Sciences

La capsule spatiale CST-100, de Boeing, est prête et attend son lanceur

ActualitéClassé sous :boeing , CST-100 , accès à l'espace

À deux ans du premier vol d'essai inhabité de la capsule CST-100 de Boeing, tous les voyants sont au vert. La firme américaine a précisé son calendrier, confirmant notamment qu'elle était prête à transporter des astronautes de la Nasa dès la fin 2017. Encore faut-il choisir le lanceur, car plusieurs sont sur les rangs.

Boeing révélera en mai le nom du lanceur choisi pour propulser sa capsule CST-100. © Boeing

Boeing et SpaceX, les deux entreprises à avoir remporté en septembre 2014 le contrat de la Nasa pour transporter ses astronautes à bord de la Station spatiale internationale et les redescendre sur Terre, ont indiqué qu'ils seraient prêts d'ici fin 2017 pour débuter leur service de transport commercial. Boeing a profité du 31e Space Symposium pour donner de nouvelles informations sur l'état d'avancement de sa capsule baptisée CST-100 qui sera également commercialisée pour des vols privés de tourisme spatial à destination de la future Station spatiale de Bigelow Aerospace.

Le CST-100 sera capable de transporter jusqu'à sept passagers accompagnés ou pas de fret. La configuration standard de la Nasa sera cinq passagers et du fret. Une des particularités de cette capsule est qu'elle sera autonome pour s'arrimer à la Station spatiale internationale, ce qui réduira considérablement le temps de formation des futurs pilotes. Elle n'utilisera pas un des bras robotiques du complexe orbital mais un système semblable à celui du Véhicule de transfert automatique (ATV) de l'Agence spatiale européenne, en bien moins complexe. Enfin, pour limiter les coûts de développement, cette capsule reprendra un certain nombre d'équipements de l'avionneur.

La capsule CST-100 de Boeing sera utilisée pour transporter des astronautes de la Nasa mais également des touristes spatiaux suffisamment fortunés pour s'offrir un séjour à bord de la future station de Bigelow Aerospace. © Boeing

Quel lanceur américain pour le CST-100 ?

Boeing a confirmé le planning annoncé en février et a révélé que la sélection du lanceur aura lieu le mois prochain. Celui-ci sera utilisé pour les essais en vol du CST-100 et les premières missions habitées à destination de la Station spatiale internationale. La capsule CST-100 a été conçue pour être compatible avec une très grande variété de lanceurs, dont les Falcon 9 de SpaceX (américains), les Atlas 5 et Delta 4 d'ULA (américains), ainsi que l'européenne Ariane 5, voire le lanceur Liberty qu'ATK et Airbus DS ont toujours en projet. Cela dit, pour des questions d'indépendance et de prestige national, il est peu probable qu'Arianespace se voie confier le lancement du CST-100 !

Dès le lanceur choisi, Boeing débutera la construction de l'adaptateur qui fera l'interface entre l'étage supérieur de ce lanceur et la capsule. Le pas de tir du lanceur sera adapté aux contraintes d'un vol habité. Une attention particulière sera donnée à l'accessibilité de la capsule en position haute sur le lanceur et surtout à l'adaptabilité de ce pas de tir à une éjection d'urgence de la capsule depuis celui-ci en cas de risque pour la sécurité des astronautes. Des essais en soufflerie seront également réalisés sur des maquettes afin d'affiner les calculs de performances pendant la phase d'ascension du lanceur et aussi pour déterminer les profils précis d'annulation de la mission (séparation d'urgence de la capsule du lanceur).

Le premier vol d'essai sans équipage est prévu en avril 2017 à destination de la Station spatiale internationale. Pour l'instant, Boeing n'a pas précisé si le CST-100 s'y amarrerait ou s'il se contenterait d'un bref passage à proximité avant de retourner se poser sur Terre. Ce vol sera suivi en juillet d'un autre vol d'essai, habité celui-là, avec comme équipage un pilote d'essai de Boeing et un astronaute de la Nasa, qui seront nommés cet été. La combinaison spatiale portée par les futurs passagers et pilotes du CST-100 sera également présentée à cette occasion. Elle sera fabriquée par la firme américaine David Clark à qui l'on doit notamment les combinaisons des astronautes qui volaient à bord des navettes spatiales.

Si tous ces tests s'avèrent concluants, la première mission opérationnelle à destination de la Station spatiale internationale devrait avoir lieu en décembre 2017.