Planète

Un cratère d'impact météoritique découvert au Congo

ActualitéClassé sous :géologie , Astronomie , astéroïde

Les images satellites de l'Afrique centrale viennent de révéler les restes d'un gigantesque cratère creusé par la chute d'un astéroïde. Il mesurait sans doute environ deux kilomètres de diamètre et il est tombé alors que les dinosaures n'avaient plus que cinq millions d'années à vivre...

L'aspect circulaire caractéristique du cratère Wembo-Nyama au Congo est souligné par la ceinture végétale observable en bordure du fleuve qui contourne l'édifice. Crédit Google Maps

Au cours de la dernière Lunar and Planetary Science Conference qui se tenait au Texas, une équipe scientifique italienne a présenté des images d'un cratère situé au nord de la ville de Wembo-Nyama, en République Démocratique du Congo. Paradoxalement, ce cratère est... un dôme !

Comme cela se produit parfois, l'impact (qui aurait eu lieu il y a 60 millions d'années, soit cinq millions avant celui de Chicxulub) a soulevé les roches les plus denses. Le sol environnant s'est érodé, s'abaissant d'une cinquantaine de mètres. C'est dans cette dépression circulaire que coule désormais un fleuve dont les berges verdoyantes rendent l'anneau parfaitement visible.

La déforestation intensive dont est victime cette région a progressivement modifié son aspect sur les images prises par les satellites, révélant peu à peu l'édifice géologique.

Le célèbre Meteor Crater aux Etats-Unis ne mesure qu'un peu plus d'un kilomètre de large mais c'est le mieux conservé en raison de sa relative jeunesse. Il s'est formé il y a 50.000 ans suite à l'impact d'une météorite d'environ 45 mètres de diamètre. Crédit USGS

L'origine extraterrestre reste la plus probable

Ce cratère d'impact d'une cinquantaine de kilomètres de diamètre fait partie des plus grands découverts ces dernières années, mais on est encore loin de la taille imposante que certains affichent, comme celui de Vredefort en Afrique du Sud avec 300 kilomètres de diamètre, ou celui de Sudbury au Canada (250 kilomètres).

Une équipe scientifique va maintenant se rendre sur le terrain pour y rechercher des indices confirmant l'origine météoritique, comme par exemple la présence de quartz choqués (des minéraux ayant subi une énorme pression suite à un violent impact). Une origine terrestre comme les diapirs (ces dômes rocheux de faible densité qui sont remontés des profondeurs jusqu'à la surface du sol suite à des instabilités gravitaires) semble exclue, en raison de la taille de l'édifice et de la nature géologique de la région.

Selon les spécialistes, il faudrait un astéroïde d'environ deux kilomètres de diamètre pour provoquer un tel cratère.

Cela vous intéressera aussi