Sciences

Planck, machine à remonter le temps jusqu'au Big Bang

ActualitéClassé sous :Astronomie , planck , esa

L'observatoire astronomique Planck prend forme à l'Etablissement de Cannes d'Alcatel Alenia Space, son maître d'œuvre. Il sera à nouveau transféré fin 2007 au Centre Spatial de Liège pour y subir ses derniers tests sous froid extrême, puis partira à l'ESTEC pour ses ultimes préparatifs avant d'être transporté au Centre Spatial Guyanais de Kourou en vue d'un lancement programmé pour le 31 juillet 2008.

Emblème de la mission Planck.
Le modèle de vol du télescope Planck sur son support au sein d'une des salles propres de l'ESTEC, après la conduite d'un test en simulateur spatial. Crédit ESA.

La particularité du satellite Planck - du nom du physicien allemand Max Planck (1858-1947) - est qu'il utilise la même plate-forme que l'observatoire Herschel avec lequel il sera expédié au point de Lagrange L2 à 1,5 millions de km de la Terre, au moyen d'un lanceur Ariane 5. Sa mission de cosmologie, grâce à des détecteurs qui vont travailler à des températures proches du zéro absolu (- 273,15°C) est de lever un coin du voile sur les secrets du Big Bang.

Cette hypothèse sur les origines de l'Univers a été formulée par l'astrophysicien belge, le Chanoine Georges Lemaître (1894-1966). George Smooth, Prix Nobel de Physique 2006, attend beaucoup de l'observatoire européen et du regard nouveau, voire inédit, qu'il permettra de jeter sur le rayonnement cosmologique afin de révéler l'inflation (phase d'expansion rapide et brève) de l'Univers à ses origines. "Avec Planck, on espère mesurer les paramètres de l'Univers avec une précision telle que nous pourrons non seulement tester le Big Bang, mais aussi aller plus loin et comprendre certains de ses mécanismes ou mystères comme la matière noire ou l'énergie noire", déclare-t-il. Il s'attend à une double surprise : la détection des ondes gravitationnelles de l'inflation, et la mesure de l'Univers à 1 % près. Et d'ajouter cette précision : "Planck nous aidera sans doute à mieux comprendre pourquoi aujourd'hui, 13,8 milliards d'années après le Big Bang, l'expansion de l'Univers recommence à accélérer".

On l'a compris : l'Américain George Smoot, qui travaille à l'Université de Californie de Berkeley, est un défenseur de la théorie du Big Bang. Mais alors que cet observatoire doit vérifier si le Chanoine Lemaître avait raison, aucun chercheur belge ne s'est pourtant vu attribuer un rôle de premier plan parmi les équipes ayant développé l'un des deux instruments de Planck... Par contre, l'industrie belge des systèmes spatiaux est assez bien représentée : Alcatel Alenia Space Antwerp (Satellite Check-out Equipment), Alcatel Alenia Space ETCA (unité de conditionnement d'énergie et alimentation électrique des tubes d'amplification), AMOS (équipement d'essais), CSL (essais du satellite et tests cryo de sa charge utile), EHP (caloducs du service module), Nexans (harnais du service module), OIP (Video Monitoring Camera qui montrera le déploiement du satellite), Rhea Systems (MOIS/Mission Operations Information System). Et on retrouve la plupart de ces contractants pour la réalisation du satellite Herschel.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi