Les chutes du Niagara pétrifiées par le froid polaire tombé sur l’est de l’Amérique du Nord. © Andy, fotolia

Planète

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?

ActualitéClassé sous :météorologie , climatologie , changement climatique

2018 vient à peine de commencer et l'année est déjà marquée par plusieurs épisodes météorologiques extrêmes dans divers endroits du monde. Que ce soit dans l'hémisphère nord, où l'hiver qui vient de commencer sévit durement en Amérique du Nord ; ou dans l'hémisphère sud, particulièrement en Australie où l'été commence sous une chaleur écrasante (47,3 °C près de Sydney). Caprices de la météo ou conséquences du dérèglement climatique ?

La France a essuyé une redoutable tempête les premiers jours de 2018. Eleanor a fait au moins sept victimes et laissé dans son sillage des inondations et d'importants dégâts matériels causés par des rafales de vent à plus de 100 km/h. Plusieurs de nos voisins européens ont aussi été frappés.

Ces derniers jours, il est tombé dans les Alpes jusqu'à 1,90 mètre de neige fraîche en quelques heures près de la frontière italienne. En Savoie, la neige arrivait jusqu'aux épaules, avec une couche atteignant 1,60 mètre. Les photos et les vidéos partagées sur les réseaux sociaux sont impressionnantes.

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige du Sahara

De la neige, il en est tombé dans un endroit où l'on n'a pas l'habitude d'en voir..., un environnement connu pour son aridité : le Sahara. Bien sûr, il n'a pas neigé partout dans le plus grand désert de sable du monde, ce weekend, mais en particulier dans le Sahara algérien. C'est toujours avec étonnement et un certain émerveillement que l'on découvre ces images de dunes de sable rouge orangé qui ondulent à perte de vue, et recouvertes, une fois n'est pas coutume, d'un léger manteau blanc.

Quoique ce ne serait pas si exceptionnel dans cette région située au pied de l'Atlas. La neige n'y aurait tenu qu'une journée. La dernière fois que les habitants de la région ont vu de la neige, c'était il y a un peu plus d'un an, en décembre 2016. Faut-il s'attendre à davantage de précipitations et de neige dans le Sahara avec le changement climatique ? Ce ne serait pas impossible selon une étude de 2016. Le désert pourrait reverdir.

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

Un froid extrême dans l’est de l’Amérique du Nord

Ce début d'hiver 2017-2018 se montre féroce et même meurtrier dans la moitié est de l'Amérique du Nord où une vague de grand froid sévit depuis le 28 décembre dernier. Le Canada a plusieurs fois lancé des alertes au froid extrême. Aux États-Unis, le Minnesota a enregistré des -45 °C ! Le 2 janvier, à Sioux City dans l'Iowa, la température est descendue jusqu'à -33 °C. New York a battu des records : -15 °C ; Chicago aussi pour le Nouvel An : -17 °C. Heureusement, un redoux est annoncé dans les prochains jours.

Le froid a touché aussi la Floride où il a neigé pour la première fois depuis 30 ans. Des iguanes sont tombés des arbres, gelés. D'autres animaux ont souffert, comme des requins retrouvés sur des plages de Cape Cod, dans le Massachusetts, saisis par le froid. Des scientifiques ont pu sauver des tortues marines, également surprises par les basses températures dans cette région. Une vidéo devenue virale montre comment des alligators survivent dans les eaux gelées d'un étang en Caroline du Nord. Ils ne sont pas morts mais dans un état de « brumation ».

Les équipes du Shallotte River Swamp Park craignaient que les alligators soient morts. Mais non, ils respirent à travers la glace et se sont mis en mode hibernation. © Swamp Park, Youtube

Une énorme tempête hivernale surnommée bomb cyclone par les Américains s'est abattue sur l'est des États-Unis le 4 janvier. Sur le littoral, des vagues géantes ont provoqué des inondations historiques dans la région de Boston où le froid n'a rien arrangé à la situation. Le froid fut ressenti jusque dans les Caraïbes. Certes pas avec la même intensité qu'au Québec.

Pendant ce temps, l'Arizona, au contraire, connaissait son plus doux début d'année. La Californie, qui a fait face en décembre 2017 au plus terrible incendie de son histoire, vient d'être frappée par des coulées de boue dévastatrices qui ont fait 17 morts et détruit des centaines de maisons.

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

Une chaleur extrême en Australie

Dans l'hémisphère sud, c'est plutôt l'été qui fait parler de lui et fait des victimes. En particulier en Australie où le 7 janvier, des records historiques ont été enregistrés près de Sidney : 47,3 °C. Une vague de chaleur brutale qui a déjà provoqué la mort par hyperthermie de centaines de chauves-souris« Leur cerveau frit et elles deviennent incohérentes » a déclaré Cate Ryan, présente sur place dans le parc de Saint Helens et interrogée par la presse locale. De nombreux volontaires ont avec elle essayé d'en sauver en les hydratant. 90 % des victimes recensées étaient de jeunes sujets.

Une catastrophe écologique à laquelle s'ajoutent des incendies. Malheureusement, ce n'est pas la première fois qu'une canicule frappe l'Australie. Le 10 janvier, on apprenait que 2017 fut sa troisième année la plus chaude jamais recensée. Et ce n'est pas près de s'arrêter car les températures continuent d'augmenter. Les animaux et aussi les plantes sont en première ligne du dérèglement climatique en cours.

  • Plusieurs évènements météorologiques extrêmes se sont produits entre décembre 2017 et début janvier 2018.
  • Ils concernent les deux hémisphères, avec des niveaux exceptionnels de chaleur, de froid et de précipitations.
Cela vous intéressera aussi

Vents : les grand courants vus de l'espace  La saison cyclonique 2017 sur l'Atlantique nord fut particulièrement active, et même meurtrière. Des données acquises par plusieurs satellites de la Nasa ont permis de la reconstruire virtuellement en intégrant les mouvements des aérosols, ces particules de fumée ou de poussières emportées dans les vents puissants. Ces passagers microscopiques sont des traceurs mais ils jouent aussi un rôle, encore mal compris, dans les phénomènes météorologiques.