Sciences

Après une filière courte : s'inscrire à la fac

Question/RéponseClassé sous :Filières courtes , Etudiants , université
Au sortir d’une filière courte, la fac c’est parfois le choc ! Manque d’encadrement, nécessité de travailler (beaucoup) chez soi… Une vraie rupture de style de vie, qui peut être source d’échec. Préparez-vous ! © Fotolia

Pour près de 30 % des titulaires d'un BTS et 80 % des diplômés de DUT, l'université apparaît comme une continuité des études secondaires. La faculté est ouverte en effet à l'ensemble des titulaires de baccalauréats (à l'exception de Paris Dauphine), qu'ils soient généraux, technologiques ou professionnels. Mais attention au changement radical de façon d'étudier : il est primordial de bien se renseigner sur la filière courte et la faculté dans laquelle vous vous inscrivez.

Tour d'horizon des précautions à prendre avant de s'inscrire en faculté.

S'inscrire à la fac : les erreurs à éviter

La première erreur vient bien entendu de l'orientation. Prenez le temps de visiter votre future université, de bien vous renseigner sur les disciplines dans lesquelles vous vous engagez... Autant de réflexions qui vous éviteront de mauvaises surprises.

L'université est également souvent une marche haute et difficile à gravir pour les lycéens. Ici, personne ne sera à vos côtés (ou presque) pour vous recadrer ou vous épauler. Les amphithéâtres de centaines d'étudiants vous rappelleront rapidement qu'en faculté l'anonymat règne !

Licence : 50 heures de travail par semaine 

Enfin, l'université nécessite beaucoup de travail chez soi du fait du faible nombre d'heures de cours dispensées. Ne prenez donc pas ce temps « libre » comme tel, mais comme des heures de travail personnel au risque d'être surpris à l'heure des exams. Un rapport de l'université de Lille (2008) estime ainsi à 50 h hebdomadaires l'engagement nécessaire d'un étudiant (cours et travail chez soi) pour réussir en Licence !

S'inscrire à la fac : les conseils à suivre

L'année universitaire commence tardivement (en octobre le plus souvent), il est donc important de bien se préparer au préalable en vous renseignant sur les matières que vous allez avoir.

Une fois l'année commencée, vous devez vous mettre dans le moule universitaire le plus rapidement possible. Pour cela, nous vous conseillons de vous rendre un maximum de temps dans la bibliothèque de votre faculté. Même si votre emploi du temps vous laisse beaucoup de temps « libre », il est important de bien garder en tête que chaque heure de cours doit être préparée. Comptez ainsi 2 heures de préparation pour un cours magistral, et vous devez avoir en tête la grande thématique de chaque cours avant même d'en avoir franchi la porte.

Identifiez vos faiblesses et n'hésitez pas à faire appel à votre tuteur ou aux autres étudiants pour les matières qui vous posent le plus de difficultés. Pour cela, n'attendez pas la veille des examens, faites-le immédiatement une fois le cours terminé. Le pire dans ce cas reste d'accumuler votre retard dans une matière : c'est la ligne droite assurée vers l'échec lors des examens.

Ne restez pas théorique

Il est important aussi de ne pas se cantonner au domaine théorique et parfois abstrait des études ! Profitez de votre temps libre pour vous engager dans une association ou pour prendre un emploi à temps partiel. Cela vous permettra d'acquérir une expérience professionnelle souvent absente du cycle universitaire. Pensez également à travailler vos langues étrangères en vue du TOEIC et TOEFL.

Une inscription à l'université engage pour 3 années minimum (la durée d'étude pour une Licence). Il est donc primordial de bien choisir votre filière et votre établissement, et surtout de bien vous mettre en condition pour travailler de façon indépendante, car c'est la clé vers le succès.

À retenir sur les universités

Il existe une multitude de filières postbac à l'université, il est donc important de choisir celle qui correspond le mieux à vos attentes. Les chiffres d'échec en Licence 1 sont alarmants ; ils s'expliquent souvent par une erreur d'orientation de l'étudiant qui ne savait pas dans quelles études il s'engageait par son inscription.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi