Radioactivité : quels sont les seuils de danger ? © pogonici, Fotolia

Sciences

Radioactivité : quelle dose est dangereuse pour la santé ?

Question/RéponseClassé sous :physique , taux de radioactivité , radioactivité naturelle

Nous sommes exposés chaque jour à un rayonnement ionisant d'origine naturelle (radon, rayonnement cosmique...) et artificiel (principalement d'origine médicale). Cette exposition varie énormément en fonction de notre mode de vie. À partir de quelle dose faut-il s'inquiéter et quels sont les effets à long terme sur la santé ?

La limite légale d'exposition à la radioactivité en France est de 1 millisievert (mSv) par an pour le corps entier, en dehors des expositions médicales et naturelles. La dose équivalente pour le cristallin est de 15 mSv/an et pour la peau de 50 mSv/an. Cette dose extrêmement faible est à comparer à la radioactivité naturelle que nous recevons chaque année (2,9 mSv/an) et des examens médicaux (un scanner équivaut à une dose efficace de 15 mSv).

Radioactivité due au radon : quelle dose est dangereuse ?

La principale source d'exposition à long terme est le radon, qui provient du sol, des matériaux de construction et du bâtiment. Il n'existe pas de limite règlementaire en France concernant l’habitation mais les études épidémiologiques montrent une augmentation du risque de cancer à partir d'une exposition continue pendant 30 ans supérieure à 200 Becquerel par mètre cube (Bq/m³). L'IRSN estime ainsi que le radon est la deuxième cause de mortalité par cancer du poumon après le tabac.

Radioactivité : quels sont les seuils d’alerte ?

Pour le grand public, la mise à l'abri est prévue à partir d'une exposition prévisionnelle de 10 mSv/an et une évacuation à partir de 50 mSv/an. En cas d’accident sur un réacteur nucléaire, une distribution de comprimés d'iode est organisée afin de protéger la thyroïde contre les effets de l'iode radioactif rejeté lors de l'accident.

Radioactivité : quelle dose a des effets sur la santé ?

On estime que l'augmentation du risque de cancer est de 0,005 % (50 cas pour un million de personnes) à une exposition de 1 mSv/an (à comparer à la probabilité de décès par cancer en France qui est de l'ordre de 25 %). Les études sur les faibles doses s'appuyant sur des données épidémiologiques, il est toutefois difficile d'avoir des certitudes sur l'origine de ces éventuels cancers. D'après la Commission internationale de protection radiologique (CIPR), aucun effet à long terme pour la santé n'est prouvé en dessous d'une dose annuelle de 100 mSv/an. À partir de 1.000 mSv/an (1 Gray), en revanche, la radioactivité a un effet immédiat sur la santé et implique un risque vital pour la personne dans les semaines et les mois qui suivent :

  • à partir de 1 Gy : des rougeurs apparaissent sur la peau et les cellules du sang sont atteintes ;
  • à partir de 4 Gy : le cristallin est endommagé ;
  • à partir de 5 Gy : les gonades (cellules sexuelles) subissent des modifications irréversibles chez l'homme ;
  • à partir de 10 Gy : atteinte des voies digestives ; 
  • à partir de 40 Gy : atteinte du système nerveux central.
Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi