En cas d’accident nucléaire, il existe des consignes strictes à suivre. Celles-ci doivent surtout être bien connues des populations vivant à proximité d’une installation nucléaire. © Nichizhenova Elena, Fotolia

Tech

Que faire en cas d’accident nucléaire ?

Question/RéponseClassé sous :technologie , risque nucléaire , sécurité civile

Sur les sites nucléaires plus qu'ailleurs, tout est mis en œuvre pour éviter qu'un accident ne survienne. Pourtant, le risque zéro n'existe pas. Et compte tenu des risques encourus, mieux vaut être préparé à cette éventualité.

Les personnes qui vivent ou travaillent dans la zone à risque d'une installation industrielle doivent être informées des comportements à adopter en cas d'alerte. C'est, bien entendu, également le cas lorsqu'il est question d'une installation nucléaire -- qu'il s'agisse d'une centrale nucléaire, d'un lieu de stockage de combustible ou du transport de substances radioactives. Et comme l'alerte est donnée par le même son de sirène quelque soit l'accident, la première chose à faire est de se mettre à l'abri dans un bâtiment. Pour en savoir plus sur la nature du risque encouru et savoir s'il est lié à la radioactivité, votre seule solution est de vous informer auprès des autorités par le biais des radios, télévisions ou autres sites internet.

Pour prémunir la population d'un risque de contamination, il peut alors arriver que le préfet donne pour consigne de prendre des comprimés d’iode. Pour espérer un maximum d'efficacité, la consigne doit être suivie dans l'immédiat. Dans les dix kilomètres autour d'une centrale nucléaire, des distributions préventives sont organisées à cet effet. Objectif : protéger la thyroïde en ingérant de l'iode stable afin d'empêcher de l'iode radioactif, issu de l'accident, de s'y fixer. Car respiré ou avalé, un iode radioactif accroît le risque de cancer de la thyroïde. Notez que le bénéfice d'une prise d'iode stable pour les animaux de compagnie n'est pas avéré. Inutile donc de partager vos comprimés avec Médor et encore moins sans l'avis préalable de votre vétérinaire. Pensez simplement à le mettre à l'abri avec vous.

L’ingestion d’iodure de potassium — encore appelée iode stable — permet de protéger la thyroïde contre les effets de l’iode radioactif rejeté durant un accident nucléaire. © ASN

Évacuer après un accident grave

Au cas où un ordre d'évacuation serait donné, sachez que les autorités ont pour consigne de vous autoriser à emmener vos animaux de compagnie avec vous, tant que cela ne porte pas atteinte à votre sécurité. L'ordre d'évacuation peut être donné si l'accident s'avère grave. Pour le savoir, une fois de plus, il est conseillé de se tenir informé de l'évolution de la situation. Avec la consigne du préfet, seront également précisés les lieux de rassemblement et toutes les recommandations utiles.

Ce n'est qu'après l'évacuation que les pouvoirs publics se chargeront des personnes susceptibles d'avoir été exposées à des rejets radioactifs. Celles-ci subiront les examens médicaux nécessaires à déterminer la dose reçue et recevront ensuite des soins adaptés. Pour cela, bien sûr, il faut veiller à vous signaler auprès d'un centre d'accueil ou de votre mairie.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Fukushima : histoire d'une catastrophe nucléaire  Le 11 mars 2011 se produit un séisme de magnitude 9 au Japon, entraînant la formation d’un tsunami qui va ravager des centaines de kilomètres de côtes, et inonder la centrale nucléaire de Fukushima Daiishi.