Au pied du Cerro Armazones, au somment duquel sera construit le futur télescope géant de 39 mètres de diamètre de l'Eso. Ce site, fermé au public, est accessible seulement en 4x4 par une route difficile sur un terrain accidenté. © Rémy Decourt

Sciences

En image : le site de l'E-ELT, le futur télescope géant de l'Eso

ActualitéClassé sous :Astronomie , télescope géant , E-ELT

L'Eso a donné son feu vert à la construction de la route du télescope géant de 39,3 mètres qu'elle doit construire au Chili. Il sera construit au sommet de Cerro Armazones, une montagne qui fait face à l'observatoire Paranal. Les premières lumières du E-ELT sont prévues pour le début de la prochaine décennie.

Bien que le financement du très grand télescope que l'Eso compte construire au Chili ne soit pas complètement bouclé, les premiers contrats de génie civil sont signés. L'Eso et Icafal, société chilienne de concession et de construction, viennent de signer le contrat de construction de la route qui mènera au sommet du Cerro Armazones, site de ce futur télescope géant. Ce contrat prévoit également la construction d'une tranchée de service et l'arasement de la montagne, afin de créer une plateforme suffisamment plane et large pour construire le télescope et un bâtiment technique. Les travaux débuteront en mars 2014 et devraient durer 16 mois.

Vues des deux sites acquises depuis les sommets de Cerro Armazones et de l'observatoire Paranal. Une allure de planète Mars... © Rémy Decourt

Cerro Armazones est une montagne qui culmine à quelque trois mille mètres d'altitude, dans le désert d'Atacama au nord du Chili. Elle se situe à une vingtaine de kilomètres de l'observatoire Paranal de l'Eso qui héberge le VLT et le VST. Cette région du désert d'Atacama est vraisemblablement l'un des endroits les plus secs au monde. Elle ne reçoit en effet que 0,8 mm de pluie par an en moyenne et certains endroits n'ont même jamais enregistré de pluie depuis 1979. Résultat, un ciel très pur avec très peu de turbulences, idéal pour observer dans le visible et l'infrarouge.

Si le choix de ce site pour implanter ce futur télescope a toujours semblé évident pour les astronomes, l'Espagne a bataillé ferme pour obtenir qu'il soit construit sur l'île de La Palma, aux Canaries. Un excellent site également, mais en deçà de celui d'Atacama. Elle a même proposé 300 millions d'euros, soit un quart du budget prévisionnel de l'E-ELT, et joué sur la corde sensible de l'emploi, arguant que des fonds européens devaient servir en priorité en Europe.

Sommet du futur site de l'E-ELT. Depuis plus de quinze ans que les télescopes du VLT sont en fonction, à une vingtaine de kilomètres, les astronomes sont très satisfaits des excellentes conditions astronomiques du site. © Rémy Decourt

En juin 2012, l'Eso a tranché. L'Organisation européenne pour les observations astronomiques dans l'hémisphère austral a choisi le site chilien de Cerro Armazones. Il a été choisi pas seulement parce qu'il présente des conditions d'observation exceptionnelles (stabilité de l'atmosphère, quantité de vapeur d'eau, nombre de nuits claires par an, etc.), mais également par ses avantages pratiques. En effet, compte tenu de sa proximité avec le site de Paranal, situé à une vingtaine de kilomètres, l'E-ELT sera piloté depuis la salle de contrôle du VLT. Cela reviendra à simplement ajouter un nouveau télescope à l'observatoire du mont Paranal. Seule contrainte, cela nécessitera de relier les deux sites par un réseau de fibres optiques. Un temps envisagée, la transmission de données par faisceau laser a été abandonnée.

Enfin, ce site permet également d'envisager d'importantes synergies avec d'autres instruments de ce gabarit de l'hémisphère sud, comme le grand réseau d'antennes millimétrique-submillimétrique Alma ou le Square Kilometric Array.

Cela vous intéressera aussi