Planète

Araignée : le baiser mortel de la tarentule

Dossier - Microscopie : zoom sur la nature et ses incroyables propriétés
DossierClassé sous :botanique , zoologie , photo

-

Prendre son microscope et observer des animaux, des plantes et des fossiles dans leurs moindres détails : un vrai régal pour les yeux ! À travers ce dossier, vivez une formidable aventure microscopique qui révèle la beauté de notre environnement et venez découvrir les secrets de la nature et de l’infiniment petit.

  
DossiersMicroscopie : zoom sur la nature et ses incroyables propriétés
 

Les arachnides constituent l'un des principaux groupes d'arthropodes : on y trouve les scorpions, les tiques et les mites, avec les araignées pour vedettes. La microscopie a permis d'en apprendre davantage sur ces animaux et notamment d'obtenir de magnifiques images de crocs de tarentule.

Tarentule. © Seregraff, Fotolia

Tous les arachnides ont huit pattes ainsi que deux paires de membres supplémentaires à l'avant du corps : les chélicères et les pédipalpes. Les tarentules figurent parmi les plus grosses espèces d'arachnides et se distinguent par leur corps velu (y compris des poils urticants pour décourager les prédateurs), leurs longues pattes, et un venin qui n'est pas mortel pour l'Homme mais inflige une douleur aiguë et persistante.

Comme toutes les araignées, les tarentules produisent de la soie : les espèces arboricoles l'utilisent pour se fabriquer un abri tubulaire, alors que celles qui vivent au sol l'emploient pour recouvrir et stabiliser les parois de leur terrier.

La tarentule est armée de crocs pour saisir ses proies. Pendant longtemps, on a cru que la morsure de la tarentule plongeait sa victime dans un état léthargique. Elle provoque en fait une douleur persistante. © Giles Sparrow, Dunod, DR

Cette photo d'araignée réalisée au microscope électronique à balayage montre les redoutables crocs à l'extrémité des chélicères de la tarentule - ses organes de préhension pour saisir ses proies. Les crocs servent à injecter du venin dans la proie afin de la paralyser.

À l'instar des autres araignées, les tarentules ont un tube digestif étroit et ne peuvent pas avaler de la nourriture solide. Elles la préparent donc en la broyant et en l'imbibant d'enzymes digestifs que sécrètent des ouvertures situées dans les chélicères. Elles aspirent alors la nourriture liquéfiée par des orifices buccaux en forme de trompe.