Planète

Surmortalité des abeilles : les pesticides dans le collimateur

Dossier - Surmortalité des abeilles : une énigme encore non résolue
DossierClassé sous :zoologie , abeille , Régent

-

Depuis trois à quatre ans, les abeilles meurent de façon massive. L’alarme est lancée depuis que les pouvoirs publics des grands pays industrialisés ont pris conscience du rôle crucial des pollinisateurs dans l’économie. Les scientifiques, à défaut de trouver une raison unique à ce phénomène, tentent de définir les scénarios susceptibles d’expliquer ces mortalités excessives.

  
DossiersSurmortalité des abeilles : une énigme encore non résolue
 

Cela fait des années que les apiculteurs français dénoncent les effets mortels des pesticides sur les abeilles. Gaucho, Régent, Cruiser et autres insecticides neuro-systémiques utilisés pour traiter les grandes cultures (maïs, tournesol, colza...) sont désignés comme responsables de la grande fragilisation de l'abeille domestique.Nombre de scientifiques partagent cette opinion mais les preuves incontestables de cette implication sont difficiles à rassembler.

Épandage de pesticides. © Adriano Kirihara - Shutterstock

Pesticides : la course à la puissance

L'essor de l'industrie des pesticides s'apparente en grande partie à une sorte de course à l'armement. Depuis la seconde guerre mondiale, des nouvelles générations de produits se succèdent, toujours plus puissantes, toujours plus concentrées. Fin des années 1960- début des années 1970, les organophosphorés (par exemple, le phosalone) et les carbamates (dérivés de l'acide carbamique) prennent la relève du DDT et des organochlorés. Dans les années 1970, apparaît une nouvelle famille d'insecticides, les pyréthrinoïdes, à la structure et aux effets comparables aux pyrètres naturels (tirés de la plante du même nom et du chrysantème).

Parmi les pyréthrinoïdes les plus connus, citons la deltaméthrine, utilisé pour lutter contre la chrysomèle, un coléoptère ravageur des cultures du maïs. Courant des années 1990, apparaissent les néonicotinoïdes, des molécules apparentées à la nicotine qui se fixent sur les récepteurs neuronaux. Le plus connu est l'imidaclopride, commercialisé sous le nom de Gaucho, aujourd'hui largement utilisé en France sur les céréales (blé, orge, avoine...). Autre « vedette », le fipronil de la famille des phényls pyrazoles est la matière active du très controversé Régent-TS®.

Les insecticides néonicotinoïdes tuent les insectes par choc neurotoxique : la substance se fixe sur des récepteurs neuronaux et perturbe les neurotransmetteurs de façon irrémédiable, en bloquant le transport des ions et donc l'influx nerveux. Pour cela, il suffit d'employer des doses très faibles (de l'ordre de 30 à 70 grammes de matière active par hectare). Selon Jean-Marc Bonmatin, chimiste au CNRS, néonicotinoïdes et fipronil sont 5 à 7.000 fois plus toxiques pour les abeilles que le DDT.

Des produits mortels pour les abeilles à des doses infimes

Les nouvelles substances chimiques sont opérantes à l'échelle du milliardième de gramme (nanogramme) voire moins. Selon Luc Belzunces, chercheur à l'Inra, « l'ingestion d'un picogramme d'imidaclopride par jour (un millième de milliardième de gramme) suffit à tuer une abeille en dix jours »! (1). Soit des traces infimes de produit, largement inférieures à celles retrouvées dans le pollen ou le nectar des plantes traitées. Autre souci, l'insecticide néonicotinoïde persiste dans l'environnement. C'est ce que l'on appelle la rémanence. Tant la matière active de ces insecticides que leurs métabolites (parfois encore plus destructeurs) tuent « silencieusement » mais systématiquement les insectes en contact avec ces substances.

(1) Luc Belzunces, directeur de l'UMR-Université Avignon et Pays de Vaucluse « Abeilles et environnement » cité dans « Le déclin des abeilles, un casse-tête pour la recherche », Inra Magazine N°9. Juin 2009.

Un bain toxique pour les abeilles

La banalisation des pesticides dans l'agriculture et la diffusion de substances insecticides extrêmement puissantes contribuent à baigner les abeilles dans un environnement toxique. Dans des régions de grandes cultures, une butineuse, en visitant plusieurs centaines de fleurs par jour, s'intoxique en confectionnant des pelotes de pollen et en prélevant du nectar de fleurs contaminé.

Abeilles en train de boire. Les pollutions de l'air et de l'eau, par les pesticides notamment sont suspectées de contribuer à affaiblir l'immunité des abeilles, guêpes et de nombreux autres insectes dont les populations sont en régression. © Fir002 Licence de documentation libre GNU, version 1.2

Pour son voyage de retour, elle consomme une partie du nectar récolté et peut ainsi absorber jusqu'à plusieurs centaines de picogrammes de substance toxique active par jour. Les nourrices, chargées de soigner le couvain (les œufs, larves, nymphes abrités dans les alvéoles en cire), consomment de grandes quantités de pollen les premiers jours de leur vie (jusqu'à 60 mg les huit à dix premiers jours de leur vie).

En zone de cultures intensives, le pollen qui a servi à la confection du pain d'abeilles risque fort d'être contaminé. Les nourrices peuvent ainsi absorber entre 40 et 160 picogrammes de matière active par jour (1). Au bout de quelques jours, une larve peut ingérer jusqu'à plusieurs dizaines de picogrammes d'imidaclopride (plus de 80 pg au bout de cinq jours) lorsque le pollen et le nectar d'origine ont été contaminés.

Rayon de cire d'abeilles domestiques portant des œufs et des larves. Les parrois des cellulles ont été enlevées. Les larves (des faux-bourdons) sont âgées de 3 à 4 jours. © Waugsberg Licence de documentation libre GNU, version 1.2

Aussi, suspecte-t-on de plus en plus une forme d'empoisonnement lent de l'abeille dès le stade larvaire : une intoxication chronique qui expliquerait la fragilisation de la colonie et un fort risque d'effondrement. Même si l'on a du mal à isoler dans la réalité ce phénomène, la vulnérabilité du couvain à l'exposition chimique et en particulier aux neurotoxiques, semble très plausible.

(1) Source : rapport du comité scientifique et technique de l'étude multifactorielle des troubes de l'abeille, « Imidaclopride utilisé en enrobage de semences (Gaucho) et troubles des abeilles », septembre 2003.

Effets sublétaux

Butineuse Apis mellifera (abeille) à Hamois (Belgique). © Luc Viatour Licence de documentation libre GNU, version 1.2

Les travaux mettant en évidence les effets sublétaux des insecticides sur les abeilles ne manquent pas. Des quantités infimes de produits chimiques suffisent à perturber des comportements vitaux tels que l'échange de nourriture, la communication par les antennes, les danses tremblantes (danses servant à indiquer aux autres abeilles la localisation et l'abondance des sources de nectar). Les néonicotinoïdes en particulier, en mettant à mal les facultés d'orientation, d'apprentissage et de mémorisation (essentielles pour la localisation des sources de nectar) des butineuses, et même de thermorégulation de la colonie, pourraient contribuer à ruiner la cohésion de la colonie et à précipiter sa chute.

(1) Travaux de Cox&Wilson 1984 cités par Marc-Edouard Colin, docteur vétérinaire, Centre de patho-vigilance Sup-Agro à Montpellier. Intervention à Apimondia, Montpellier, 17 septembre 2009.