Printemps et été : deux saisons redoutées par les personnes allergiques. © Saharrr, Adobe Stock

Santé

Rhume des foins et rhinite allergique : quelle différence ?

Question/RéponseClassé sous :Allergies , rhume des foins , rhinite allergique
 

Le rhume des foins, ou la rhinite allergique, est une réaction causée par l'exposition aux pollens. Le meilleure précaution est d'éviter au possible l'allergène. Des médicaments peuvent être prescrits pour soulager les symptômes. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le printemps sonne l'arrivée des allergies au pollen  Si le chant des oiseaux est synonyme d'une période agréable pour la plupart des personnes, il sonne le glas d'une période plus sombre pour 20 à 30% de la population française : la saison des allergies aux graminées. Mais d'où viennent ces allergies ? A quels types de pollen peut-on être allergique ? Et surtout, comment faire pour atténuer voire éradiquer ses symptômes ? Découvrez-le dans cette nouvelle vidéo ! 

Dès que les beaux jours arrivent, les pollens libérés dans l'air incommodent de nombreuses personnes. On parle alors de rhume des foins ou de rhinite allergique. Cette affection respiratoire se caractérise par une hypersensibilité de la muqueuse nasale à un allergène qui altère la qualité de vie de la personne allergique.

Le rhume des foins survient avec le printemps et jusqu'à la fin de l'été, notamment quand les graminées libèrent dans l'air quantité de pollens. © Amonphan, Adobe Stock

Rhume des foins ou rhinite allergique 

En fait, rhume des foins ou rhinite allergique, c'est rigoureusement la même chose. Le rhume des foins désigne plus spécifiquement la rhinite saisonnière qui débute à la sortie de l'hiver et se poursuit jusqu'à l'été, toutefois, le terme de rhinite allergique est celui que retiennent les médecins. Éternuements, yeux rouges, paupières gonflées, nez qui coule... Autant de symptômes qui surviennent après une exposition à des pollens ou toute autre substance allergisante. Mais c'est particulièrement vrai pour les pollens de graminées, de plantes fourragères, des pins, noisetiers, bouleaux et platanes...

Pour soulager le patient et couper court à tout risque d'aggravation (par surinfection par exemple), la rhinite allergique doit être prise en charge sans délai. Parlez-en à un pharmacien. Mais si elle prend une forme trop répétée, trop intense ou trop prolongée, allez consulter votre médecin. Certaines allergies peuvent peut-être être soulagées par l'homéopathie, alors que d'autres nécessiteront le recours à des anti-histaminiques ou à une cure de désensibilisation. Un traitement visant à réduire la sensibilité de l'organisme et à diminuer les réactions allergiques de la personne, un traitement par injections qui peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !