Sciences

Messenger : un trimestre autour de Mercure !

ActualitéClassé sous :Astronomie , messenger , mercure

Trois mois après la mise en orbite réussie de la sonde américaine Messenger autour de Mercure, la première planète du Système solaire, les scientifiques de la Nasa viennent de présenter les premiers résultats de la mission.

Messenger concentre ses efforts sur les régions polaires (ici le nord) en vue de détecter de la glace d'eau au fond de certains cratères. Les zones délimitées en jaune sont d'immenses plaines volcaniques. © Nasa/The Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington
  • Découvrez les images de la mystérieuse planète Mercure 

Le 18 mars dernier, Messenger (pour MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry and Ranging) se plaçait autour de Mercure, une première depuis les survols de Mariner 10 en 1974 et 1975. Fin mars la Nasa publiait la première image prise depuis l'orbite de Mercure, une partie du pôle sud qui n'avait encore jamais été photographiée et qui révélait une région très cratérisée autour du cratère Debussy. Quelques jours plus tard, les chercheurs de la Nasa présentaient au public une étrange formation en X constituée par différents alignements de petits cratères secondaires creusés par des retombées d'éjectas.

La sonde Messenger, qui doit réaliser 75.000 clichés en un an, évolue sur une orbite très elliptique qui l'éloigne jusqu'à 15.000 kilomètres de Mercure et l'en rapproche à seulement 200 kilomètres. Un va-et-vient parfaitement présenté dans une récente vidéo proposée par la Nasa. Un trimestre et 20.000 photos après sa mise en orbite, Messenger nous en a déjà beaucoup appris sur Mercure.

Que de progrès entre les images prises il y a plus de 35 ans par la sonde Mariner 10 (bords gauche et droit de l'image) et celles (au centre) obtenues par Messenger ! Là où la première sonde ne montrait que de grandes plaines régulières, Messenger dévoile d'immenses coulées de lave qui ont rempli certains cratères dont on ne voit plus que le bord supérieur du rempart circulaire (flèche). © Nasa/The Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington

De la lave et de la glace

C'est un véritable trésor de données que les sept instruments scientifiques de la sonde ont mis à disposition des chercheurs et qui a été présenté lors d'une récente conférence de presse qui s'est tenue au siège de la Nasa. Sean Solomon de l'Institut Carnegie de Washington et principal investigateur de la mission s'est dit ravi de cette première moisson. « Messenger a réalisé plus de 20.000 images à ce jour avec une résolution qui peut atteindre 10 mètres par pixel. La sonde a également pris plus de 2 millions de mesures télémétriques avec son laser, elle a découvert de vastes plaines volcaniques, mesuré les abondances de plusieurs éléments chimiques et a permis de mieux comprendre les liens qui existaient entre le champ magnétique de la planète et le vent solaire. »

Même s'ils n'ont pas encore déterminé la composition du sol, les planétologues ont découvert de gigantesques plaines volcaniques à proximité du pôle nord. Là où Mariner n'avait montré aucun détail, la sonde Messenger a révélé des cratères fantômes recouverts par de grandes coulées de lave comme on en observe sur la Lune. Autre résultat important, les premières mesures radar réalisées aux pôles semblent confirmer un autre point commun avec la Lune : le fond des cratères situés aux plus hautes latitudes ne reçoit jamais la lumière du Soleil et peut donc être potentiellement recouvert d'importants dépôts de glace d'eau. Les spectromètres de la sonde ne devraient pas tarder à confirmer cette séduisante hypothèse...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi