Planète

Tops 2011 : l'environnement nous subit... et nous émerveille

De nombreux événements ont marqué 2011 : un tsunami, une catastrophe nucléaire ou l'apparition d'un trou dans la couche d'ozone de l'Arctique. Alors que le réchauffement climatique divise toujours les États, de nombreux projets ont vu le jour pour produire de l'énergie verte. Futura-Sciences a sélectionné pour vous des sujets chauds de l'année écoulée.

On en a parlé : séisme au Japon, le tsunami emporte tout. Les vagues déferlantes occasionnent des dégâts considérables. © CNN

Le tsunami de 10 mètres qui a déferlé ce matin sur les côtes de Sendai, au nord-est du Japon, après le très violent séisme de magnitude 8,8 (ou 8,9), a provoqué de graves dégâts. Des images montrent la déferlante en direct sur les côtés.

 

De très faibles concentrations d'ozone dans la stratosphère ont été mesurées à la fin de l'hiver 2010 au-dessus de l'Arctique, correspondant à un trou dans la couche d'ozone grand comme cinq fois l'Allemagne environ. Une première !

 

De l'énergie solaire sans panneau ? C'est possible, selon les ingénieurs de la plateforme technique d'ID Composite qui viennent d'élaborer un système permettant d'incorporer des cellules photovoltaïques au sein de matériaux. Ce qui permet de se débarrasser des panneaux...

 

Les dromadaires australiens méritent-ils de mourir pour dégager trop de flatulences dans l'atmosphère, ce qui contribue au réchauffement climatique ? C'est la question que s'est posée le gouvernement australien, provoquant la colère des associations de défense des dromadaires.

 

Toute l'Europe du Nord connaît actuellement un déficit en eau après un printemps chaud et sec. En France, ce sont désormais neuf départements où ont été instaurées des restrictions sur l'usage de l'eau.

 

Les combustibles nucléaires résultants de l'accident de Fukushima et de la fusion des cœurs des réacteurs 1, 2 et 3 sont en train de perforer les barrières qui les séparent de l'air libre et pire encore, du sol. Nouvelle étape dans cette catastrophe écologique.

 

Un « fleuve » a été découvert par une équipe de chercheurs de l'Observatoire national du Brésil. Cet écoulement d'eau, baptisé Hamza, se situe à environ 4.000 mètres de profondeur, sous l'Amazone, au Brésil.

 

En cherchant à exploiter l'eau « supercritique » qui se trouverait dans les profondeurs du champ géothermique de Krafla en Islande, des géologues ont eu une belle surprise. Le forage a en effet pénétré dans une poche de magma. Très rare, cet incident ne serait que le deuxième du genre. Il a fourni des renseignements sur les processus magmatiques liés aux volcans.

 

Le sommet sur le climat de Durban s'est achevé hier avec plus de 30 heures de retard sans lesquelles il aurait été un désastre sans précédent. Finalement, s'il reste dans l'histoire, ce sera en souvenir de la frilosité de ses décisions.

 

Depuis plusieurs années, constructeurs d'avions et compagnies aériennes étudient la possibilité de produire des carburants à partir de la biomasse. Le tarissement des ressources fossiles et l'augmentation des prix poussent dans cette voie. Mais la compétition avec les cultures vivrières et l'occupation des sols constituent de gros inconvénients. L'aquaculture est-elle une solution ? Dans les Émirats arabes unis, on veut produire dans le désert du biocarburant à partir de la salicorne, avec l'aide de quelques crevettes...

 

Alors que le rapport du Giec évoque une hausse de la surface des océans de 20 et 60 centimètres à la fin du siècle, certains travaux récents prévoient des hausses bien plus élevées : entre 0,75 et 1,90 mètre pour certains et même 5 mètres selon un article en cours de publication. En cause : le régime de fonte des glaciers qui ne serait pas continu.

 

Cela vous intéressera aussi