Pour la capsule habitable Dragon, SpaceX développe un système inédit, composé non pas d'une tour d'éjection mais  huit moteurs répartis tout autour de l'appareil. Un premier essai vient de valider ce nouveau concept.

SpaceX prévoit de transporter des équipages à destination de la Station spatiale internationaleStation spatiale internationale (ISS) d'ici la fin de l'année 2017. Il doit pour cela convaincre la NasaNasa que son futur système de transport est suffisamment sûr pour que l'Agence spatiale américaine autorise ses astronautesastronautes à l'utiliser. Le lanceur Falcon 9 a fait ses preuves : aucun échec depuis sa mise en service, ce qui est une réelle performance. Cependant, la capsule habitée encore en développement n'est pas encore certifiée.

Dérivé de la capsule Dragon utilisée pour le transport de fret, ce futur véhicule devra répondre à des critères de sécurité élevés. Il devra notamment pouvoir s'éjecter du lanceurlanceur en cas d'urgence. C'est l'une des conditions posées par la Nasa pour qu'elle donne son feufeu vert et en autorise l'utilisation.

Si les capsules SoyouzSoyouz utilisent une tour d'éjection pour s'extraire du lanceur, SpaceXSpaceX a opté pour un système de sauvetage de type pousseur. Jamais utilisé aujourd'hui, il consiste en une série de huit moteurs SuperDraco répartis autour de la capsule. Cela permet d'éloigner très rapidement le compartiment du lanceur en cas de problème, que ce soit sur le pas de tir ou pendant la phase d'ascension. Chacun de ces moteurs produisent une poussée de 6.800 kgkg. D'après SpaceX, ce système pourrait fonctionner jusqu'à la mise sur orbiteorbite, soit dix minutes après le décollage.

SpaceX a réussi son premier test d'éjection d'urgence de la capsule Dragon V2. © SpaceX

SpaceX a réussi son premier test d'éjection d'urgence de la capsule Dragon V2. © SpaceX

Un deuxième essai prévu avec un vrai lanceur

Pour vérifier le bon fonctionnement de cette capsule Dragon V2, la firme californienne a planifié au moins deux essais de son système d'éjection. Le premier a eu lieu hier et s'est parfaitement déroulé. Il a été réalisé depuis le pas de tir de SpaceX situé à Cap CanaveralCap Canaveral d'où a été lancé la semaine dernière le satellite de télécommunications TurkmenAlem52E/MonacoSAT (premier satellite du Turkménistan). Pour cet essai, les câbles qui relient les mâts parafoudre entre eux pour former une cage de Faradaycage de Faraday pour protéger le lanceur ont été retirés.

Quand les huit moteurs SuperDraco se sont allumés, la capsule Dragon a été propulsée jusqu'à environ 1.500 mètres d'altitude avec une pointe de vitessevitesse à 555 km/h. En seulement 1,2 seconde la capsule avait déjà atteint la vitesse de 160 km/h et moins de deux minutes après son « décollage » la capsule se posait dans l'Atlantique sous parachuteparachute, à environ 1,5 km au large de la côte.

Un deuxième essai du système est prévu dans le courant de l'année et il sera bien plus enthousiasmant car il sera réalisé en vol avec un vrai lanceur ! Il consistera à simuler un scénario d'extraction d'urgence de la capsule pendant la phase d'ascension du Falcon 9, environ une minute après le décollage là où la pressionpression aérodynamique est à son maximum.