Succès de la démonstration du système d'abandon de lancement de la capsule Crew Dragon s'échappant du lanceur Falcon 9. © SpaceX
Sciences

SpaceX : la Nasa enthousiaste après le succès du test du Crew Dragon

ActualitéClassé sous :vol habité , Nasa , SpaceX

Suite au succès du test en vol du système d'abandon de lancement du Crew Dragon, la Nasa devrait certifier ce véhicule pour le transport des astronautes. Après les vérifications d'usage des différents paramètres enregistrés lors de cet essai, elle devrait annoncer à quelle date aura lieu le premier vol habité du Crew Dragon et si sa mission sera de courte ou de longue durée. 

L'essai réussi en plein vol du système d'abandon de lancement du Crew Dragon, le 19 janvier, a enthousiasmé la Nasa qui s'apprête de nouveau à faire voler des astronautes américains dans des véhicules spatiaux américains ! Depuis la mise à la retraite de la navette spatiale, en juillet 2011, aucun Américain n'a rejoint l'espace depuis le sol des États-Unis. Seuls les Russes avaient la capacité de transporter des astronautes et vendaient à prix fort des sièges aux astronautes américains ou européens pour rejoindre la Station spatiale internationale.

Une mission de longue durée à l'étude

D'ici quelques semaines, la Nasa devrait annoncer à quelle date, ce printemps, aura lieu le premier vol habité Crew Dragon avec à bord les astronautes de la Nasa Bob Behnken et Doug Hurley. Elle réfléchit aussi à prolonger ou non la durée de cette mission. Initialement, cette seconde mission de démonstration, la première a eu lieu en mars 2019, était prévue pour une durée de deux, voire trois semaines. Si la Nasa décide de prolonger sa durée, le lancement de cette mission sera repoussé pour laisser suffisamment de temps aux deux astronautes pour se préparer et se former aux activités supplémentaires qu'ils réaliseront à bord du complexe orbital.

Pour l'instant, il est toujours question d'une mission de courte durée, mais la Nasa pourrait décider cette prolongation pour soulager le travail de l'équipage à bord de la Station. Alors que le contrat avec les Russes pour l'utilisation de Soyouz s'est arrêté, et compte tenu de la réduction des vols de Soyouz, d'ici quelques jours, avec le retour sur Terre d'Alexander Skvortsov, Christina Koch et l'astronaute de l'ESA Luca Parmitano, il restera seulement trois personnes à bord (l'astronaute de la Nasa Chris Cassidy et les cosmonautes russes Nikolai Tikhonov et Andrei Babkin ! Une situation qui va limiter les activités scientifiques à bord et restreindre les sorties extra-véhiculaires, pourtant nécessaires !

Pour en savoir plus

SpaceX : succès du test en vol du système d'abandon de lancement de la capsule Crew Dragon

Article de Rémy Decourt publié le 19/01/2020

SpaceX a testé avec succès le système d'abandon de lancement de la capsule Crew Dragon lors d'un vol spectaculaire qui simulait une panne du lanceur. Il s'agissait de la dernière étape avant que la Nasa autorise un vol habité à destination de la Station spatiale internationale, qui pourrait avoir lieu ce printemps. 

Initialement prévu hier, mais reporté à aujourd'hui en raison de vents défavorables et d'un océan trop agité pour permettre les opérations de récupération de la capsule en sécurité, le test d'abandon de lancement a été réalisé avec succès ce dimanche après-midi, à 16 h 30 (heure de Paris). La réussite de ce test était indispensable pour la Nasa qui a besoin d'un véhicule pour effectuer les rotations des équipages de la Station spatiale internationale (ISS), depuis qu'elle a décidé de ne plus acheter des places à bord des capsules russes Soyouz.

Toutes les séquences du test se sont déroulées à merveille

La capsule, inhabitée, a décollé à bord d'un lanceur Falcon 9 dont l'étage principal avait auparavant été utilisé à trois reprises. Toutes les séquences du test se sont déroulées à merveille. De l'arrêt des moteurs, qui a provoqué l'explosion du lanceur, à la séparation de la capsule et du déploiement des parachutes à l'amerrissage, sans oublier la phase de contrôle d'altitude qui a permis de stabiliser la capsule et de l'amener sur une trajectoire de retour au sol, la capsule Crew Dragon a réalisé un sans-faute. Ces prochains jours, SpaceX et la Nasa vont vérifier la multitude de paramètres enregistrés lors de cet essai, notamment les « chocs » qui se produisent au moment de la séparation, de l'ouverture des parachutes et de l'amerrissage, pour s'assurer que les astronautes à bord ne seront pas trop secoués.

En toute logique, la Nasa devrait certifier le système de transport spatial de SpaceX (le lanceur et la capsule) et autoriser un premier vol habité à destination de l'ISS avec à bord les astronautes de la Nasa, Bob Behnken et Doug Hurley, pour une mission de 14 jours. La date de ce vol, prévu au printemps 2020, sera communiquée ultérieurement. Il pourrait avoir lieu dans deux mois comme l'indiquent des médias américains.

Aujourd'hui, 19 janvier 2020, le test d'abandon de lancement de la capsule Crew Dragon de SpaceX a été réalisé avec succès. © SpaceX

Un système d'abandon de lancement qui cumule plusieurs heures d'essais au sol et en vol

Si c'est la première fois que SpaceX testait son système d'abandon de lancement avec un lanceur, il faut savoir que ce système a été testé à de multiples reprises depuis 2014. En 2015, une séquence complète a permis de valider le concept depuis un banc de test. À ce jour, plus de 700 tests des moteurs SuperDraco du Crew Dragon ont été réalisés ainsi que 80 tests de parachutes, dont 10 tests complets, c'est-à-dire avec les trois parachutes, de la dernière version du système de parachutes (Mark 3). En avril 2019, lors d'un test préparatoire à cet essai en vol, la capsule qui devait le réaliser a explosé au sol. SpaceX a identifié l'origine de la panne et apporté les améliorations nécessaires.


SpaceX : ne manquez pas le vol d'essai spectaculaire et crucial de la capsule Crew Dragon

Article de Rémy Decourt publié le 18/01/2020

Dix mois après le vol inaugural et réussi d'une capsule Crew Dragon (Demo-1, mars 2019), SpaceX s'apprête à réaliser un vol d'essai spectaculaire pour tester son système d'abandon de lancement. Ce test est la dernière étape imposée par la Nasa pour montrer que la capsule Crew Dragon, de SpaceX, est capable de transporter des astronautes à bord de la Station spatiale internationale en toute sécurité. S'il réussit, le premier vol habité du Crew Dragon pourrait avoir lieu dès cet été.

Pour démontrer la capacité du Crew Dragon de SpaceX à se séparer en toute sécurité du Falcon 9 dans « le cas peu probable d'une urgence en vol » tiennent à souligner SpaceX et la Nasa, un essai en vol du système d'abandon de lancement de la capsule sera réalisé samedi. Il est à suivre en direct à 14 h 00 (heure de Paris) sur le site Internet de SpaceX et celui de la Nasa. Ce test en vol est un « quitte ou double » pour la Nasa et SpaceX. Un échec plongerait les deux partenaires dans la tourmente et clouerait au sol pendant plusieurs mois, voire plus d'un an, ce système de lancement. À contrario, si le test réussit, la capsule devrait transporter au cours de l'été 2020 les astronautes de la Nasa, Bob Behnken et Doug Hurley, à bord de l'ISS pour une mission de 14 jours.

S'assurer que tout fonctionne avant de faire monter des astronautes à bord

Contrairement aux capsules Soyouz et Shenzhou, qui utilisent une tour d'extraction (aussi appelée tour de sauvetage) pour se séparer et s'éloigner sans risque du lanceur en cas d'urgence pendant les opérations au sol, lors de la mise à feu ou pendant son ascension, le Crew Dragon de SpaceX utilise un ensemble de deux types de moteurs intégrés à la capsule. Ce système d’abandon de lancement compte huit moteurs SuperDraco et seize moteurs Draco. D'une puissance de 73 kilonewtons de poussée, les SuperDraco, à ergols liquides, ne servent qu'à l'éventuelle éjection de la capsule en cas de défaillance du lanceur. Quant aux Draco, avec une poussée de 400 newtons, ils sont seulement utilisés pour les manœuvres orbitales et les corrections d'attitude.

Après le décollage, le Falcon 9 suivra une trajectoire qui imitera une mission du Crew Dragon à destination de la Station spatiale internationale correspondant aux environnements physiques que le lanceur et la capsule rencontreront lors d'une ascension normale. L'abandon de lancement est prévu 1 minute et 30 secondes après le décollage, à MaxQ, c'est-à-dire l'un des moments les plus difficiles du lancement. Lors du décollage, et au fur et à mesure de l'ascension du lanceur, la vitesse et la densité de l'air se combinent pour exercer une pression sur le lanceur dont l'intensité maximale est atteinte environ une minute après le décollage.

À ce moment là, les neuf moteurs Merlin de l'étage principal du Falcon 9 s'arrêteront tandis que les moteurs SuperDraco de la capsule s'allumeront jusqu'à épuisement de leur carburant. Près de l'apogée, la partie inférieure de la capsule, sur laquelle sont installés des panneaux solaires et des radiateurs, se séparera. Les moteurs Draco se mettront en route de façon à contrôler l'attitude de la capsule et l'amener sur une trajectoire de retour au sol. Après quoi, les parachutes se déploieront pour permettre un atterrissage en douceur dans l'océan Atlantique près des équipes de récupération de SpaceX et de L'U.S. Air force.

Quant au lanceur, il ne pourra pas être récupéré. SpaceX prévoit qu'il se brise en plusieurs morceaux qui tomberont dans l'océan Atlantique où ils seront récupérés.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !