Une vue d'artiste de certains télescopes de l'ESO. © European Southern Observatory (ESO)

Sciences

ESO

DéfinitionClassé sous :Univers , ESO , ALMA

L'ESO (European Southern Observatory ou Observatoire européen austral) a été créé par l'Europe en 1962 pour établir un observatoire astronomique dans l'hémisphère Sud, équipé d'instruments puissants (des télescopes comme le VLT, Alma...), dans le but d'améliorer la collaboration et l'organisation en astronomie. L'ESO, première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe, est soutenu par 15 pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Portugal, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Bien que les instruments de l'ESO se trouvent dans la région chilienne du désert d'Atacama, le centre scientifique, technique et administratif est basé à Garching, en Allemagne, près de Munich.

L'ESO conduit des programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle important dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie.

Une présentation de l'ESO. © European Southern Observatory (ESO)

On peut se faire une idée de la prééminence de l'Observatoire européen austral au niveau de l'astronomie mondiale lorsque l'on sait que c'est l'observatoire astronomique le plus productif au monde avec chaque année environ 2.000 demandes de temps d'observation qui sont déposées. Toutes ne sont pas satisfaites et de loin car cela impliquerait de pouvoir disposer de quatre à six fois plus de nuits que ce qui est disponible actuellement, comme l'explique le site de l'ESO.

Il en résulte un énorme flot de données et des centaines de publications scientifiques de haut niveau chaque année dans des domaines qui vont de l'étude du trou noir central de la Voie lactée aux exoplanètes. Ces données, héritages pour l'Humanité future, sont archivées et elles représentent à ce jour plus de 10 millions d'images et spectres, qui occuperaient l'équivalent d'environ 90 millions de livres de 1.000 pages chacun, comme le mentionne aussi le site de l'ESO.

Les sites de l'ESO

L'ESO possède trois sites d'observation au Chili : La Silla, Cerro Paranal et Chajnantor.

La Silla se trouve à 2.400 mètres d'altitude et à 600 kilomètres au nord de Santiago du Chili. On y trouve plusieurs télescopes observant dans le visible comme le NTT (New Technology Telescope) de 3,50 mètres de diamètre, le premier télescope au monde à avoir un miroir primaire contrôlé par ordinateur (optique active), et surtout le télescope de 3,60 mètres de l'ESO qui permet la chasse aux exoplanètes par la méthode des vitesses radiales grâce à l'instrument Harps (High Accuracy Radial Velocity Planet Searcher).

Le site de Paranal, à 2.600 mètres d'altitude, à environ 130 kilomètres au sud d'Antofagasta et à 12 kilomètres de la côte pacifique est le lieu des observations avec le fameux Very Large Telescope (VLT) qui permet de faire de la synthèse d'ouverture par interférométrie à l'aide d'un réseau de quatre télescopes, chacun équipé d'un miroir primaire de 8,20 mètres de diamètre.

À côté du VLT se trouvent également quatre télescopes auxiliaires mobiles complémentaires de 1,8 mètre qui peuvent s'ajouter aux observations. Lorsque l'on fait de la synthèse d'ouverture, on obtient alors l'équivalent d'un interféromètre géant, le VLT Interferometer ou VLTI dont la taille correspondrait à la distance entre les miroirs les plus éloignés, soit jusqu'à 200 mètres dans le cas du VLTI avec les télescopes auxiliaires.

Sur le haut plateau de Chajnantor, à 5.000 mètres d'altitude, opère maintenant Alma (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array). Ce radiotélescope est composé d'un réseau de 66 antennes géantes de 12 et 7 mètres de diamètre observant dans les longueurs d'ondes millimétriques et submillimétriques.

L'European Extremely Large Telescope

L'ESO est maintenant engagé dans un projet ambitieux, un télescope géant en construction au sommet du Cerro Armazones (3.064 mètres), une montagne proche du Cerro Paranal. Baptisé l'Extremely Large Telescope (ELT, ou aussi E-ELT pour European Extremely Large Telescope), il devrait voir sa première lumière en 2024.

Son miroir primaire de 39 mètres de diamètre segmenté en 798 petits miroirs de 1,4 mètre en fera le plus grand télescope au monde à opérer dans les domaines de l'optique et de l'infrarouge.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Télescopes de l’Eso : leurs dix plus grandes découvertes  Les télescopes de l'Eso (Observatoire européen austral) ont permis de grandes découvertes ces dernières années comme l’observation de la plus ancienne étoile de la Voie lactée ou encore la première photo d’une exoplanète. Découvrez en vidéo ces dix découvertes exceptionnelles.