Santé

Les lymphocytes, cellules effectrices de la réaction immunitaire

Dossier - Vaccins : leurs effets sur notre système immunitaire
DossierClassé sous :médecine , vaccin , vaccination

Les vaccins sont devenus un sujet de société qui divise et crée la polémique. Pourtant, s'ils nous obligent à faire des anticorps, c'est pour nous empêcher d'être malades. Mais alors, comment la vaccination fonctionne-t-elle ? Le point dans ce dossier.

  
DossiersVaccins : leurs effets sur notre système immunitaire
 

Les lymphocytes sont les cellules qui se retrouvent en première ligne de la réaction immunitaire : ils jouent donc un rôle majeur. Leur noyau occupe quasiment tout le corps cellulaire. Ce sont les récepteurs de surface qui déterminent les fonctions de chaque lymphocyte.

Lymphocytes. © Juan Gaertner, Shutterstock

On compte deux principaux types de lymphocytes :

  • les lymphocytes B sont essentiellement l'objet de ce dossier ;
  • les lymphocytes T, parmi lesquels on distingue spécialement deux sous-populations : les T auxiliaires ou T helper (Th) et les T suppresseurs ou cytotoxiques (Tc).

Les cellules présentatrices d'antigènes, ou CPA, capturent les antigènes, les conditionnent et les présentent sous forme immunogène aux lymphocytes.

Exemple d'un lymphocyte T vu sous microscopie électronique à balayage. © National Cancer Institute, DP

Les molécules du CMH (complexe majeur d'histocompatibilité) s'expriment à la surface des cellules et participent à la présentation de l'antigène aux lymphocytes, en exerçant la fonction de reconnaissance du soi. Chez l'Homme, le CMH est aussi appelé HLA (human leucocyte antigen).

Vue schématique de la présentation de l'antigène par les cellules dédiées, les CPA (pour cellules présentatrices d’antigènes). © SVT Educnet

Certains lymphocytes portent un marqueur, le CD4, et sont appelés T4. D'autres lymphocytes portent un marqueur CD8 et sont appelés T8. Ce sont des récepteurs spécifiques de différents médiateurs solubles ou de ligands portés par diverses cellules qui interviennent au cours de la réaction immunitaire. Pour qu'un antigène soit bien présenté et bien reconnu, il faut :

  • que la cellule qui le phagocyte (un macrophage par exemple) ne le digère par trop pour que les molécules d'antigène ne soient pas détruites ;
  • que la présentation se fasse correctement, c'est-à-dire que la molécule antigénique entière soit bien orientée sur la molécule de présentation ;
  • que les lymphocytes disposent des molécules de reconnaissance adéquates.
L’apparition des lymphocytes B sécrétant et des lymphocytes mémoire à partir d’un lymphocyte B se déroule en trois phases : l’activation, la prolifération clonale (clonal proliferation) et la maturation. © DP

Les récepteurs pour l'antigène sont fixés dans la membrane des lymphocytes. Grâce à ce récepteur, chaque lymphocyte reconnaît spécifiquement un antigène. Une fois ceci réalisé, le lymphocyte forme alors :

  • des clones de cellules sécrétant des anticorps spécifiques -- les plasmocytes, qui sont des lymphocytes sécrétant ;
  • des clones de cellules mémoire qui pourront rester opérationnels pendant de nombreuses années et qui sont stockés dans l'organisme pour une défense ultérieure contre le même anticorps.