La plupart des desserts sont bourrés de sucre. Faut-il y renoncer ? © guy, Fotolia
Santé

Régime : faut-il se priver de dessert ?

Question/RéponseClassé sous :Nutrition , Dessert , régime

[EN VIDÉO] Naturellement vôtre : « Le meilleur régime est le non-régime »  Dans ce nouvel épisode de «Naturellement vôtre», le nutritionniste Arnaud Cocaul partage son avis sur les régimes. Sont-ils bons ou mauvais ? Selon lui, le meilleur régime n'est pas celui basé sur la restriction mais sur le contrôle des quantités. 

Gâteau au chocolat, crème glacée ou millefeuille... les desserts sont souvent bourrés de sucre et de calories. Faut-il pour autant y renoncer complètement et comment limiter les dégâts ?

Mis à part les fruits et les laitages nature, la plupart des desserts affichent un très mauvais score nutritionnel. Une tartelette au citron meringué contient ainsi 17,5 g de lipides et 31 g de sucre, soit 1,25 fois la quantité maximale de sucre recommandée par jour (25 g). Or, la consommation excessive de sucre augmente le risque d'obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires, et favoriserait même la dépression. De quoi faire du sucre l’ennemi numéro 1 : le régime cétogène, très à la mode, exclut par exemple tous les produits sucrés y compris les fruits et le pain.

Est-ce la raison pour laquelle les Français se privent de plus en plus de sucré ? Entre 2014 et 2017, le nombre de desserts consommés a diminué de 8,4 millions par semaine, d'après une enquête Kantar Worldpanel. Les Français sont néanmoins plus nombreux que leurs voisins à tenir à leur sacro-saint dessert : 71 % de leurs repas contiennent un dessert, contre 67 % chez les Espagnols, et seulement 30 % pour les Britanniques. De l'avis d'une grande majorité des nutritionnistes, se priver complètement de dessert n'est pourtant pas une bonne idée : toute frustration va entraîner une envie croissante de consommer le produit « interdit » et finit par nous faire craquer et reprendre du poids. Reste à savoir comment limiter les dégâts.

Le sucre : à la fin ou en dehors des repas ?

Consommé seul, le sucre fait grimper le taux de glycémie et provoque un pic d'insuline. À l'inverse, lorsque le dessert est pris à la fin du repas, le sucre est métabolisé plus lentement. Plusieurs études portant sur des patients diabétiques ont ainsi montré que le taux de glucose sanguin était jusqu'à 50 % moins élevé lorsque le sucre était consommé à la fin du repas plutôt qu'au début. « Lorsque vous mangez quelque chose de sucré, il est conseillé de prendre des aliments contenant des protéines en même temps, indique de son côté la nutritionniste américaine Leslie Bonci au site Popular ScienceLes protéines favorisent la production de glucagon, une hormone qui stabilise le niveau d'insuline. » De ce fait, il est préférable de manger son clafoutis aux cerises après son poulet rôti plutôt qu'au goûter avec un café.

Mieux vaut consommer un gâteau en dessert plutôt qu’au goûter. © Liudmyla, Fotolia

Commander son dessert avant le repas pour limiter les calories

Si le dessert consommé à la fin du repas réduit le pic d'insuline, une autre étude parue dans le Journal of Experimental Psychology suggère, elle, de commencer par le sucré afin de limiter les calories totales ingérées lorsqu'on va au restaurant. En fait, il n'est même pas nécessaire de manger le dessert en premier : le seul fait de l'avoir commandé à l'avance suffit à produire de l'effet. « Lorsque vous choisissez un dessert riche en calories, vous avez tendance à opter pour des plats plus légers pour le reste du repas », indique Martin Reimann, chercheur en sciences cognitives à l'université de l'Arizona et coauteur de l'étude. Lors de l'expérience menée par les chercheurs, les participants ayant commandé un cheesecake réduisaient ainsi leur apport calorique global de 150 calories en moyenne.

Évidemment, il faut garder en tête qu'un dessert riche en sucre et en matières grasses, type mousse au chocolat, beignet ou tiramisu doit rester occasionnel (une à deux fois maximum par semaine en cas de régime). Pour le quotidien, un laitage ou un fruit nature constitue une excellente façon de finir son repas sur une note sucrée sans charger la balance.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !