Planète

La faune de Namibie au parc national d'Etosha

Dossier - Cent jours en Namibie, un voyage géologique
DossierClassé sous :Voyage , Namibie , géologie

-

Claire König a sillonné la Namibie pendant presque cent jours à la découverte des événements géologiques, des paysages et de la faune fascinante de ce pays d'Afrique. Du Damaraland à la côte atlantique, préparez-vous à un surprenant voyage en Namibie, véritable odyssée dans le désert.

  
DossiersCent jours en Namibie, un voyage géologique
 

Nous avons abordé la géologie du parc national d'Etosha dans la page précédente. C'est maintenant au tour du Big Five, la réunion des buffles d'Afrique, des éléphants, des léopards, des lions et des rhinocéros : c'est ce que les touristes viennent chercher en Namibie, soit pour les voir, soit pour les chasser. Je n'en parlerai que brièvement, et je citerai aussi d'autres animaux moins spectaculaires, mais tout aussi intéressants !

Les lions du Parc National d'Etosha. © Poinger Herzschlog, CCO

Le lion

Un lion doit manger en moyenne 10,5 kg de viande par jour. Dans le parc, et pour les 500 lions, cela représente en gros 6.700 springboks, 580 zèbres et 1.000 autres proies. La population a de la peine à se maintenir, parce que les fermiers les attirent pour les mettre dans leurs fermes et faire payer très cher à des fins de chasse.

Le lion nécessite plus de dix kilogrammes de viande par jour. © Charkie Kindel, CC by-nc-sa 2.0

Le rhinocéros

La Namibie abrite 95 % de la population mondiale de rhinocéros noirs, la seule espèce encore génétiquement viable, paraît-il. La population diminue drastiquement pour la même raison que le lion : la chasse. À 10.000 dollars le kilogramme de corne et 2,8 kg de corne par rhinocéros, c'est un trafic très lucratif. Il faut surveiller les éléphants qui empêchent parfois les rhinocéros de venir boire, il faut les vacciner, les protéger des incendies et gérer la flore du parc pour qu'ils disposent d'assez de nourriture.

On trouve de nombreux rhinocéros en Namibie. Ceux-ci sont menacés par la chasse. © Mazzaki, CC by-sa 2.0

L'éléphant

En gros, les mêmes problèmes que pour les rhinocéros se posent aux éléphants. Il reste encore quelques éléphants du désert, mais vraiment plus beaucoup, et les éléphants d'Etosha sont, les années sèches, à la limite de la déshydratation. Le recyclage des bouses se fait, en partie, par les termites qui cultivent un champignon capable de détériorer la cellulose.

La survie des éléphants de Namibie peut être compromise lors des années sèches. © Cris Pierry, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

L'antilope springbok

Le springbok fait partie d'une grande famille, et est l'antilope la plus commune. Il y en a de toutes sortes, notamment :

  • l'hippotrague noir ;
  • les bubales ;
  • les dik-diks, les plus petites antilopes avec 50 cm au garrot ;
  • l'impala, caractérisé par deux bandes noires le long des yeux ;
  • le koudou, la plus grande antilope et aussi le symbole national de la Namibie ;
  • les oryx, qui peuvent se passer de boire pendant des jours, et qu'on appelle aussi l'antilope du désert ;
  • le steenbok.
Antilope springbok mâle aperçue dans le parc national d’Etosha. © Yathin S Krishnappa, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Les autres mammifères

Dans les grands mammifères de Namibie, on trouve encore les babouins, les chacals à chabraque, les girafes, les gnous, les guépards, les hyènes, les léopards, les otaries à fourrure (dont je parle plus loin), les phacochères et les zèbres.

Le guépard est considéré comme l’animal terrestre le plus rapide du monde, avec une vitesse de pointe pouvant atteindre 110 km/h. © thierry tete, CC by-nc-sa 2.0
Le daman du Cap (Procavia capensis) est une espèce de mammifères de l'ordre des Hyracoidea. Superficiellement, il ressemble à une marmotte ou un gros cochon d'Inde avec ses oreilles et sa queue courte. © Christian König, DR
On trouve la mangouste jaune dans les zones semi-désertiques ou de savane en Afrique du Sud, en Angola, au Botswana, en Namibie et au Zimbabwe. Elle vit en colonies de 8 à 20 individus formées d'un couple reproducteur et de leur progéniture. © Christian König, DR

On notera aussi de petits mammifères : des damans, des ground squirrels, des mangoustes, ainsi que des rongeurs divers et variés.

L’otocyon, ou renard à oreilles de chauve-souris, vit dans les savanes et les prairies plutôt arides. © Christian König, DR

Les reptiles

Il y a quelques crocodiles et de nombreux serpents, dont le fameux mamba noir, qui n'a de noir que l'intérieur de la bouche, mais qui est le serpent le plus venimeux (avec le cobra du Cap, dont la morsure est mortelle dans 60 % des cas) et le plus rapide du monde avec ses déplacements entre 16 et 20 km/h.

Oiseaux et rapaces

Parmi les nombreux oiseaux, il en est un particulièrement remarquable et fréquent : le kalao. Mais il y a aussi des serpentaires, des outardes, des autruches, plusieurs sortes d'aigles : aigle d'Ayre, aigle botté, aigle fascié, aigle martial, aigle pomarin, aigle ravisseur, aigle des steppes, aigle de Verreaux, etc.

Le secrétaire est l’un des nombreux aigles qui vivent en Namibie. © Ludovic Hirlimann, Flickr, CC by-sa 2.0

N'oublions pas de nombreuses espèces de faucons, dont le faucon ardoisé, le faucon concolore, le faucon crécerellette, le faucon hobereau, le faucon kobez, le faucon lanier, le faucon pèlerin, etc. Les rapaces nocturnes sont aussi présents.

Citons également les francolins, les gangas, les outardes, les perroquets, les rolliers, les tisserins, et bien d'autres : échassiers, flamants, limicoles, oiseaux de mer, etc.

Le rollier à longs brins (Coracias caudatus) est une espèce d'oiseaux de la famille des rolliers. On le trouve en Afrique subsaharienne et dans le sud de la péninsule Arabique. © Christian König, DR

En conclusion, si la Namibie est le paradis du géologue, les amateurs d'animaux y trouvent aussi leur compte. Il en va d'ailleurs de même avec les plantes.