Les symptômes allergiques sont fréquents aussi à l'automne © galitskalya, Fotolia
Santé

Allergies d’automne : causes, symptômes et prévention

Question/RéponseClassé sous :Allergies , allergie au pollen , allergie croisée

[EN VIDÉO] Allergies d’automne : de quoi faut-il se méfier ?  Les allergies saisonnières sont très fréquentes au printemps et à l’automne. Mais certaines plantes très allergisantes répandent leur pollen entre août et octobre, contribuant à des rhinites, conjonctivites et asthme. 

Les allergies saisonnières sont très fréquentes au printemps et à l'automne. Certaines plantes très allergisantes répandent leur pollen entre août et octobre, contribuant à des rhinites, conjonctivites et asthme. De quoi faut-il se méfier et comment se soigner ?

Les allergies saisonnières sont réputées se produire au printemps, lorsque la plupart des graminées et des arbres sont en fleur. Pourtant, certaines plantes très allergisantes sont encore présentes à l'automne, entre mi-aout et mi-octobre.

Allergies d’automne : les causes d’allergies

  • L’ambroisie à feuilles d'armoise (Ambrosia artemisiifolia), qui répand son pollen entre fin juillet et début octobre, est la principale cause d'allergie en automne. Elle est plus particulièrement présente dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté. L'ambroisie est une plante envahissante qui provoque des rhinites, conjonctivites et autres allergies cutanées.
  • L'armoise (Artemisia) est l'herbacée la plus répandue dans l'hémisphère Nord. Sa floraison dure 4 à 6 semaines entre juillet et septembre et son pollen est extrêmement allergisant. On compte environ 160.000 grains de pollen par milligramme d'armoise ! Appréciant les sols riches en nitrates, l'armoise pousse sur les terrains vagues, le long des berges et sur les bords des routes.
  • Le plantain lancéolé (Plantago lanceolata), aussi appelé herbe à cinq côtes, pousse dans les champs et des pelouses. Cette herbacée de taille moyenne (15−50 cm) fleurit entre mai et novembre. Le pollen de ses fleurs en blanches en épi peut provoquer des rhinites allergiques.
  • La pariétaire (Parietaria), aussi appelée perce-murailles, est une urticacée avec des tiges rousses qui s'accrochent aux vieux murs dans les régions du pourtour méditerranéen. Son pollen, disséminé par le vent en avril-mai puis à l'automne jusqu'à mi-octobre, est responsable de rhinoconjonctivites persistantes et d'asthmes sévères.
L’ambroisie est l’une des principales causes d’allergie à l’automne. © olyasolodenko, Adobe Stock

Mis à part le pollen, d'autres allergies sont typiques de la période automnale, comme l'allergie aux acariens ou aux moisissures qui ont tendance proliférer à cette période de l'année. Les acariens se nichent dans les moquettes, la literie et les tapis, tandis que la moisissure se trouve dans les endroits humides et mal aérés (salle de bain, cave, cuisine...)

Attention aussi au risque d’allergies croisées avec les aliments (par exemple l'armoise avec la carotte ou le persil, l'ambroisie avec la banane ou le melon).

Allergies d’automne : les symptômes

Les symptômes allergiques en automne sont les mêmes que ceux observés au printemps :

  • congestion et écoulement nasal
  • anosmie (perte de l'odorat)
  • éternuements
  • toux
  • démangeaisons cutanées
  • conjonctivite (impression de grain de sable dans la paupière), irritation oculaire
  • asthme (diffluents et gêne respiratoire)
Les allergies au pollen provoquent des irritations du nez et des yeux. © andreusK, Adobe Stock

Allergies d’automne : s’en prémunir et se soigner

Les symptômes allergiques peuvent être soulagés avec des antihistaminiques oraux et sous forme de collyres. Des corticoïdes par pulvérisation nasale peuvent également être utiles contre l'obstruction nasale si les antihistaminiques ne suffisent pas.

Les personnes sensibles doivent éviter de se promener, de pique-niquer ou faire du sport dans les champs lors des journées ensoleillées et venteuses (les conditions s'améliorent avec la pluie qui «plaque» le pollen au sol). Contre les acariens, il est conseillé d’aérer son logement tous les jours, de laver ses draps à 60°C et de passer régulièrement l'aspirateur. Les moisissures sont combattues là encore en aérant la pièce ou à l'aide d'un déshumidificateur.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !