Le persil est l'un des composants qui entre dans la fabrication du célèbre bouquet garni. © Somchai, Fotolia

Planète

Persil

DéfinitionClassé sous :botanique , persil , aromate

Le persil, Petroselinum crispum ou sativum, est une plante ombellifère de la famille des Apiacèes. C'est une plante bisannuelle qui mesure entre 30 et 80 centimètres de haut. Ses tiges robustes portent des feuilles dentées, parfois frisées, divisées en trois segments de couleur vert clair. En été, les tiges se couvrent d'ombelles de fleurs couleur crème, puis de graines aromatiques. Les feuilles sont ce que l'on connaît le mieux du persil et que l'on utilise en cuisine. Il est à la fois une garniture et un assaisonnement et se consomme aussi bien cru que cuit.

Il existe plus de 80 espèces différentes de persil dans le monde. En France, on consomme particulièrement le Petroselinum crispum variété crispum plus connu sous le nom de persil frisé, le pétroselinum crispum var. neapolitanum appelé persil plat ainsi que le persil tubéreux. C'est une plante aromatique que l'on retrouve aujourd'hui sur les cinq continents. Découvrez son histoire, son mode de culture et ses vertus médicinales.

Histoire du persil

Le persil est originaire d'Europe et de l'ouest du bassin méditerranéen. Le persil était déjà connu dans la Grèce et la Rome antiques, mais davantage pour ses vertus médicinales que comme aromate. À Rome, le persil était associé à la déesse Perséphone, reine du monde souterrain, et était employé lors des cérémonies funéraires. Il possède la particularité de masquer les odeurs fortes, notamment d'alcool qui persistaient après les orgies ou celle de l'ail. C'est l'une des raisons pour lesquelles il est fréquemment utilisé dans les préparations culinaires. Au Moyen Âge, le persil avait le statut de plante médicinale. C'est au XIIIe siècle que le Petroselinum crispum prit définitivement le nom de persil.

Culture et récolte du persil

De nos jours, on peut cultiver et produire du persil à peu près partout, on en trouve même à l'état sauvage. Cet aromate aux propriétés nutritives intéressantes est très facile à intégrer au potager, il peut également être cultivé en pot, sur le rebord d'une fenêtre ensoleillée. Les semis peuvent avoir lieu à la fin du mois de février dans le sud de la France, au nord on attendra un mois de plus. Il est important de semer le persil directement en terre et à la place que vous lui avez choisi. Il supporte mal d'être repiqué. C'est pourquoi il faut attendre la fin des gelées. Enfoncez les graines à environ un centimètre de profondeur. Arrosez régulièrement sans retourner la terre jusqu'à la levée des premières pousses. Il faut compter entre deux et trois semaines en fonction de la variété choisie et du climat. Privilégiez les endroits ensoleillés à mi-ombre et les sols riches et légers. Une fois une bonne taille atteinte, vous pouvez commencer à couper des feuilles ou des tiges entières pour les consommer. Si vous souhaitez récolter vos graines, il faudra attendre la fin de la floraison, généralement en automne. Le persil étant bisannuel, il faudra le semer tous les deux ans.

 Dans les croyances traditionnelles, manger du persil provoquerait le désir, et améliorerait la fertilité, mais il ne faut pas le couper lorsque l'on est amoureux, cela reviendrait à couper l'amour. © Halfpoint, Fotolia

Le persil est une plante médicinale

Au-delà de son usage en cuisine en raison de son arôme, le persil peut être considéré comme un alicament (contraction d'aliment et médicament). Naturellement antioxydant et riche en vitamines A, C et K, le persil joue un rôle protecteur pour le cœur. Il a longtemps été utilisé en médecine populaire comme antiseptique et anti-inflammatoire, sa racine servait de diurétique. Son huile essentielle en concentre tous les bienfaits.

À noter

Le persil à feuille plate peut être confondu avec la petite ciguë, une plante toxique de la même famille !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourez régulièrement à la phytothérapie.

Bibliographie :

  • Guide des plantes qui soignent, édition Vidal, 2010.
  • L'Encyclopédie des plantes médicinales, édition Larousse, 2001 et 2017.
  • Les plantes médicinales, Institut européen des substances végétales, mars 2015. 
  • Ma bible des huiles essentielles, Danièle Festy, éditions Leduc.s, 2017.
  • Les huiles essentielles chémotypées, Dominique Baudoux et M.L. Breda, édition JMO.