Sciences

Bumper, ou quand Cap Canaveral rebondissait

Dossier - Nasa : 50 ans de conquête spatiale
DossierClassé sous :Astronautique , Nasa , cinquantième anniversaire de la Nasa

-

La Nasa, née le 29 juillet 1958, fête ses cinquante années d’existence. Après avoir retracé sa genèse depuis les pères fondateurs de l’Astronautique, nous nous attarderons sur quelques-unes des missions les plus marquantes de ses débuts, jusqu’au premier débarquement sur la Lune qui marqua à la fois la fin d’une grande aventure humaine et le commencement d’une autre, encore plus ambitieuse.

  
DossiersNasa : 50 ans de conquête spatiale
 

Aussitôt ramené sur le territoire de l'Oncle Sam, le matériel récupéré dans les installations allemandes ainsi que dans les usines souterraines de V-2 dans la forêt de Thuringe est amené dans un centre d'essais construit en plein désert, près d'Alamogordo, au Nouveau-Mexique. Uniquement habité par les Rocketteers, c'est-à-dire les spécialistes en fusées, ce centre, appelé White Sands Proving Grounds, ressemble à la base de Peenemünde. Et Von Braun n'y est pas dépaysé.

White Sands avait pourtant été construit bien avant l'arrivée des savants allemands pour servir de base d'essais à la Wac-Corporal. Mais à côté de la fusée allemande, la Wac-Corporal faisait figure de jouet...

La Wac-Corporal (diamètre 30 cm, hauteur 7,30 m). Crédit : US Army

La première idée des ingénieurs américains avait été de placer la technique allemande au service de la Wac-Corporal. Mais il fallait bien se rendre à l'évidence : la V2 n'était pas seulement en avance, il y avait un abîme entre les deux technologies. Personne, outre-Atlantique, n'arrivait à la hauteur des savants allemands. Pire, auncun ingénieur ne parvenait à en reproduire la technologie, décrite comme un cauchemar de plombier selon les ingénieurs de l'époque. Il fut donc décidé de laisser agir l'équipe de Von Braun à sa guise.

Découverte du cauchemar de plombier à White Sands par l'équipe de Von Braun. Ce dernier apparaît perché sur la fusée. Crédit : Nasa

Le résultat fut immédiat. Le 16 avril 1946, une première V2 américanisée s'élevait de la base de White Sands et atteignait l'altitude de 161 kilomètres. L'espace était atteint.

V-2 démilitarisée en préparation à White Sands. Il s'agit du deuxième exemplaire, qui volera le 10 mai 1946. Crédit : US Army

Mais bientôt, la question des lanceurs à plusieurs étages fut envisagée et White Sands apparut trop étroit, malgré ses 200 kilomètres de longueur. Le désert lui-même n'était pas infini, et de sérieux incidents qui virent notamment quelques morceaux de fusée retomber aux portes d'un village mexicain et dans un cimetière finirent de convaincre les militaires qu'un meilleur choix s'imposait. De préférence isolé, proche de l'équateur pour profiter au maximum de la vitesse de rotation de la Terre et à l'Est du continent afin que la trajectoire se situe au-dessus de la mer.

Cap Canaveral répondait à ces conditions. En espagnol, Cabo de Canaveral veut dire Cap des Champs de Cannes, nom qui lui avait été donné par l'explorateur Juan Ponce en 1513. Restait à disputer cette région isolée aux alligators et aux moustiques qui l'habitaient, ce qui fut fait (aujourd'hui, les premiers sont protégés, tandis que les seconds survivent, on en trouve d'ailleurs de temps en temps un en orbite, passager clandestin d'une navette spatiale)... Cap Canaveral fut officiellement inauguré le 1er octobre 1949.