Maison

La pollution radioactive dans les zones d’habitation proche d'une centrale

Dossier - La radioactivité dans la maison
DossierClassé sous :Maison , matériau , matériaux de construction

-

Depuis quelques années, la radioactivité dans l’habitat est au cœur de préoccupations nationales et internationales. D’où vient-elle ? Qu’est-ce qui la distingue ? Comment pénètre-t-elle dans les maisons ? Quels sont les risques sanitaires et les moyens de s’en protéger ? Enquête sur un sujet d’actualité solidement étayée et complétée d’interviews de spécialistes.

  
DossiersLa radioactivité dans la maison
 

Existe-t-il une pollution radioactive dans les zones d'habitation situées à proximité d'une  centrale nucléaire ou d'un centre de retraitement ?

ASN

À proximité des installations nucléaires, la réglementation française impose aux exploitants leurs propres dispositifs de surveillance. Le contrôle de l'état radiologique de l'environnement est effectué de façon plus importante à proximité des installations nucléaires, mais il est également réalisé sur l'ensemble du territoire français. L'objectif étant de détecter toute élévation anormale de radioactivité dans les différents compartiments de l'environnement. L'ensemble des données obtenues dans le cadre de cette surveillance sont directement accessibles sur le site Internet du réseau national de mesures de la radioactivité dans l'environnement (www.mesure-radioactive.fr. )

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, implantée à 120 km de Paris. Elle comporte deux réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 1300 MWe. © EDF

IRSN (Didier Gay)

Les radionucléides artificiels liés aux activités humaines (en particulier les rejets des installations nucléaires ou hospitaliers) ne peuvent être présents dans la maison et son environnement qu'à des niveaux très faibles (à l'état de traces). Ils sont sans danger pour la santé de l'homme. Les rejets des Installations nucléaires et la radioactivité dans l'environnement sont suivis par les exploitants. L'IRSN dispose de son propre réseau de surveillance (cf. http://environnement.irsn.fr). Les données disponibles permettent de vérifier que les expositions reçues par la population sont très faibles. Elles ne représentent qu'une part très limitée de l'exposition reçue annuellement par le public (cf. rapport de 2006 en cours de révision sur l’exposition de la population française aux rayonnements ionisants et bilan de l’état radiologique de l’environnement français en 2012).

Il existe quelques cas particuliers pour lesquels un lien entre une activité nucléaire et une exposition domestique a pu être mis en évidence. Ces cas concernent des sites pollués (Gif-sur-Yvette, opération diagnostic radium, cf. dossier IRSN) et d'anciens sites miniers (campagne de recherche de stériles et affaire Bessines-sur-Gartempe,  cf. 3ème rapport de tierce expertise sur les sites de la division minière de la Crouzille et les fiches thématiques dans le dossier IRSN). Lorsque des maisons sont concernées, la présence de radium ou d'uranium conduit à un enjeu particulier lié au risque radon

Quelques cas d'utilisation de matériaux contaminés consécutivement à la perte et au recyclage accidentel de sources radioactives sont également recensés : boutons d’ascenseur en France, ferrailles contaminées. Ces affaires renvoient à l'enjeu particulier lié au suivi des sources, notamment les plus actives.