Ce mois de juillet sera peut-être pour vous l'occasion de découvrir le ciel étoilé, avec pour guide une compagne de choix, la Lune. 
Cela vous intéressera aussi
  • Retrouvez toutes les images de la Lune

Tous les débutants en astronomie vous le diront, le plus difficile quand on commence l'astronomie est le repérage des astresastres. Avec l'été et ses douces soirées il est tentant de lever les yeuxyeux en direction de la voûte céleste, mais comment s'y retrouver ? Nous vous proposons de faire vos premiers pas en suivant la course de notre satellite naturel tout au long du mois.

Mais avant, profitons de l'occasion pour chasser quelques fausses idées. Vous avez peut-être été le destinataire d'un message vous annonçant que ce mois de juillet était extraordinaire parce qu'il comportait cinq weekends complets (cinq vendredis, cinq samedis et cinq dimanches) et qu'un tel événement ne se reproduit que tous les 823 ans. C'est bien entendu ce qu'on appelle un hoaxhoax, un canular informatique,  aussi fantaisiste que celui qu'on voit resurgir chaque 27 août à propos de la planète Mars aussi grosse que la Lune. S'il y a bien cinq weekends en juillet, il vous suffit de feuilleter votre calendrier pour vous rendre compte que ce fut aussi le cas en octobre 2010 et mai 2009 et que cela se reproduira en mars 2013. Rien de bien exceptionnel donc, il suffit qu'un mois de 31 jours commence un vendredi...

Deuxième petite curiosité, ce 4 juillet la TerreTerre passait à l'aphélieaphélie, sa plus grande distance au SoleilSoleil (152,1 millions de kilomètres). Elle était au plus près de notre étoileétoile le 3 janvier dernier à 147,1 millions de kilomètres. Il n'y a bien entendu aucune anomalieanomalie à ce que nous soyons plus près du Soleil en hiverhiver et plus loin en été puisque les saisonssaisons sont provoquées par l'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre et non pas par la variation de distance entre nous et notre étoile. Maintenant que ces points sont clarifiés, voyons comment la LuneLune va pouvoir nous aider à faire nos premiers pas en astronomie.

Le dimanche soir 3 juillet a sonné le retour du croissant lunaire. © <a href="http://montreurdimages.blogspot.com/2011/07/croissant-du-soir.html" title="Site de J-B Feldmann" target="_blank">J.-B. Feldmann</a>
 
Le dimanche soir 3 juillet a sonné le retour du croissant lunaire. © J.-B. Feldmann

À la découverte des planètes

Pour suivre le cheminement de notre satellite naturel et ses rencontres apparentes avec d'autres objets célestes tout au long du mois, nous consulterons avec profit les éphémérides. La nouvelle Lunenouvelle Lune a coïncidé avec le premier jour du mois et une éclipse partielle de Soleil qui n'a concerné qu'une petite partie de l'océan Indien. Le dimanche 3 juillet le fin croissant lunaire était de retour dans le ciel du soir (image ci-dessus) aux côtés de MercureMercure, mais les lumièreslumières du couchant empêchaient de distinguer la première planète du Système solaireSystème solaire.

Mercure actuellement sous la surveillance de la sonde Messenger atteindra son élongationélongation maximale le 20 juillet, c'est-à-dire que c'est à ce moment qu'elle sera au plus loin du Soleil et qu'il faudra la rechercher au crépusculecrépuscule sur l'horizon ouest. Le 7 juillet, veille du premier quartier, la Lune passera à quelques encablures de Saturne, l'occasion pour vous de repérer le joyau du Système solaire dont l'opposition s'est produite il y a deux mois. Notre satellite naturel va ensuite croiser de bien lointaines planètes qu'il ne vous sera pas possible d'observer : Pluton le 13 juillet, Vesta et Neptune le 17 ou encore Uranus le 21. Beaucoup plus intéressant, le rapprochement avec Jupiter le 24 juillet vous permettra de localiser la géante gazeusegéante gazeuse. Et pour clore ce mois planétaire, la Lune passera à proximité de Mars le 27 juillet.

Tous ces rapprochements vous donneront peut-être envie de composer de jolis paysages célestes à venir ensuite partager sur notre forum d'astronomie !