Santé

Le vaccin contre la tuberculose avec Calmette et Guérin

Dossier - Vaccins : leurs effets sur notre système immunitaire
DossierClassé sous :médecine , vaccin , vaccination

Les vaccins sont devenus un sujet de société qui divise et crée la polémique. Pourtant, s'ils nous obligent à faire des anticorps, c'est pour nous empêcher d'être malades. Mais alors, comment la vaccination fonctionne-t-elle ? Le point dans ce dossier.

  
DossiersVaccins : leurs effets sur notre système immunitaire
 

Le médecin Albert Calmette dirige l'institut Pasteur de Lille à partir de 1895. Très vite, il est rejoint par le vétérinaire Camille Guérin. La tuberculose compte parmi leurs principaux sujets d'étude. Les deux hommes testent différentes souches de bacille tuberculeux sur différentes espèces animales.

Le vaccin contre la tuberculose fut mis au point par Calmette et Guérin. Ici, Mycobacterium tuberculosis. © Tatiana Shepeleva, Shutterstock

Au début du XXe siècle, ils découvrent que les veaux volontairement infectés par une bactérie entraînant la maladie ne développaient pas, par la suite, la tuberculose. Ils remarquent également qu'en cultivant ces bactéries bovines dans de la bile, ils atténuent la virulence du microbe. En 1912, après une centaine de passages successifs, ils ont créé le bilié de Calmette et Guérin (BCG), inoffensif chez la vache.

La bactérie Mycobacterium tuberculosis est la principale responsable de la tuberculose humaine. Mais après exposition au vaccin bilié de Calmette et Guérin (BCG), les personnes sont immunisées. © Sanofi Pasteur, Flickr, cc by nc nd 2.0

En 1921, alors que la guerre a ralenti les recherches, leur vaccin est testé chez l'Homme. Très vite, des bébés à risques reçoivent l'injection, qui se généralise avec les premiers succès. Les autres pays commencent à l'adopter également. Malheureusement, un drame se produit dans la ville allemande de Lübeck, en 1930. Des enfants vaccinés meurent de la tuberculose, tandis que d'autres développent les symptômes. Le procès révèle que le BCG n'est pas responsable, mais que cette tragédie est due à une contamination d'origine humaine. Depuis, le BCG a connu une renommée mondiale.