Le doryphore (Leptinotarsa decemlineata) est un ravageur que le jardinier n’aime pas voir dans son potager. Il peut, en surnombre, détruire entièrement des cultures potagères comme les pommes de terre et autres Solanacées.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Vidéo : un kit pour transformer son toit en jardin Chaque année, le concours EDF Pulse récompense les start-up et les projets innovants dans des domaines comme la e-santé, l’habitat connecté ou la limitation des émissions de CO2. Découvrez dans ce nouvel épisode de Planète progrès une courte présentation des six finalistes de cette année dont un toit végétal d'un nouveau genre (5ème projet de la vidéo).

Assez de voir ses rangs de pommes de terrepommes de terre dévorés ou ses pieds de tomatestomates troués puis, mangés ! Comment repérer ce petit ravageur appelé doryphore et comment protéger les plantes de ses attaques qui peuvent réduire à néant des récoltes.

Comment reconnaître un doryphore ?

Les petits œufs en nombre sont collés sous les feuilles des végétaux. À l'état de larvelarve, le doryphore, qui mesure environ 1 cm de long, est rouge orangé avec des points noirs sur les côtés. Ensuite, à l'état adulte, ce coléoptèrecoléoptère devient jaune rayé de bandes noires, dans le sens de la longueur.

Originaire d'Amérique, le doryphore est apparu en Europe au siècle dernier. Seul, il ne cause pas beaucoup de dégâts mais en colonie, des champs entiers peuvent être dévorés, d'avril à septembre. Encore appelés les chrysomèles de la pomme de terre, ils passent l'hiverhiver dans la terre et réapparaissent au printemps. Après 8 à 10 jours, les femelles commencent à pondre des œufs, sous les feuilles. Ensuite viennent les larves qui mangent les feuilles et qui se faufilent dans le sol pour se changer en nymphesnymphes, puis en adultes qui se nourrissent des racines et des tuberculestubercules, pour ressortir de terre au printemps suivant. Tel est le cycle de vie du doryphore !

Le saviez-vous ?

Une femelle doryphore peut pondre entre 800 et 3.000 œufs. L’observation est donc de rigueur pour ne pas être vite envahi !

Quelles plantes attaquent les doryphores ?

Cet insecteinsecte vorace se nourrit essentiellement des feuilles de légumes de la famille des SolanacéesSolanacées comme les tomates, les pommes de terre et parfois des aubergines ou des poivrons. L'observation du potager est de rigueur afin de voir les premiers signes d'attaque : les feuilles et les tiges sont grignotées et trouées. Une fois les parties aériennes mangées et parfois les racines et les tubercules, les végétaux sont stoppés dans leur croissance et dégénèrent. Les récoltes sont ainsi détruites.

Observez rapidement les larves de doryphores dévoreuses des feuillages. © AnRo0002, Domaine Public
Observez rapidement les larves de doryphores dévoreuses des feuillages. © AnRo0002, Domaine Public

Comment lutter contre les doryphores ?

Peu de prédateurs naturels leur sont connus, comme les oiseaux ou les carabes ; pour combattre ces insectes, plusieurs solutions s'offrent à vous :

  • installez beaucoup de nichoirs à proximité de votre potager pour offrir le gîte à des oiseaux gourmands de doryphores ;
  • pour éviter leur prolifération d'année en année, mettez en place la rotation des cultures de Solanacées. Faites-le tous les ans car les doryphores peuvent voler et se déplacer sur des Solanacées à proximité. À force de persévérance, ils ne trouveront pas le gîte sur les tomates, auberginesaubergines ou les pommes de terre, si vous les avez déplacées. Vous réduirez ainsi les risques de reproduction ;
  • ne cultivez jamais, les unes à côté des autres, les plantes de la famille des Solanacées sous peine de les voir toutes attaquées par ce petit vorace ; 
  • autour des carrés de pommes de terre ou de tomates, semez du lin bleu annuel, des œillets d’Inde ou installez de la tanaisie, de l'ailail ou de la ciboulette qui ont des pouvoirs répulsifs face à ce ravageur ;
  • la seule méthode efficace est le ramassage manuel pour ensuite détruire ces petites bêtes indésirables. Ce ramassage doit se faire régulièrement, tous les 2 ou 3 jours, pour être vraiment efficace et ne laisser aucune chance aux œufs, larves ou adultes de s'installer. Cette méthode fastidieuse est parfaite pour des petites surfaces ;
  • achetez une boîte de nématodesnématodes, ces petits vers microscopiques qui, une fois posés dans le potager, vont s'attaquer aux larves voraces. Suivant la surface à traiter, cela peut vous coûter cher ;
  • utilisez un purin de tanaisie, plante au parfum puissant, qui va protéger les plantes d'éventuelles attaques de doryphores ;
  • dans le cas de grandes surfaces, préparez un traitement à base de pyrèthre (Tanacetum) ou de Baccilius Thurengiensis mais attention car ils ont des conséquences sur les insectes dont les butineurs et pollinisateurs (l'utilisation de produit de traitement demande le plus grand respect des consignes d'utilisation).

La préventionprévention est importante pour éviter les attaques de doryphores. Favorisez la biodiversitébiodiversité en attirant les oiseaux, semez des plantes répulsives, pratiquez la rotation des cultures ; autant de conseils naturels à mettre en place pour lutter contre ces petits ravageurs qui pourraient vous priver de récoltes de tomates, pommes de terre et bien d'autres.