La face cachée de la Lune vue depuis la sonde LRO de la Nasa. © Nasa / LRO science team

Sciences

Chang'e 4 : le satellite chinois part pour la Lune

ActualitéClassé sous :Chang'e 4 , exploration lunaire , point de Lagrange

-

La Chine poursuit son programme d'exploration robotique de la Lune. Elle vient de lancer le satellite Queqiao qui relayera les communications du rover et de la plateforme d'atterrissage de la mission Chang'e 4 depuis la face cachée de la Lune. Ce satellite relais embarque des instruments scientifiques, certains ont été fournis par des pays étrangers, dont un conçu pour capter les signaux radio d'avant la naissance des étoiles.

La Chine vient de lancer Queqiao, un satellite chargé de relayer les communications de la mission Chang’e 4 depuis la face cachée de la Lune. Ce satellite a décollé à l'intérieur d'une fenêtre de tir de trois jours qui s'ouvrait le 21 mai. Il a été lancé, avec deux microsatellites, par une Longue March 4C depuis le centre spatial de Xichang en direction du point de Lagrange 2 du système Terre-Lune.

Le satellite de relais Queqiao dédié à la mission Chang'e 4 qui comportera un rover et une plate-forme d'atterrissage avec des instruments. © CAST

Alunissage inédit

Queqiao se situera dans la direction opposée à la Terre à 65.000 kilomètres de la Lune et à 455.000 kilomètres de la Terre. Si sa mise en service se déroule bien, Chang'e 4, qui se compose d'une plateforme d'atterrissage et d'un rover similaires à Chang'e 3, sera lancé en fin d'année. Bien que la décision n'ait pas encore été officiellement annoncée, on suppose que cette mission se posera dans le cratère Von Kármán dans le bassin du pôle Sud-Aitken.

Cet alunissage ne sera évidemment pas le premier sur la Lune. Mais, depuis le crash involontaire de la sonde américaine Ranger 4 en 1962, Chang'e 4 sera le premier engin à toucher la face cachée de la Lune !

Capter les signaux d’avant la naissance des étoiles 

Ce satellite ne sera pas seulement utiliser pour relayer les communications et les données du rover avec la Terre. Queqiao embarque aussi des instruments scientifiques fournis par la Chine, les Pays-Bas, la Suède, l'Allemagne et l'Arabie Saoudite.

Si la face cachée de la Lune présente une géologie unique très différente de celle de la face visible depuis la Terre, elle a aussi un environnement électromagnétique propre, ce qui en fait un site idéal pour l'étude radio à basses fréquences de l'univers. Les observations ne sont pas perturbées par les signaux radio artificiels terrestres et l'ionosphère de notre planète.


Un des instruments à bord du satellite, le NCLE (Netherlands-China Low-Frequency Explorer) d'Heino Falcke, de l'université Radboud aux Pays-Bas, profitera de cet environnement pour capter les signaux de l'univers primitif à une époque où il n'y avait pas encore d'étoiles. Cette période est connue sous le nom d'âges sombres parce que rien n'émettait de la lumière. Par contre les atomes d'hydrogènes émettaient des ondes radio. C'est ce que l'instrument NCLE veut capter.

  • Un satellite pour relayer les données du rover et de la plate-forme d'atterrissage de la mission Chang'e 4.
  • Un instrument pour capter les signaux d'avant la naissance des étoiles.  
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi