Planète

Brukkaros, un paysage incontournable en Namibie

Dossier - Cent jours en Namibie, un voyage géologique
DossierClassé sous :Voyage , Namibie , géologie

-

Claire König a sillonné la Namibie pendant presque cent jours à la découverte des événements géologiques, des paysages et de la faune fascinante de ce pays d'Afrique. Du Damaraland à la côte atlantique, préparez-vous à un surprenant voyage en Namibie, véritable odyssée dans le désert.

  
DossiersCent jours en Namibie, un voyage géologique
 

Situé non loin de Berseba, le Brukkaros a l'air d'un volcan, la forme d'un volcan, mais ce n'est pas un volcan ! Ce massif est difficile d'accès, mais ce petit chapitre à part lui est malgré tout réservé.

Brukkaros, un paysage incontournable en Namibie. © NASA, CCO

Peu fréquenté par les touristes, d'accès difficile, même avec un bon 4x4, situé dans une région reculée, à une heure de piste de la route, plus une heure de tout-terrain en première, avec les « rampantes », ainsi qu'une bonne heure à pied (le lendemain)... Il faut vraiment mériter le Brukkaros, dans le sud de la Namibie.

Vue du relief des montagnes du Brukkaros. © Kbh3rd, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

Le Brukkaros, un massif de 600 mètres datant du Crétacé

Il ne faut pas avoir peur pour monter, et parfois, nous n'étions même pas sûrs que cela « passerait » ! Je n'ai pas du tout aimé la montée, d'autant que cette pseudo-piste était très étroite, très pentue et que la voiture avait tendance à sauter de côté à chaque gros caillou, et ainsi frôler le précipice.

Et puis, bien sûr, il a fallu redescendre ! Mais la curiosité est une bonne maladie ! Nous avons fini par pouvoir installer notre petit camp dans un endroit relativement abrité. Il faisait très froid, il y avait beaucoup de vent, nous étions tous seuls là-haut. Le lendemain, nous avions à gravir le sentier escarpé et caillouteux pour aller jusqu'au bout, mais le Brukkaros est une curiosité géologique !

Ce massif dépasse le paysage environnant de 600 m environ, et apparaît comme un volcan alors qu'il n'en est pas un : on n'a retrouvé absolument aucun matériel volcanique dans les environs. Il est donc resté un mystère pendant longtemps. Daté du Crétacé, soit environ 80 millions d'années, il constitue l'une des dernières conséquences des phénomènes du Karoo auxquels il est lié.

Le Brukkaros culmine à 1603 m de haute en Namibie. Il a été formé au Crétacé. © Thomas Wagner, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Formation du Brukkaros

À cette époque, de nombreux matériaux en fusion atteignirent la surface, mais ici, ils n'ont pas réussi à monter assez haut pour « percer » la croûte terrestre et aboutir à la formation d'un volcan. La déformation des couches du Cambrien s'est faite quand même, et les eaux surchauffées qui circulaient à l'intérieur ont fini par sortir, en une immense bulle de vapeur, qui est venue crever à la surface dans une gigantesque explosion.

Le Brukkaros était né, et l'évacuation de toute cette eau sous pression a emmené des matériaux souterrains de plus de 1.000 m de profondeur à la surface, et brisé des fragments de la couverture. En effet, une couche de roches soufflées par l'explosion est déposée sur les bords du cratère.

Vue panoramique de la plaine intérieure du Brukkaros. © Damien du Toit, Flickr CC by 2.0

De nombreuses fissures se sont aussi formées aux alentours, causant l'intrusion de carbonatite (roche magmatique composée de dolomite et de calcaires sédimentaires fondus), et vous pouvez trouver des dykes blancs de plusieurs mètres de large à certains endroits.

Évidemment, une fois l'eau sortie, les bords du trou s'effondrent, et il se forme un lac de cratère. L'infiltration d'eau à forte profondeur donne quelques sources chaudes qui amènent de la silice à la surface. Cette silice cimente les roches, et on obtient une brèche très dure au fond du cratère.

Un peu au nord du Brukkaros, de nombreux phénomènes explosifs moins importants se sont produits de manière plus ou moins similaire. De nombreux « tuyaux » d'évacuation se sont ainsi remplis de kimberlite, roche hôte des diamants, formée à des températures de 1.200 °C et pressions de 0,136 Mbar, soit à des profondeurs de 100 km au moins, dans le manteau supérieur (mais il n'y a pas de diamants dans cette région : malgré une exploration intensive, les seuls diamants de Namibie sont des dépôts des placers du Sperrgebiet).