Sciences

Bourget 2011 : visitez le 747-8i, le nouveau géant de Boeing

ActualitéClassé sous :aéronautique , Bourget 2011 , Salon du Bourget

Boeing a ouvert aux journalistes les portes de son 747-8i, i comme intercontinental, c'est-à-dire la version pour passagers. Ce dernier-né de la famille, qui vient à peine de commencer à voler, est aussi le plus gros. Visite guidée avec David Barrie, journaliste d'AeroWeb.

Le Boeing 747-8F, c'est-à-dire la version fret du plus gros porteur de l'avionneur américain, s'est posé au Bourget le 20 juin 2011. © David Barrie/AeroWeb-fr.net

Lorsqu'on arrive par le chemin ordinaire, après avoir passé l'A300 Zéro G exposé en face de l'espace presse, on ne voit que ce Boeing 747-8i. Sa longueur, ses couleurs, en feraient presque oublier l'A380 bleu de Korean Air parqué à quelques encablures.

Les nouvelles extrémités d'ailes, biseautées et sa longueur - c'est dorénavant l'avion commercial le plus long du monde - lui confèrent une nouvelle stature. On doit aussi reconnaître à Boeing sa maîtrise de la communication pour la mise en valeur de ses produits...

Plus gros avion de la gamme Boeing, le 747-8i affiche une envergure de 68,45 mètres (contre 79,80 pour l'A380) et une longueur record de 76,25 mètres (72,70 pour l'A380). © David Barrie/AeroWeb-fr.net

Visite guidée dans la cabine

La cabine est elle un peu décevante, d'autant... qu'elle n'est pour l'instant que structures et consoles de tests. De plus, l'intérieur est sans commune mesure avec celui de l'A380. Dans le 747-8i de Boeing, on a toujours l'impression d'être dans un avion classique.

Néanmoins, la partie avant de la cabine est intéressante, dans le nez de l'avion. Cela reste très similaire à ce qu'on peut trouver sur un 747-400 (mais ici sans les sièges !). On apprécie les hublots non parallèles et on peut voir l'extérieur même en plein centre de l'appareil.

Autre différence : alors que précédemment les pilotes devaient se rendre à l'arrière de l'avion pour se reposer (au même endroit que les personnels navigants commerciaux), ils disposent sur cet avion d'un espace de repos à l'avant. Les pilotes ne s'éloigneront donc plus trop du poste de pilotage. Ce dernier reste bien sûr au même endroit que sur les autres 747, à l'étage. 

Jim Albaugh, patron de la division commerciale de Boeing, dans le couloir du pont supérieur, donne l'échelle. Il mesure 1,93 mètre. © David Barrie/AeroWeb-fr.net

Quelques détails en bémol

Ce qui déçoit ici, quand on est déjà monté dans un A380, même en version d'essai, ce sont les escaliers d'accès au pont supérieur. Bien que Boeing ait essayé de recréer un escalier semblable à celui de l'Airbus, ce n'est pas une réussite. De plus, pour se rendre dans le côté habitable du pont supérieur, il faut s'engager dans un passage relativement exigu et bas.

Du haut de son 1,93 mètre, Jim Albaugh (responsable de la division commerciale de Boeing) ne s'y est pas trompé et a involontairement laissé échapper qu'il ne faudrait pas qu'il mesure un pouce de plus (rappelons qu'un pouce vaut 2,54 centimètres...). Avec mon modeste 1,80 mètre, je me suis cogné la tête en me déplaçant à l'étage.

Le cockpit est fidèle aux habitudes de la maison, de la même manière que la famille Airbus (même le militaire A400M), et présente une grande homogénéité dans ce domaine. On remarque les imposants manches à balai. © David Barrie/AeroWeb-fr.net

Le cockpit ne révolutionne pas non plus la philosophie du pilotage selon Boeing. Les outils primordiaux du 747 sont là où ils ont toujours été. L'avionneur américain a cependant ajouté des écrans affichant toutes les données vitales de l'avion. Sur le côté extérieur du pilote, l'Electronic Flight Bag permet désormais, entre autres, de visualiser rapidement les plans d'un aéroport ou de la documentation.

Fin de la visite

Sur le pont inférieur, un employé de Boeing, présent dans l'avion pour expliquer à quoi pouvaient servir les câbles insérés ci et là, nous a montré l'important espace vide situé au-dessus des compartiments à bagages. Il a précisé qu'un homme de 1,80 mètre pouvait s'y tenir debout et qu'il ne tenait qu'aux compagnies aériennes d'y aménager des couchettes, comme c'est le cas dans la zone de repos des personnels navigants. Il est vrai que Boeing perd là un espace qui ne demande qu'à être empli. Cependant, aucun client annoncé ne l'a prévu dans ses plans.

Dans cette version d'essais, l'absence de décoration intérieure dévoile les espaces techniques. D'après Boeing, le volume disponible au-dessus des coffres à bagages (dont on devine ici l'emplacement) permettrait d'y aménager des couchettes. © David Barrie/AeroWeb-fr.net

Le constructeur a profité du Salon pour annoncer des commandes et des engagements portant sur dix-sept Boeing 747-8i. Les deux clients ont préféré ne pas se faire connaître mais on sait que l'un des deux en acquerra quinze. Cela amène le carnet de commandes du 747-8i à cinquante appareils.

Enfin, alors que la version fret, le 747-8F, vient d'atterrir à Paris, la version passagers lui dira au revoir demain. Boeing prévoit de faire une démonstration de chargement et de déchargement de marchandise avec son 747-8F.

Les dernières actualités du Salon du Bourget

Découvrez sur le site de notre partenaire, aeroweb-fr.net, les actualités qui ont marqué cette journée :

Cela vous intéressera aussi