Les premières lunettes connectées Facebook devraient arriver dès 2021. © Facebook
Tech

Pour ses lunettes connectées, Facebook porte des Ray-Ban

ActualitéClassé sous :objets connectés , Lunettes connectées , Facebook

Le projet de lunettes connectées Facebook est bien avancé puisque la monture devrait sortir en 2021 sous la marque Ray-Ban. Pas de réalité augmentée ou virtuelle, mais des fonctions multimédia pour prendre des photos et des vidéos.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Réalité virtuelle : vers l'immersion totale avec Orion de Leap Motion  La société américaine Leap Motion propose en version bêta Orion. Cette application, utilisée avec un capteur et un casque de réalité virtuelle, permet de contrôler des objets avec une grande précision directement avec les mains, comme on peut le constater durant cette démonstration. 

La prochaine décennie sera-t-elle marquée par une lutte sur le marché des lunettes connectées ? Alors que Google a fait un flop avec ses Google Glass, Apple et Facebook travaillent sur des projets de montures connectées, et chez Facebook, il s'agit du Project Aria. En marge du lancement de son casque Oculus Quest 2, Facebook a en dévoilé les contours.

Pour la partie design et optique, le réseau social a choisi de s'associer au EssilorLuxottica, propriétaire de la mythique marque Ray-Ban, et Mark Zuckerberg a annoncé que ces « lunettes intelligentes » sortiraient en 2021, alors qu'on évoquait, dans un premier temps, 2023. Il a précisé qu'il n'y aurait pas d'écran dans les verres, et qu'il ne s'agira pas de lunettes de réalité virtuelle ou augmentée. On s'éloigne donc de Google Glass, et cette monture viendra plutôt se positionner face à Snap Spectacles, voire les Echo Frames d'Amazon.

Puces Bluetooth, Wi-Fi et GPS, capteur photo-vidéo, mémoire vive, processeur, batterie... Les lunettes Facebook seront un condensé de technologie. © Facebook

Quid du respect de la vie privée

Dès ce mois-ci, les lunettes vont être portées en interne par des employés et sous-traitants de Facebook. Une sorte de test de grandeur nature pour avoir des retours rapides sur plusieurs problématiques importantes. Il y a d'abord le design en lui-même, pour savoir si elles ne sont pas trop volumineuses ou lourdes (environ 70 grammes). Ensuite, il faut juger de l'utilité et de la qualité des fonctions multimédia comme l'enregistrement vidéo.

Enfin, et c'est sans doute le plus important, il y a la question de la protection de la vie privée et de la confidentialité des données. Surtout quand on s'appelle Facebook... et surtout quand on se souvient que Google avait essuyé de nombreuses critiques de la part de la CNIL et des équivalents à travers la Planète. Anticipant ce problème, Mark Zuckerberg a ainsi évoqué la mise en place de CGU (conditions générales d'utilisation) très strictes qui contraignent les testeurs à utiliser les lunettes uniquement au bureau, chez eux et dans l'espace public. Interdiction en revanche de filmer ou prendre des photos dans des établissements privés comme un magasin ou un restaurant.

Pour en savoir plus

Facebook dévoile son étonnant projet de lunettes de réalité virtuelle

Pour succéder aux imposants casques Oculus, Facebook travaille sur des lunettes ultra-légères de réalité virtuelle. Une vraie prouesse technologique réalisée grâce à une lentille holographique.

Publié le 30/06/2020 par Fabrice Auclert

C'est dans le cadre de la conférence virtuelle Siggraph que Facebook a dévoilé ses travaux les plus récents en matière de réalité virtuelle. L'objectif est clair : abandonner progressivement les imposants casques Oculus pour passer à des modèles beaucoup plus proches de lunettes classiques.

Les équipes du Facebook Reality Labs ont ainsi présenté une monture, certes imposante, mais bien plus pratique que ce que l'on voit actuellement dans le secteur de la réalité virtuelle. Pour preuve, ces lunettes pèsent environ 18 grammes. C'est 30 fois moins qu'un casque Oculus ! Et dans sa présentation, Facebook annonce qu'il sera possible, à terme, de descendre sous les 7 grammes.

À gauche, le système classique dans un casque de réalité virtuelle. À droite, le système avec une lentille holographique. © Facebook

Une lentille de 9 mm d'épaisseur

Pour parvenir à un tel degré de miniaturisation, Facebook a abandonné les habituelles lentilles réfractives pour une lentille holographique, couplée au pliage optique basé sur la polarisation. Il s'agit d'un film fin et plat pour atteindre une épaisseur inférieure à 9 mm tout en prenant en charge un champ de vision comparable aux produits de réalité virtuelle grand public actuels. Pour que l'on visualise mieux l'intérêt de cette technologie, Facebook donne l'exemple des animations dans les musées ou tout simplement du petit hologramme placée sur les cartes bancaires.

Sur le prototype présenté lundi avec une simulation de voiture de type Need For Speed, on constate que l'écran n'affiche pour le moment que du vert. La raison ? La plaque se comporte comme un filtre et ne renvoie pas encore la totalité du spectre colorimétrique. La suite des travaux se concentre donc sur l'affichage des couleurs, mais aussi la possibilité d'étendre le champ de vision.

À gauche, l'image visible dans les lunettes. À droite, l'image obtenue avec un prototype de plus grande taille. © Facebook

Facebook et Ray-Ban préparent les lunettes du futur

À horizon 2023, Facebook souhaite lancer ses premières lunettes connectées, capables de passer et recevoir des appels, mais aussi de prendre des photos et de filmer. Fabriquées sous la marque Ray-Ban, ces montures auraient pour mission de remplacer nos smartphones.

Publié le 18/09/2019 par Fabrice Auclert

Après Microsoft, Google et Snapchat, Facebook sera-t-il le prochain géant du numérique à s'intéresser aux lunettes connectées. La réponse est « oui » selon CNBC qui rapporte que le réseau social travaille avec la marque de lunettes Luxottica, propriétaire des célèbres Ray-Ban, sur un projet baptisé « Orion ».

Très ambitieux, Facebook envisage carrément de remplacer les smartphones avec ses lunettes puisqu'elles permettront de passer et recevoir des appels, mais aussi de prendre des photos et des vidéos, et de les mettre en ligne directement. On imagine donc que ces lunettes seront équipées d'un micro, de mini haut-parleurs sur chaque branche, ou encore d'un capteur photo-vidéo sur le devant. Le tout avec une connexion Bluetooth ou Wi-Fi.

Sur le marché des lunettes connectées, les Google Glass visent désormais le secteur de l'entreprise, et non celui du grand public. © Google

Objectif 2023

À la différence des casques de réalité virtuelle, les lunettes connectées font partie des objets de réalité augmentée. Ce qui signifie que l'utilisateur pourra afficher, en temps réel, des informations sur les verres. Il pourra s'agir d'informations liées à l'actualité, mais aussi à la météo, la bourse, ou tout simplement des notifications en provenance des réseaux sociaux.

L'objectif de Facebook serait au mieux de sortir ses lunettes vers 2023, et ce sera sous la marque Ray-Ban ; The Information évoque même une collection avec plusieurs modèles différents de lunettes connectées, réunies pour l'instant sous le code « Stella ».

Pour l'instant, les lunettes connectées n'ont pas séduit le grand public. La faute notamment à leur autonomie puisque si les puces intégrées et les différents capteurs ne sont pas forcément très gourmands en énergie, il faut cependant réussir à placer une batterie à la fois légère et peu encombrante dans les branches. On peut imaginer que d'ici 2023, Facebook et Ray-Ban seront parvenus à développer une monture capable d'afficher environ 8 à 10 heures d'autonomie.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !