dans la troposphère, couche inférieure de l'atmosphère qui culmine entre 7 et 20 km d'altitude selon la latitude. Elle est en outre très inégalement répartie à l'échelle régionale, minimale au-dessus des déserts et maximale au-dessus des forêts vierges. Même à l'échelle locale, sa distribution est irrégulière, affectée par la présence de plantes ou de bâtiments.

Détail de gouttelettes de rosée au microscope électronique. Dans les pays à faible pluviométrie, l’emploi d’un condensateur de rosée pour récupérer de l’eau potable est fréquent. © Giles Sparrow, Dunod, DR

La condensation d'eau liquide à partir de l'atmosphère dépend de la proportion de vapeur d’eau dans cette atmosphère et aussi de la température ambiante : plus l'air est froid, moins il peut contenir de vapeur d'eau. L'eau se transforme notamment en rosée lorsqu'elle entre en contact avec un objet froid, ce qui est souvent le cas à l'aube. Au cours de ce processus de condensation, les molécules s'attirent pour former des gouttelettes de rosée, sous l'influence de forces intermoléculaires qui créent une tension superficielle. C'est le cas sur ce brin d’herbe (ci-dessus), scanné au microscope électronique.