Après l’interférométrie au VLT, les 66 antennes d’Alma et en attendant l’E-ELT, l’Europe se donne les moyens de jouer un rôle de leader dans l’astronomie au sol, au cours de ces prochaines décennies. © ESO, L. Calçada

Sciences

E-ELT : l'Eso donne son feu vert définitif à sa construction

ActualitéClassé sous :E-ELT , ESO , télescope géant

Alors que la mise en service d'Alma se poursuit, l'Eso vient de donner son feu vert à la construction du télescope géant E-ELT, dans le désert d'Atacama au Chili, non loin du VLT. Géant parce que le diamètre de son miroir primaire sera de 39 mètres. Première lumière prévue en 2026.

Cette fois-ci, on y est. Le futur télescope géant de l'Eso (European Southern Observatory) est sur les rails. Les neuf dixièmes de son coût sont garantis si bien que sa construction va pouvoir débuter aussitôt les premiers contrats signés au cours du second semestre 2015. Pour parvenir à boucler le budget, le plan de financement inclut des contributions supplémentaires des états membres de même qu'une réduction des dépenses de l'Observatoire austral européen autres que l'E-ELT, afin de dégager 300 millions d'euros sur 10 ans. Enfin, si les premières lumières sont prévues en 2026, l'adhésion du Brésil pourrait raccourcir les délais de développement pour une mise en service à l'horizon 2024.

Le retard du démarrage de l'E-ELT s'explique par les règles de l'Eso qui stipulent qu'un projet de cette envergure ne peut pas débuter avant qu'une certaine somme d'argent soit garantie et aussi qu'un certain nombre de pays membres l'aient cautionné. C'est pourquoi, lorsque ce projet fut approuvé en juin 2012, l'Eso avait conditionné son feu vert à l'engagement que le coût total du télescope (1.083 millions d'euros estimés en 2012) sera financé à hauteur de 90 %. Seule entorse à cette règle, les travaux d'arasement de la montagne et de construction de la route d'accès qui ont commencé en juin 2014.

Au pied du Cerro Armazones, au sommet duquel sera construit le futur télescope géant de 39 m de diamètre de l’Eso. Ces deux photos ont été prises en décembre 2013. Depuis, les travaux d’arasement du sommet ont débuté en juin 2014. © Rémy Decourt

Une construction en deux phases

Près d'un milliard d'euros seront consacrés à une première phase qui couvrira les coûts de construction d'un télescope pleinement opérationnel et d'une série de puissants instruments. Quant à la seconde phase, les éléments principaux seront les segments manquants du miroir primaire, la pleine capacité des optiques adaptatives et les instruments focaux.

L'E-ELT sera un télescope optique et infrarouge de 39 m de diamètre situé sur le Cerro Armazones, dans le désert d'Atacama au Chili, à 20 km du Very Large Telescope (VLT), situé au sommet du Cerro Paranal. Il sera le plus grand télescope optique au monde et permettra des découvertes et des avancées scientifiques considérables dans de nombreux domaines de l'astronomie. En novembre 2012, Jean-Gabriel Cuby, chercheur au laboratoire d'Astrophysique de Marseille, nous en avait expliqué les grands objectifs scientifiques.

Quant à savoir comment construire un tél télescope, nous vous invitons à relire l'article publié en septembre 2010 : « L’E-ELT et son miroir de 42 mètres : un casse-tête technologique ». Cela étant, le projet a encore évolué depuis afin de tenir dans l'enveloppe budgétaire décidée il y a trois ans (un milliard d'euros). Ce qui s'est notamment traduit par une réduction du diamètre du miroir primaire (39 m au lieu de 42) et a permis de changer le montage optique du télescope pour simplifier les optiques qui sont entre le miroir primaire et les instruments. À l'instar d'Alma, le radiotélescope géant de l’Eso, composé de 66 antennes qui fonctionnent en interférométrie, la construction de l'E-ELT s'apparente à un casse-tête logistique et d'ingénierie.

L’E-ELT entre dans la phase de réalisation concrète

Mais comme nous l'explique, Denis Mourard, directeur adjoint scientifique de l'Institut national des sciences de l’Univers au CNRS et un des deux représentants français au Conseil de l'Eso, « ce feu vert signe le début de la mise en œuvre de ce programme de plus d'un milliard d'euros ». Il permet d'engager « un appel d'offres pour la réalisation du dôme, de la coupole et de la structure du télescope ». Le consortium en charge de sa construction sera choisi à l'automne 2015.

À cela s'ajoute également que débutent les « négociations sur les contrats pour la réalisation des trois premiers instruments dont deux sont attendus pour être opérationnels dès la première lumière prévue en 2026 ». La signature des contrats est prévue à l'été 2015. Ces trois premiers instruments sont Micado, un instrument imageur proche-infrarouge à haute résolution spatiale, Harmoni, un spectrographe à intégrale de champ avec grande couverture spectrale et l'imageur et spectrographe dans l'infrarouge moyen, Metis, « qui devrait être réalisé avec un petit décalage dans le temps par rapport aux deux premiers ».

Comme le prévoit le projet, l'E-ELT comptera trois autres instruments. Si les études continuent d'être menées, « les réalisations seront conditionnées aux financements complémentaires à trouver ». Tel que c'est prévu dans le plan d'instrumentation, et c'est au conditionnel, « il pourrait y avoir un spectrographe multiobjets dédié à l'étude de la morphologie, de la dynamique et de la cinématique des galaxies, un spectrographe à très haute résolution spectrale et enfin un imageur haute dynamique équivalent à l'instrument Sphère, en service au VLT ».

Concernant les miroirs, il y a actuellement des contrats qui sont passés pour des prototypes de support des segments du miroir principal qui en contiendra 798. Pour rappel, l'E-ELT se composera d'un miroir principal de 39 m de diamètre à 798 segments hexagonaux, d'un miroir secondaire de 4,2 m de diamètre, de deux autres miroirs plus petits de 3,8 m et 2,4 m puis d'un dernier de forme elliptique de 2,6 x 2,1 m.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi