Maison

Matériaux de construction : radioactivité naturelle ou artificielle ?

Dossier - La radioactivité dans la maison
DossierClassé sous :Maison , matériau , matériaux de construction

-

Depuis quelques années, la radioactivité dans l’habitat est au cœur de préoccupations nationales et internationales. D’où vient-elle ? Qu’est-ce qui la distingue ? Comment pénètre-t-elle dans les maisons ? Quels sont les risques sanitaires et les moyens de s’en protéger ? Enquête sur un sujet d’actualité solidement étayée et complétée d’interviews de spécialistes.

  
DossiersLa radioactivité dans la maison
 

Le CSTB le dit clairement : « tous les matériaux de construction contiennent une quantité variable de radionucléides naturels ». Ils pourraient bien aussi être contaminés artificiellement.

Radioactivité naturelle des matériaux de construction. Sources Technical Series n° 419, AIEA.

Les concentrations d'origine naturelle sont le plus souvent très faibles. S'il existe des cas où elles dépassent la moyenne des sols, elles restent très en dessous des valeurs guides minimales (seuils de risques) fixées par la réglementation européenne. À titre d'exemple, les constructeurs suédois ont abondamment utilisé entre 1930 et 1975 un béton allégé à base de schiste bitumeux présentant des teneurs en radium 226 de 600 à 2600 Bq/kg. C'est 12 à 52 fois plus que la moyenne de 50 Bq/kg de la croûte terrestre, mais 13 à 3 fois moins que la radioactivité du corps humain. En France, des taux supérieurs à la moyenne terrestre été mesurés par la Criirad* dans des matériaux fabriqués ou commercialisés en Rhône-Alpes (voir tableau en fin de page). Notamment, dans des granulats provenant de roches magmatiques (formées en profondeur), dans des briques alvéolaires et dans un ciment d'aluminate entrant dans la composition de bétons précontraints utilisés dans le secteur du bâtiment et des travaux publics.

Valeurs moyennes relevées en région Rhône-Alpes lors des études de la Criirad.

L'article R. 1333-3 du Code de la santé publique pose le principe d'interdire l'emploi, dans la fabrication des biens de consommation et des produits de construction, de matériaux et déchets issus d'une activité nucléaire. Toutefois, les deux articles suivants introduisent des dérogations qui inquiètent (Amis de la Terre, Criirad...) en dépit des contrôles plus stricts imposés par la directive Euratom 2013-59. Les aliments, produits cosmétiques, parures (bijoux, vêtements...), jouets et matières en contact avec la nourriture et l'eau de boisson échappent aux dérogations, dans ce sens où ils ne peuvent être fabriqués à partir du premier recyclage.

* Études sur la radioactivité dans les bâtiments, en partenariat avec la Région Rhône-Alpes.