Sciences

Le lancement de Herschel et Planck par Ariane est reporté

ActualitéClassé sous :Astronomie , Astronautique , Herschel

Le 16 avril 2009, une fusée Ariane 5 devait lancer deux des plus prestigieux instruments de la cosmologie actuelle, les missions Planck et Herschel. D'un commun accord, l'Esa et Arianespace ont reporté la date de ce lancement, qui devrait être fixée à la fin de ce mois.

Planck fournira une image du fond diffus cosmologique avec une résolution plus fine que celle donnée par WMap que l'on voit ici en arrière plan. Crédit : Esa (AOES Medialab) ; arrière-plan Nasa/WMap

La décennie 2010-2020 sera peut-être la période la plus féconde de l'histoire de la cosmologie, de l'astrobiologie et de la physique théorique. Le LHC sera en fonctionnement et devrait nous éclairer sur la nature de la matière noire... ou peut-être démontrer son inexistence. Il pourrait révéler l'existence de dimensions spatiales supplémentaires, voire de mondes parallèles.

Mais, surtout, le télescope Herschel et la sonde Planck observeront l'Univers dans les domaines de l'infrarouge et des micro-ondes. Ils devraient apporter des informations fondamentales sur la naissance de l'Univers, des étoiles et des galaxies.

Ce n'est pas tout. La mission Kepler a été lancée et devrait permettre de détecter en quelques années des exoplanètes de tailles comparables à celle de la Terre et orbitant dans la zone d'habitabilité de leur étoile hôte. La mission Darwin devrait être lancée, elle, après 2015 et sera capable d'analyser la composition des atmosphères des exoterres que découvrira Kepler. Si l'on en croit les déclarations récentes du célèbre astrophysicien Alfred Vidal-Madjar dans l'émission Science 2 (sur France 2), nous pourrions avoir la preuve que la vie existe sur une exoplanète dans moins de dix ans.

Cliquer pour agrandir. Trente minutes après son lancement, l'instrument Herschel se séparera du dernier étage de son lanceur et entamera la route qui le conduira vers le point de Lagrange L2 à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Crédit : Esa/D. Ducros, 2009

Le télescope de la mission Herschel observera dans un large spectre, depuis l'infrarouge lointain jusqu'au submillimétrique, un domaine qu'il sera le premier à couvrir entièrement. Son miroir de 3,5 m de diamètre est 1,5 fois plus grand que celui de Hubble et plus de quatre fois plus grand que ses prédécesseurs, dont Spitzer. Comme dans ce dernier, les instruments de Herschel sont refroidis presque au zéro absolu grâce à de l'hélium liquide.

La lumière des premières étoiles et des premières galaxies se retrouve aujourd'hui dans le domaine infrarouge à cause du décalage spectral. Avec ses capacités uniques au monde, Herschel devrait permettre de remonter le temps jusqu'à la période succédant à la fin des âges sombres, lorsque les premières étoiles terminaient de réioniser l'Univers et formaient des galaxies.

Toujours grâce à sa vision perçante en infrarouge, Herschel permettra de pénétrer encore plus profondément dans les nuages moléculaires pour étudier leur dynamique et leur chimie, ainsi que les stades les plus précoces de la formation des jeunes étoiles.

La sonde Planck, quant à elle, devrait nous emmener encore plus loin dans le passé de l'Univers car elle a pour but de mesurer avec une grande résolution le rayonnement fossile laissé par le Big Bang, succédant ainsi à WMap. Des données qu'elle recueillera, nous devrions pouvoir déduire une compréhension plus profonde de la nature des fluctuations de densité primordiales, à l'origine des galaxies et des grandes structures de l'Univers.

Surtout, les cosmologistes y chercheront des preuves de la validité de la théorie de l'inflation, en particulier les empreintes des fameux modes B laissés par des ondes gravitationnelles que le cosmos a dû émettre s'il a vraiment subi une phase inflationnaire.

Planck pourrait nous livrer des secrets plus fascinants encore. En effet, nous pourrions obtenir la preuve que nous vivons bien dans un univers chifonné en accord avec les théories de Jean-Pierre Luminet. Selon certains, un test de la mécanique quantique est même possible en étudiant finement le rayonnement fossile. Peut-être sera-t-il possible de le mettre en œuvre avec les observations de Planck.

Devant l'importance des missions Herschel et Planck, on comprend aisément pourquoi Arianespace et l'Esa se sont mis d'accord pour réaliser les tests les plus soigneux avant le lancement. Si un problème technique est suspecté, il est donc compréhensible de reporter de quelques semaines le décollage de la fusée Ariane 5 qui les emportera vers le point de Lagrange L2.

Cela vous intéressera aussi